Dans les noms de lieux, le générique prend normalement la minuscule, tandis que les éléments du spécifique s’écrivent avec la majuscule (ex. : chutes du Petit Paresseux), sauf l’article ou la particule de liaison (ex. : le lac État de Grâce), à moins que l’article ou la particule ne consituent le premier élément du spécifique ou qu’ils fassent partie d’un nom de famille (ex. : le mont D’Iberville).

Le générique s’écrit toutefois avec une majuscule initiale s’il est placé après le spécifique, même quand il est suivi d’un point cardinal (ex. : le Grand Ruisseau Ouest). Quant aux noms de lieux constitués d’un appellatif, ils prennent systématiquement la majuscule (ex. : le Remous).

Le générique qui fait partie du spécifique d’un nom de lieu prend la majuscule (ex. : le Cap-Vert).

Dans les noms d’édifices, de bâtiments, etc., on met la majuscule au générique s’il n’est pas employé dans son sens véritable (ex. : le Forum de Montréal).

Pour les noms d’établissements, il est recommandé, au Canada, de mettre la majuscule au générique, ainsi qu’à l’adjectif qui le précède éventuellement, quand on veut faire ressortir la raison sociale (ex. : l’Université Laval). Mais s’il s’agit de désigner simplement le bâtiment, dans un texte non officiel, on utilise la minuscule (ex. : l’école du Vieux-Verger). L’usage français, quant à lui, veut que l’on mette la majuscule au générique dans le cas des établissements d’importance nationale seulement (ex. : l’Institut Pasteur).


Test récapitulatif