Navigateur linguistique

Le Navigateur linguistique permet de faire une recherche par mots clés ou par thème pour trouver rapidement réponse à des questions sur la langue ou la rédaction en français et en anglais. Pour en apprendre davantage sur cet outil de recherche, consultez la section À propos du Navigateur linguistique.

Première visite? Découvrez comment faire une recherche dans le Navigateur linguistique.

Rechercher par mots clés

Champs de recherche

Rechercher par thème

Faites une recherche par thème pour accéder rapidement à toutes les ressources linguistiques du Portail associées à un thème en particulier.

À propos du Navigateur linguistique

Le Navigateur linguistique cherche simultanément dans tous les outils d’aide à la rédaction, jeux et billets de blogue du Portail linguistique du Canada. Il vous donne accès à tout ce dont vous avez besoin pour bien écrire en français et en anglais : articles sur des difficultés de langue, recommandations linguistiques, tableaux de conjugaison, suggestions de traductions et bien plus.

Pour trouver la traduction d’un terme ou la réponse à vos questions d’ordre terminologique dans un domaine spécialisé, consultez TERMIUM Plus®.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Résultats 1 à 10 de 174 (page 1 de 18)

parenthèses

Article sur les différents emplois des parenthèses, signe de ponctuation double.
Sur cette page Exemples Espace Majuscule/minuscule Ponctuation à l’extérieur des parenthèses Ponctuation à l’intérieur des parenthèses Parenthèse fermante employée seule Parenthèses d’alternative Marque du pluriel et de la forme féminine Crochets Les parenthèses sont composées de la parenthèse ouvrante « ( » et de la parenthèse fermante « ) ». Ce signe sert surtout à isoler, dans le corps d’une phrase ou d’un paragraphe, des explications ou des éléments d’information utiles à la compréhension du texte, mais non essentiels. Les parenthèses jouent un rôle important dans les textes scientifiques, techniques, juridiques et administratifs, mais il ne faut pas en abuser. Exemples Les parenthèses peuvent contenir des éléments comme un sigle, un exemple, une explication, etc. En règle générale, on peut aussi placer ces éléments entre virgules ou entre tirets. Type d’éléments entre parenthèses avec exemples d’utilisation Type d’éléments entre parenthèses avec exemples d’utilisation Éléments entre parenthèses Exemples abréviation, sigle ou écriture au long du sigle Notre maison est garantie par l’APCHQ (Association provinciale des constructeurs d’habitations du Québec). Il travaille au ministère des Services publics et de l’Approvisionnement du Canada (SPAC). autre signe de ponctuation Elle n’a besoin que de cinq heures de sommeil (?) par nuit. Le déficit sera bientôt comblé (!). détails d’une citation « C’est la nuit qu’il est beau de croire à la lumière. » (Edmond Rostand, Chantecler) commentaire Éric a (enfin!) réussi son examen de mathématiques. Les semis de fleurs annuelles doivent être effectués environ six semaines avant le dernier gel (cette date varie évidemment selon les régions). date La Première Guerre mondiale (1914-1918) a fait beaucoup de morts. exemple Les agrumes (oranges, pamplemousses, citrons, etc.) sont d’importantes sources de vitamine C. explication La caféine (stimulant que l’on trouve dans le café, le chocolat, le thé, etc.) peut causer l’insomnie. expression algébrique ou mathématique (a × b)n = an × bn formules Le méthane (CH4) est un gaz. langage informatique IF (a AND (b OR c) mots inversés dans un index alphabétique Économie (mondialisation de l’) Riopelle (Jean-Paul) nom de lieu Mon frère est déménagé à Kingston (Ontario). pourcentage Cette année, le taux élevé de participation (85 %) à l’assemblée annuelle a réjoui les organisateurs. renseignements étymologiques Homard (houmar, 1532; anc. nord. humarr) renvoi ou référence bibliographique Les recherches effectuées (voir sources ci-dessous) permettent d’affirmer que… L’autobiographie de Gabrielle Roy (La détresse et l’enchantement, Boréal, 1988) a été publiée après sa mort. traduction Gilles est maintenant membre du Canadian Institute of Actuaries (l’institut canadien des actuaires). variante J’ai perdu mon trousseau de clés (ou de clefs). Espace On met une espace avant la parenthèse ouvrante, mais pas d’espace après. On ne met pas d’espace avant la parenthèse fermante, mais on en met une après : Ma passion pour l’ornithologie (étude des oiseaux) date de mon enfance. On ne met pas d’espace après la parenthèse fermante si elle est suivie d’un autre signe de ponctuation : Julie ira-t-elle étudier à l’Université du Québec à Montréal (UQAM)? Majuscule/minuscule Lorsqu’il est fondu dans la phrase, un passage entre parenthèses ne prend la majuscule que s’il commence par un nom propre : Une exposition consacrée à William Morris (au Musée des beaux‑arts, à Ottawa) nous fait découvrir un peintre, un poète et un grand penseur. J’ai passé la période des Fêtes à Saint John (Nouveau-Brunswick). Ponctuation à l’extérieur des parenthèses Lorsqu’un texte entre parenthèses est un fragment de phrase, la parenthèse ouvrante n’est jamais précédée d’une virgule, d’un point-virgule ou d’un deux-points. Si le sens de la phrase réclame l’emploi de l’un de ces signes, il faut le placer après la parenthèse fermante : Veuillez nous faire parvenir votre extrait de naissance (un original, non une photocopie), une photographie récente ainsi que votre curriculum vitae. Trois conseillers municipaux se sont portés candidats au poste de maire (vacant depuis trois mois) : Adolphe Sirois, Yvan Simard et Roméo