(L'Actualité terminologique, volume 3, numéro 1, 1970, page 3)

Ce whichever, qui indique le plus souvent une alternative (antériorité ou postériorité, ou infériorité ou supériorité), ne posera plus de problème à celui qui portera sur une fiche la panoplie de solutions qu’offrent les lignes qui suivent et qui sont tirées pour la plupart de l’article paru dans le Bulletin de l’Association technologique de langue française d’Ottawa (vol. III,  1, janvier 1953, pp. 12-17). Les expressions citées sont reprises des textes invoqués dans l’article du bulletin, soit a) textes officiels (Société des Nations et Nations Unies), b) textes de France (Journal Officiel de la république française) et c) documents internationaux.

Infériorité ou supériorité

lower et less

higher

Observation : quand il s’agit du superlatif, on relève dans des textes le tour : le plus élevé des montants suivants : (mention des montants).

Antériorité ou postériorité

earlier (comes first)

later

longer

Expression courte relevée dans la chronique juridique de Monde & Vie (sept. 1969) :

Question. – De quels abattements les enfants bénéficient-ils sur les biens dépendant de la succession de leurs parents?

Réponse. – Lorsqu’un héritier a au moins 3 enfants vivant au moment du décès, il bénéficie d’une réduction de 100 % qui ne peut toutefois excéder 2 000 F par enfant pour les successions en ligne directe (C.G.I., art. 775).