François Gauthier
(L'Actualité terminologique, volume 8, numéro 7, 1975, page 4)

Qui n’a pas, à un moment ou un autre, employé le mot piastre pour désigner l’unité monétaire de notre pays tout en sachant bien que celle-ci est le dollar? Pourtant, rares sont ceux qui se sont déjà demandé d’où vient cette « piasse » à l’accent joualisant. Certains ont sûrement remarqué, en lisant les journaux par exemple, que l’unité monétaire du Vietnam du Sud est la piastre. Leur curiosité un instant piquée les a forcés à constater que ce terme n’est pas uniquement l’apanage du Canada français et qu’il n’a rien de joual. Faute de documentation complémentaire, monsieur Tout-le-monde s’est contenté de constater et il a rangé dans le tiroir de son subconscient cette découverte parfaitement inutile pour la bonne marche de sa morne existence.

Monsieur Terminologue, étant plus curieux de nature (déformation professionnelle sans doute), ne pouvait laisser passer si belle occasion de se faire valoir. Il a donc poussé sa recherche dans les documents que sa profession met à sa disposition, pour découvrir ce qui suit :

À l’époque de la colonisation française circulaient librement au Canada de nombreuses pièces étrangères, à côté de la monnaie française légalement importée. La monnaie la plus répandue, à part la française, était l’espagnole. Celle-ci comprenait entre autres pièces le douro ou piastra qui, frappé depuis 1497 en Espagne, valait 8 réaux. Vers 1530, sous Charles-Quint, un type de douro prend un nom à la mode : thaler. Ce nom se transformera rapidement en dolera, ancêtre étymologique du dollar américain d’abord, du canadien ensuite.

Mais avant d’arriver jusqu’à nous, le dollar a fait ses premières armes aux États-Unis (1776) où déjà il s’inspirait de la dolera ou piastra mexicaine, copie du douro ou piastra espagnol.

En effet, le signe $ qui accompagne le montant de nos transactions vient d’une variété de piastre espagnole frappée au Mexique, dite « Dollar à colonnes », qui portait à son revers deux colonnes représentant les colonnes d’Hercule. Cette pièce fut prise pour base des espèces américaines que symbolisent deux colonnes réunies par une banderole. Une autre version de la signification du « signe de piastre » veut que celui-ci vienne du chiffre 8 recouvert de deux bandes verticales (pour éviter de l’inclure dans le montant indiqué) représentant les 8 réaux que valait la dolera espagnole.

On voit donc que la piastre a toujours été une fidèle compagne de l’histoire du Canada. D’abord unité monétaire en circulation illégale en Nouvelle-France, elle nous revient au XIXe siècle (1859) sous la forme du dollar qui n’est autre que la piastra originale réformée par les États-Unis. En appelant piastre le dollar canadien, inconsciemment, nous ne faisons que préserver une vérité historique.