(L'Actualité terminologique, volume 2, numéro 1, 1969, page 4)

Est-on directeur ou gérant d’une succursale de banque, directeur ou gérant des ventes, directeur ou gérant du crédit (comme on pouvait le lire récemment dans un quotidien sous la rubrique Carrières et Professions)?

La clef du problème, on la trouve dans la notion suivante : le « gérant » gère (fait valoir) pour le compte du propriétaire tandis que le « directeur » dirige pour le compte d’un supérieur (qui n’est pas le propriétaire).

Voyons les portes que vient de nous ouvrir cette double clef.

Le propriétaire d’un établissement de commerce ou d’une ferme qui, pour quelque raison (autre activité, maladie, vieillesse, etc.), ne veut ou ne peut voir lui-même à l’exploitation de son bien retient les services d’un gérant à qui il en confie le soin. Ce gérant fait valoir.

Le conseil d’administration (board of directors) d’une société (banque, entreprise de fabrication, grands magasins, etc.), qui gère l’affaire pour le compte des actionnaires (les propriétaires), désigne un bureau (officers) constitué d’un président, vice-président, secrétaire et trésorier qui forment la direction. La direction coiffe les différents services (achat, fabrication, ventes, publicité, etc.) d’un directeur (manager) qui anime son service pour le compte de la direction (qui n’est pas le propriétaire). Ce sont, répétons-le, les actionnaires qui sont les propriétaires. Ce n’est pas aux actionnires que chaque directeur rend compte, mais à la direction. D’où l’on voit que le chef du crédit n’en est pas le gérant, mais le directeur, que le chef d’une succursale de banque n’en est pas le gérant, mais le directeur, que le chef du service des ventes (sales manager) n’en est pas le gérant, mais le directeur.

Le gérant est aux ordres du propriétaire et est directement par lui rémunéré. Le directeur est aux ordres d’un supérieur (non propriétaire) et n’est pas par lui rémunéré.