Martine Racette
(L'Actualité langagière, volume 9, numéro 2, 2012, page 7)

S’il connaissait les subtilités du français, le président d’une chaîne de supermarchés bien connue ici n’aurait peut-être pas donné son aval à la traduction du slogan « President’s Choice. Worth switching supermarkets for ». Le moins que l’on puisse dire, en effet, est que le français, « Le Choix du Président. Ça donne le goût de changer de supermarché », ne rend pas l’idée d’emblée. En anglais, on comprend bien – et cela ne tient qu’à un mot, for – qu’on a tout à gagner à délaisser son supermarché préféré au profit de celui du Président. À mon avis, la traduction a de quoi faire sourire : c’est comme si, au contraire, on invitait le clientà prendre ses jambes à son cou. Bon, vous me direz que la logique a tôt fait de rétablir le sens, et qu’on n’a pas forcément envie d’aller voir ailleurs en lisant le slogan. Je suppose aussi que les recettes de l’entreprise n’en souffrent pas trop. Mais tout de même…

J’en conviens, il est un peu ardu de sortir des sentiers battus que sont les « un essai vous convaincra » et « l’essayer, c’est l’adopter », surtout dans le cas qui nous intéresse, où les traducteurs ont dû avoir pour consigne de faire coïncider parfaitement la forme de l’énoncé en français avec celle de l’anglais, esthétique oblige : le nom de la gamme de produits, la juxtaposition des deux énoncés, un carcan de plus. Difficile donc de prendre ses distances et d’y aller d’une franche adaptation. Mais il aurait été possible de faire mieux que ça donne le goût de changer de supermarché, il me semble. Que pensez-vous par exemple de :

Le Choix du Président. Votre supermarché vous en offre-t-il autant?

Le Choix du Président. Pourquoi faire votre marché ailleurs?

L’idée de départ est là. On aurait peut-être pu s’en éloigner un peu, sans trahir l’intention originale, avec des formulations comme :

Le Choix du Président. Une marque de confiance.

Le Choix du Président. Laissez-vous séduire!

Je sais, la critique est facile…