Louise Carrier
(L'Actualité langagière, volume 8, numéro 3, 2011, page 30)

La langue française est remplie de petits pièges, auxquels peuvent se laisser prendre les artisans de la radio et de la télévision les plus chevronnés. Voici, à leur usage, un aide-mémoire sans prétention qui, je l’espère, s’avérera utile.

accise

La première moitié de ce mot se prononce ax, comme dans accident. Ne pas prononcer « assise ».

astronaute

Les lettres au se prononcent ô. Ne pas prononcer « astronote ».

au-dessus

La partie de cette locution qui suit le trait d’union se prononce de su ou d’su. Ne pas prononcer « au-dèssus ».

bannir

Quand il s’agit de choses, le verbe bannir veut dire supprimer ou exclure. Ne pas confondre avec interdire. C’est probablement sous l’influence du verbe anglais to ban (= interdire) que l’on emploie parfois bannir à tort. Au lieu de dire « Il faudrait bannir la vente de véhicules polluants », il serait plus juste de dire « Il faudrait interdire la vente de véhicules polluants ».

cargo

Un cargo est un navire conçu pour le transport des marchandises. Les marchandises elles-mêmes ne sont pas « du cargo », mais un chargement, une charge, une cargaison ou du fret.

commémorer

Le verbe commémorer veut dire rappeler, à l’aide d’une cérémonie, le souvenir d’une personne ou d’un événement. On peut commémorer la publication d’un ouvrage important. On ne peut pas « commémorer un anniversaire »; on marque, on fête ou on célèbre un anniversaire.

compenser

On peut compenser une chose, non une personne. Par exemple, on peut compenser un inconvénient par un avantage ou compenser un préjudice subi. En revanche, on ne peut pas « compenser une personne pour » ses pertes; on dédommage ou on indemnise une personne de ses pertes.

considérer

Quand on emploie considérer avec un adjectif, dans le sens de juger ou estimer, il se construit avec comme. On dira « Le professeur de Marie la considère comme très douée » (et non « la considère très douée »).

débuter

Le verbe débuter est intransitif, c’est-à-dire qu’on ne peut pas « débuter quelque chose ». C’est la chose elle-même qui débute. On peut commencer une phrase, entamer une discussion ou entreprendre un projet, mais on ne peut pas « débuter une phrase, une discussion ni un projet ».

délai

Un délai est le temps accordé ou requis pour réaliser une action. On dira « Votre commande sera livrée dans un délai de deux jours ». Ne pas confondre avec un retard, qui est le fait d’arriver ou d’agir plus tard ou plus lentement que prévu. Au lieu de dire « Le mauvais temps cause de nombreux délais à l’aéroport », il faut dire « Le mauvais temps cause de nombreux retards à l’aéroport ».

disposer

Disposer d’une chose veut dire avoir cette chose à sa disposition, en avoir l’usage. Ne pas confondre avec jeter, éliminer, se débarrasser de ou se défaire de (quelque chose). On dira « La municipalité a retenu les services de la société XYZ pour éliminer (et non "pour disposer de") ses ordures ».

etc.

Il n’y a pas de son k dans cette abréviation ni dans la forme longue et cetera. Ne pas prononcer « ekcétéra ».

éventuellement

Cet adverbe indique une possibilité, non une certitude. Prenons l’exemple d’un stage suivi par un groupe d’étudiants, stage qui pourrait mener à un emploi. On peut alors dire « Ce stage permettra éventuellement d’accéder à un emploi ». Ne pas employer éventuellement quand on veut dire plus tard, par la suite, ultérieurement ou finalement. Si on prédit que la pluie qui tombe se changera en neige, on peut dire « La pluie se changera plus tard (ou par la suite, ultérieurement ou finalement) en neige », et non « La pluie se changera éventuellement en neige ».

faire en sorte que

Cette locution est synonyme de veiller à ce que et dénote une intention. Par conséquent, le sujet de cette locution ne peut pas être une chose. Au lieu de dire « Les taux d’intérêt élevés ont fait en sorte que le projet a échoué », il serait plus juste de dire « Les taux d’intérêt élevés ont fait que le projet a échoué », ou encore « Les taux d’intérêt élevés ont eu pour conséquence (ou pour effet, pour résultat) que le projet a échoué ».

joindre

On peut joindre une personne, c’est-à-dire entrer en communication avec elle. On peut également joindre des choses ou joindre une chose à une autre, c’est-à-dire les mettre ensemble. Par contre, on ne peut pas « joindre une équipe ». On se joint à une équipe ou à un parti ou on en devient membre; on ne joint pas un parti, on y adhère.

mettre à jour

La locution mettre à jour signifie actualiser en tenant compte des données les plus récentes. On peut mettre à jour la page de liens d’un site Web. Ne pas confondre avec mettre au jour, qui désigne le fait d’exposer quelque chose au grand jour (au sens propre ou au sens figuré). On dira « Les archéologues ont mis au jour des fortifications datant du Moyen Âge », ou « Les médias ont mis au jour un scandale où sont impliqués plusieurs membres du gouvernement ».

oxygène

Les trois premières lettres de ce mot se prononcent comme les trois premières lettres des mots oxyde et oxyder. Ne pas prononcer ce mot « ogzygène ».

planifier

On peut planifier quelque chose, par exemple une journée, un événement ou un projet. On ne peut pas « planifier de faire » quelque chose; on projette de faire ou on a l’intention de faire quelque chose.

prendre place

La locution prendre place désigne une action, à savoir le fait de se placer, de s’installer à un endroit donné. Cette locution ne peut pas désigner le simple fait d’être à un endroit. On dira donc « Cinq personnes se trouvaient dans la voiture au moment de l’accident », et non « Cinq personnes prenaient place dans la voiture au moment de l’accident ».

questionner

Questionner veut dire interroger une personne, lui poser des questions. On ne peut pas « questionner un choix » ni « une décision ». On peut mettre en question, contester ou critiquer un choix ou une décision. De même, on ne saurait dire d’une décision ou d’un choix qu’il est questionnable. Un choix ou une décision dont le bien-fondé nous apparaît douteux sont contestables, critiquables ou discutables.

s’assurer

Le verbe assurer employé à la forme pronominale demande l’indicatif et non le subjonctif. Au lieu de dire « Assurez-vous que l’imprimante soit connectée à l’ordinateur », il faut dire « Assurez-vous que l’imprimante est connectée à l’ordinateur ».

sauver

On sauve une personne ou une chose qui est en danger. On ne peut pas « sauver du temps » ni « de l’argent ». On peut gagner du temps et on peut économiser ou épargner de l’argent.

Sources consultées

Bertrand, Guy. Le français au micro.

Bureau de la traduction. Clefs du français pratique.

Forest, Constance, et Denise Boudreau. Dictionnaire des anglicismes Le Colpron, 4e éd., Beauchemin, 1999.

Guilloton, Noëlle, et Hélène Cajolet-Laganière. Le français au bureau, 6e éd., Les Publications du Québec, 2005.

Le nouveau petit Robert : dictionnaire alphabétique et analogique de la langue française, Dictionnaires Le Robert-SEJER, 2007.

Le Robert & Collins, 9e éd., Dictionnaires Le Robert-SEJER; HarperCollins Publishers, 2010.

Office québécois de la langue française. Banque de dépannage linguistique.

Villers, Marie-Éva de. Multidictionnaire de la langue française, 5e éd., Éditions Québec Amérique, 2009.