André Senécal, trad. a., réd. a.
(L'Actualité terminologique, volume 36, numéro 4, 2003, page 33)

Le jour est le contraire de la nuit.

Fatigué d’avoir lui, le jour ploie et tombe. C’est la tombée du soir, à laquelle succède la tombée de la nuit, toutes deux descendues du ciel sur le jour, qui est tombé.

En été, l’obscurité s’installe peu à peu, de la tombée du jour à la tombée de la nuit en passant par la tombée du soir.

En hiver, point de soir, et la tombée du jour se confond avec la tombée de la nuit.

Il en est ainsi des subtilités de la langue française, qui ajoute un même mot au jour et à la nuit pour en faire deux synonymes.