André Racicot
(L'Actualité terminologique, volume 33, numéro 1, 2000, page 16)

Connaissez-vous Theodor Herzl? C’est pourtant un personnage d’actualité, bien qu’il soit mort depuis un bon bout de temps. Herzl est en effet le précurseur du sionisme, mouvement dont l’objet fut la constitution, en Palestine, d’un État juif. Cet État, qui existe depuis 1948, c’est Israël. On l’appelle souvent l’État hébreu. Ses habitants se nomment les Israéliens, à moins que ce ne soit les Hébreux… ou les Israélites peut-être? En terminologie, nous sommes parfois bien loin de la Terre promise…

Les habitants de l’État d’Israël s’appellent bel et bien Israéliens, c’est clair. Le reste, c’est de l’hébreu, diront les petits malins. En effet, c’est lorsqu’il est question du peuple juif que les choses se compliquent. On appelle Juif tout descendant du peuple sémitique qui vivait en Palestine durant l’Antiquité et qui portait le nom d’Hébreu. On écrit alors Juif avec la majuscule initiale. Dans ce contexte, on peut aussi parler d’un Israélite. Mais les Juifs ne sont pas uniquement un peuple; ils sont aussi les tenants du judaïsme, la première religion monothéiste, avant le christianisme et l’islam. Au sens religieux du terme, le substantif juif s’écrit avec la minuscule initiale, comme c’est le cas pour les chrétiens et les musulmans. L’emploi ou non de la majuscule est donc reacute;vélateur. On comparera les deux phrases suivantes : Les Juifs constituent une diaspora. Les juifs fréquentent la synagogue.

Le mot hébreu pose aussi certaines difficultés, sa forme féminine étant hébraïque. Par exemple : L’écriture hébraïque. De plus, hébraïque s’emploie aussi au masculin, comme dans : L’alphabet hébraïque, alors que hébreu a plutôt un sens historique. Le peuple hébreu a fui l’Égypte lors de l’Exode. De nos jours, sauf dans l’expression État hébreu, on voit rarement le mot hébreu désigner Israël, dont l’une des langues officielles est justement l’hébreu. Habituellement, on utilise le mot juif : Aaron est un Juif (et non un Hébreu). La littérature juive (et non hébraïque). La religion juive.

L’antisémitisme a fait assez de ravages au fil des siècles pour que tout le monde en ait entendu parler. Pourtant, peu de gens savent que ce mot est en fait une impropriété.

L’antisémitisme serait, au sens propre, le racisme dirigé contre les Sémites. Or, ces derniers constituaient un ensemble de peuples regroupant les Hébreux, les Araméens, les Phéniciens… et les Arabes. Par conséquent, le terme antisémite aurait une bien plus grande portée qu’il n’y paraît de prime abord. Mais l’usage a retenu le sens restreint de racisme dirigé contre les Juifs. En fait, les termes antijuif ou judéophobe auraient été plus exacts.