Pierre Biron
(L'Actualité langagière, volume 4, numéro 4, 2007, page 23)

Lors de la rédaction d’un lexique nautique1, il y a quelques années, j’ai senti le besoin de proposer un néologisme, « ponterelle », pour traduire l’anglais finger dock.

Dans un bassin de plaisance, on voit des quais reposant solidement sur le fond, mais aussi des quais ou plates-formes flottants, tantôt appuyés sur la rive dans leur longueur (par exemple le ponton d’attente plaisance près d’une écluse), tantôt perpendiculaires à la rive et se projetant à angle droit dans le bassin, une extrémité fixée au bord du bassin et l’autre stabilisée par une chaîne attachée à un ancrage reposant au fond. Les bateaux y accostent et s’y amarrent pour l’embarquement et le débarquement. La marine de plaisance utilise les termes pontons ou pontons principaux pour désigner les quais flottants perpendiculaires à la rive, termes dont l’équivalent anglais est main docks.

Pour permettre à plus de bateaux de s’amarrer à quai dans une marina, on installe perpendiculairement à chaque ponton principal une série de quais flottants plus étroits, séparés entre eux par au moins deux largeurs de bateaux. L’extrémité libre est stabilisée par un ancrage. Comme ils ressemblent aux doigts d’une main, assimilée dans les circonstances au ponton, on les nomme finger docks en anglais.

Je n’ai jamais trouvé d’équivalent satisfaisant pour finger dock dans les livres et les revues françaises, où j’ai cependant rencontré à l’occasion les emprunts catwalk et catway.

Le terme que j’ai proposé dans mon lexique, soit ponterelle, s’inspire de ponton et de passerelle. Celle-ci désigne en marine marchande un « plan incliné et mobile par lequel on peut accéder à un navire » (Le Petit Robert).

On pourrait définir ponterelle ainsi : petit quai flottant, rattaché à angle droit à un ponton principal dans le bassin d’une marina, servant à l’accostage et à l’amarrage des bateaux de plaisance.

Une recherche faite en 2007 sur Google et sur Yahoo France confirme qu’il s’agit d’un néologisme, car le seul site Web qui utilise le terme est celui du Club de voile des Laurentides à Oka, au Québec (www.cvl.qc.ca/index.php?idpage=16). On peut en effet y lire la description suivante : places à quai avec ponterelle individuelle. Le club aura sans doute eu accès au lexique…

NOTE