André Racicot
(L'Actualité terminologique, volume 33, numéro 4, 2000, page 17)

La dernière étape de la réunification de l’Allemagne est maintenant complétée avec le déménagement de la capitale de Bonn à Berlin. La déchirure du Mur est définitivement effacée, lui qui passait juste derrière le Reichstag, l’édifice du Parlement, maintenant coiffé d’une coupole transparente.

Mais le nom de l’édifice ne risque-t-il pas de prêter à confusion, Reichstag signifiant « diète impériale »? Or empire il n’y a plus. De fait, c’est le bâtiment comme tel qui porte ce nom, pas l’institution qu’il abrite. Je m’explique, comme disait si bien Kant lorsqu’il se perdait dans ses conjectures. Le Parlement allemand siège au Reichstag; il comprend deux assemblées : le Bundestag, soit la chambre des députés, et le Bundesrat, le sénat.

Mais, direz-vous, n’y aurait-il pas lieu de traduire tous ces mots? Après tout, on parle bien du chancelier de l’Allemagne et non du Kanzler. Apparemment, les politicologues adorent glisser quelques mots de la langue de Goethe dans leurs écrits. Pensons à Realpolitik, Weltpolitik, Reich et Länder, pluriel de Land, nom des provinces allemandes.

Notons en passant que certains proposent d’abandonner ce pluriel étranger, comme on le fait normalement en français lorsqu’un mot est acclimaté dans notre langue. Un land, des lands? Vous n’y pensez pas! Länder ne rimerait plus avec Lieder, une autre forme plurielle allemande passée en français. Schubert en serait fort attristé.

Pour en revenir à la politique, l’unification allemande cause des mots de tête aux terminologues. (Heureusement ce sont les Allemands qui ont inventé l’aspirine!) Le pays s’appelle Allemagne, das ist klar. Nom officiel : République fédérale d’Allemagne, dénomination reprise de l’ancienne Allemagne de l’Ouest. Et là commencent les problèmes. Comment appeler le territoire des deux anciens pays, dont chacun a gardé son identité propre? Les possibilités sont multiples :

  1. Allemagne de l’Ouest : ancienne ou ex-Allemagne de l’Ouest; ancienne République fédérale (quand le contexte est clair); ancienne ou ex-RFA.
  2. Allemagne de l’Est : ancienne ou ex-Allemagne de l’Est; ancienne République démocratique (quand le contexte est clair); ancienne ou ex-RDA.

On évitera des termes comme Allemagne occidentale et Allemagne orientale, trop vagues. D’ailleurs, les rédacteurs allemands ont adopté l’expression pudique les nouveaux Länder pour désigner l’ex-RDA. Notion reprise par les francophones et les anglophones. Elle sera probablement un véritable leitmotiv jusqu’à ce que l’intégration de ces nouvelles provinces soit terminée. D’ici là, il faudra s’en accommoder.