André Racicot
(L'Actualité terminologique, volume 32, numéro 3, 1999, page 18)

Il y a bien sûr le Commonwealth, ce club privé des anciennes colonies britanniques. Lui, tout le monde le connaît et nul ne penserait à l’appeler autrement.

Mais déjà le Grand Dictionnaire encyclopédique Larousse le définit comme une communauté de nations. Communauté? Tiens, tiens… Le lévrier-langagier y flaire une piste intéressante de traduction possible, surtout quand il oriente sa truffe curieuse en direction de… la Communauté des États indépendants. C’est le nom français du regroupement des anciennes Républiques de l’Union soviétique, regroupement appelé Commonwealth of Independent States en anglais.

Cela signifie-t-il que l’on peut, dans d’autres cas, substituer allègrement Communauté à Commonwealth, sans risquer de recevoir des coups de règle sur les doigts? Pas nécessairement. Ainsi quatre États américains s’appellent officiellement Commonwealth of Ce sont le Kentucky, le Massachusetts, la Pennsylvanie et la Virginie. En français, on dit le Commonwealth du Massachusetts, tout comme le Commonwealth de Porto Rico d’ailleurs.

Le mot Commonwealth possède plusieurs significations en anglais. Le Gage le définit comme un groupe de nations ou encore l’ensemble des citoyens d’un État. C’est dans ce sens que l’Australie a jadis porté en français le nom officiel de Commonwealth de l’Australie. Cette appellation n’a plus cours dans la terminologie officielle, mais elle est encore employée. Sauf erreur, elle n’a jamais été traduite par Communauté de l’Australie.

Est-ce à dire qu’il ne faut jamais traduire Commonwealth par Communauté? Non, le mot français n’est pas à bannir, loin s’en faut. D’ailleurs, les deux termes ont un sens similaire. Ce qui fait que Communauté des États indépendants rend très bien le sens de Commonwealth of Independent States. Mais, point crucial, nous sommes sortis de l’univers anglo-saxon, de sorte que la transmutation de Commonwealth en Communauté devient possible. De l’or en barre.

À bien y penser, la Francophonie aurait très bien pu s’appeler la Communauté francophone. Nul doute que les lévriers-langagiers les plus fureteurs n’y auraient vu que du feu. Car, au fond, qu’est-ce que la Francophonie, sinon que le Commonwealth des pays de langue française?