Nicole Ouimet
(L'Actualité langagière, volume 4, numéro 3, 2007, page 10)

Cet article est une adaptation d’un article paru dans Le Coin linguistique du gouvernement du Canada. Il a été rédigé à la demande d’employés du Bureau de la traduction.

Saviez-vous qu’en français, des règles bien précises déterminent quels éléments, dans un texte, doivent rester soudés? Depuis l’arrivée des logiciels de traitement de texte, il est facile de garder en un bloc certains éléments du texte. Le recours à l’espace insécable, plutôt qu’à l’espace normale, évite que le bloc ne soit scindé en fin de ligne. Le mot « insécable » signifie bien : qu’on ne peut pas couper.

Pour obtenir une espace insécable dans l’environnement Windows, il suffit de faire la fonction Alt 0160. Dans WordPerfect, on l’obtient aussi en appuyant simultanément sur la touche Ctrl + barre d’espacement. Dans Word, on peut appuyer sur Crtl + Maj (Shift) + barre d’espacement. Dans Outlook, on doit faire Alt 0160, et dans d’autres courriels, Ctrl + barre d’espacement.

Le trait d’union insécable est, lui aussi, bien utile dans les cas où la coupure après le trait d’union n’est pas permise, comme avant les pronoms y ou en qui accompagnent un verbe à l’impératif (pensez-y; retournes-y; prenons-en; parlez-en) et dans les numéros de téléphone (819-123-4567). Il s’agit alors d’appuyer sur Ctrl + trait d’union (-) dans WordPerfect, et sur Ctrl + Maj + trait d’union dans Word.

Fait intéressant, le mot « espace » est féminin dans le domaine de la typographie : une espace fine, une espace normale et une espace insécable.

On a recours à l’espace insécable dans les nombreux cas suivants.

Nota : Dans les exemples ci-dessous, le symbole « // » représente l’espace insécable.

Noms de personnes

En général, on évite de couper les noms propres. On met donc une espace insécable :

Nota : Il est préférable de ne pas couper entre un prénom écrit au long et le nom de famille. (Marie//Laberge; Céline//Dion)

Ponctuation

On met toujours une espace insécable :

Nota : En typographie, le point-virgule, le point d’interrogation et le point d’exclamation sont précédés d’une espace fine insécable. Cependant, l’espace fine n’est pas facile à obtenir dans les logiciels de traitement de texte. Au Canada, on recommande de ne pas mettre d’espace du tout, alors qu’en Europe, on la remplace par l’espace insécable habituelle.

Symboles

On met toujours une espace insécable :

Nombres

On met toujours une espace insécable :

Nota : Il est préférable, mais non obligatoire, de faire une séparation lorsque le nombre comporte seulement quatre chiffres : 1//250 élèves ou 1250 élèves. De plus, on ne sépare pas les nombres ayant une fonction de numérotage, comme : les millésimes, les numéros de rue, de pages, de billets (l’an 2000; 12345, chemin Cyrville; page 1223; billet  223344).

Heure et date

En général, les éléments de l’heure et de la date sont joints par des espaces insécables.

13//h//50

14//heures//20

26//janvier//2007

lundi//5//février//2007

2007//03//21

10//h//15//min//22//s

Cependant, au besoin, il est admis de séparer :

Mathématiques

On met toujours une espace insécable :

Abréviations

On met toujours une espace insécable entre les éléments d’une abréviation :

nouv.//éd. (nouvelle édition)

p.//ex. (par exemple)

p.//100 (pour cent)

p.//i. (par intérim)

On met une espace insécable avant l’abréviation « etc. ».

Pour son anniversaire, Sophie a reçu en cadeau une poupée, un ballon, des livres,//etc.

Énumérations

On met toujours une espace insécable entre les lettres, numéros, tirets ou autres jalons (comme les puces) qui introduisent les éléments d’une énumération et l’élément présenté.

a)//règles de typographie

//séparation des mots

1-//recommandations linguistiques

-//emploi de la majuscule

Placer l’espace insécable partout où il est nécessaire prend du temps et exige une vigilance à toute épreuve… Mais une telle discipline contribue pour beaucoup à améliorer la présentation visuelle de nos documents et à rendre nos textes plus clairs, donc plus faciles à lire. Lier les éléments qui doivent rester soudés est une bonne habitude à prendre.

Sources

Le guide du rédacteur, 2e édition, Gatineau, Bureau de la traduction, Travaux publics et Services gouvernementaux Canada, c1996.

Ramat, Aurel. Le Ramat de la typographie, Montréal, A. Ramat, 2002.

Guilloton, Noëlle, et Hélène Cajolet-Laganière. Le français au bureau, 6e édition, Québec, Les publications du Québec, 2005.

Druide informatique, Points de langue (http://www.druide.com/points_de_langue_13.html)