Pierre Biron
(L'Actualité langagière, volume 4, numéro 3, 2007, page 27)

DE QUOI PARLONS-NOUS?

Dans ce sport, le degré de difficulté à frapper une balle dépend de la façon dont la balle est couchée, posée, déposée sur le terrain et de la structure de cette surface; autrement dit de l’interface entre la balle et le terrain. En anglais on parle de lie, good lie, bad lie, unplayable lie. L’idéal est que la balle repose sur un tee, mais ce privilège n’est permis que sur le tertre de départ. La difficulté devient majeure quand la balle est enfouie dans l’herbe longue.

L’Université de l’Illinois définit good lie comme une élévation suffisante au-dessus de la terre pour obtenir un impact franc et permettre l’effet rétro : « The greater the amount of ball above the canopy (c’est-à-dire qui dépasse la surface du gazon), the better the lie of the ball. A good lie allows the golfer to strike the ball cleanly.1 »

Un professionnel2 définit lie comme étant « the location where the ball sits, commonly used in descriptive terms such as good lie, on the fairway with good grass under the ball, bad lie, in the rough ». Une autre source3 le définit de la façon suivante : « A characteristic of a ball at rest . . . Is the ball sitting nicely atop the fairway such that it will be easy to strike? A good lie is one where the ball can be cleanly struck. An ideal lie is one where the ball is sitting up. »

La même source précise que « sitting up describes a ball that has come to rest, well supported by the grass such that it will be very easy for the golfer to get the clubface under the ball to give it a lofted trajectory. The opposite of a buried lie. »

Lie n’est pas l’équivalent en anglais ni en français de position, qui désigne la position sur le parcours, horizontale, géographique, celle qu’on pourrait observer à vol d’oiseau au-dessus du terrain, comme dans « ma balle est en dehors de l’allée, elle est à 100 verges du vert, je l’ai frappée plus loin que la tienne, elle a roulé au-delà du vert… ». La position nous dit est la balle. J’ai des réserves sur l’équivalent « position » pour traduire lie, comme le font le dictionnaire Robert & Collins Super Senior anglais-français ainsi que le lexique de l’Office québécois de la langue française, parce qu’ils confondent lie avec la position, topographique, dans un plan horizontal.

PROPOSITION

Utiliser assiette comme substantif et assise comme adjectif. Comme dans « ma balle est bien assise, elle est mal assise; bien asseoir la balle au départ (c’est-à-dire enfoncer le tee à la bonne hauteur) ».

JUSTIFICATION

Le terme anglais que nous voulons traduire se définit lui-même comme une façon pour la balle de se tenir (sitting-up), d’être assise (sitting). Selon Pierre Larousse4 le premier sens du substantif assiette est la « manière dont on est placé, posé ». Selon le Petit Robert, c’est en vieux français5 la position, l’équilibre de quelqu’un; c’est la façon dont on se tient, dont on est tenu. En terminologie maritime, l’assiette d’un navire est son équilibre à la flottaison (trim), l’orientation de l coque par rapport à la surface de l’eau; c’est la « manière dont le navire est assis dans l’eau, autrement dit sa situation par rapport à la différence de ses tirants d’eau avant et arrière »6. En sport équestre, c’est la « situation du cavalier sur la selle ». Assiette est utilisé dans Nouvelles règles de golf illustrées, édition 2007, Éditions de l’Homme, 2006; on y mentionne le terme dans l’acception de lie.

PHRASES TYPES

« Ma balle de départ est tombée en mauvaise position, seulement 10 m derrière un arbre, mais elle était bien assise dans l’allée; vu sa bonne assiette j’ai pu utiliser un cocheur pour frapper un ballon et passer par-dessus l’arbre. » C’est un exemple de bad position and good lie.

I have an unplayable lie, se traduirait par « L’assiette de ma balle la rend injouable ».

The ball is lying against a tree, se traduirait par « La balle est assise contre un arbre ».

Play the ball where it lies, se traduirait par  « Jouer la balle où elle est assise ».

NOTES