Lagrange. Lorsque le texte entre parenthèses constitue une phrase indépendante, la parenthèse ouvrante est, selon le cas, précédée d’un point, d’un point abréviatif, d’un point d’interrogation, d’un point d’exclamation ou des points de suspension : Ainsi je vous rappellerai dimanche soir. (J’ose espérer que vous ne vous couchez pas avec les poules et que je n’aurai pas à vous sortir du lit!) Avez-vous vu l’opéra Madame Butterfly? (Il a été très bien accueilli par la critique.) Ponctuation à l’intérieur des parenthèses À l’intérieur des parenthèses, on doit appliquer les règles générales de la ponctuation. Quand le texte entre parenthèses est considéré comme une phrase indépendante — auquel cas il commence par une majuscule, — il faut placer la ponctuation finale (point, point d’interrogation, point d’exclamation, points de suspension) devant la parenthèse fermante et non après : Seules des raisons techniques pourraient nous obliger à renoncer à ces travaux. (On comprendra qu’il est impossible de tout prévoir.) Je ne pourrai terminer ce travail toute seule. (Pourriez-vous me prêter main-forte la semaine prochaine?) On écrirait aussi correctement, à condition de déplacer le point et de mettre une minuscule initiale au texte figurant entre parenthèses : Seules des raisons techniques pourraient nous obliger à renoncer à ces travaux (on comprendra qu’il est impossible de tout prévoir). Je ne pourrai terminer ce travail toute seule (pourriez-vous me prêter main-forte la semaine prochaine?). Parenthèse fermante employée seule La parenthèse fermante s’emploie seule après un chiffre ou une lettre pour indiquer les subdivisions d’un texte. Il n’y a pas d’espace entre le chiffre ou la lettre et la parenthèse : Vous trouverez des explications aux paragraphes 3) et 7). On l’emploie aussi pour indiquer les éléments d’une énumération : Les réponses a), c) et e) sont incorrectes. La parenthèse fermante employée seule s’appelle aussi parenthèse simple. Parenthèses d’alternative Les parenthèses d’alternative indiquent que leur contenu est facultatif. On les utilise, par exemple, pour indiquer qu’on a le choix entre deux graphies, qu’on peut écrire un mot avec ou sans les éléments entre parenthèses. On ne met pas d’espace avant ni après les parenthèses d’alternative. On peut écrire ce mot avec ou sans trait d’union : mots(-)clés. On emploie les termes graphies tronquées ou formes télescopées pour parler des mots contenant des parenthèses d’alternative. Marque du pluriel et de la forme féminine Pour des raisons de clarté, il n’est toutefois pas toujours approprié d’employer les parenthèses d’alternative, notamment dans la féminisation de textes pour indiquer la possibilité du pluriel ou du féminin. Pour donner au lecteur le choix entre le singulier et le pluriel, certains admettent que l’on place la marque du pluriel entre parenthèses : La(es) personne(s) intéressée(s) doit(vent) remplir un formulaire. Toutefois, ces formes rendent la phrase presque illisible. Il est préférable soit d’employer uniquement le pluriel, soit d’utiliser le ou les (la ou les), qui entraîne l’accord du nom et du verbe au pluriel. Dans certains cas, on peut aussi reformuler : Les personnes intéressées doivent remplir un formulaire. La ou les personnes intéressées doivent remplir un formulaire. Toute personne intéressée doit remplir un formulaire. Ces observations s’appliquent également à l’indication des formes féminines entre parenthèses. Ainsi, on dira « les directeurs et les directrices seront à la réunion » plutôt que « les directeurs(trices) seront à la réunion ». Crochets On a recours aux crochets pour intercaler un élément dans un texte déjà entre parenthèses ou pour éviter l’emploi de deux parenthèses de suite : La nouvelle a fait les manchettes des journaux (Le Devoir, La Presse, The Citizen [31 décembre]). (1984-1988) [Université d’Ottawa] Lorsque les deux signes sont employés en même temps, les parenthèses tendent nettement à l’emporter dans l’usage sur les crochets. Il convient donc d’utiliser d’abord les parenthèses, puis les crochets, ces derniers faisant office de sous-parenthèses. Le rédacteur peut cependant être obligé d’inverser cet ordre. Par exemple, s’il insère dans une citation un commentaire personnel contenant un élément entre parenthèses, il doit utiliser les crochets avant les parenthèses, car la règle veut que toute intervention d’un tiers dans une citation soit signalée par les crochets : « La grande peinture, c’est des tableaux très ennuyeux [l’auteur a développé cette idée dans L’art brut préféré aux arts culturels (1949)]; plus ils sont ennuyeux et plus ils sont délicats et de bon goût » (J. Dubuffet).
Source : Clés de la rédaction (difficultés et règles de la langue française)
Nombre de consultations : 27 030

point-virgule

Article portant sur les fonctions du point-virgule, ainsi que sur diverses particularités liées à ce signe de ponctuation.
Sur cette page Fonctions Séparer des propositions Mettre en parallèle des propositions Séparer les éléments d’une énumération Espacement Italique Majuscule/minuscule après le signe Renseignements complémentaires Le point-virgule (« ; ») correspond à une pause de durée moyenne et signale la fin d’une proposition intimement liée par le sens à celle qui la suit. Les propositions séparées par le point‑virgule doivent donc toujours contribuer au sens général de la phrase. Fonctions Séparer des propositions Le point-virgule sert à séparer des propositions d’une certaine longueur, unies par le sens et qui renferment déjà une ou plusieurs virgules afin que la phrase soit plus claire et facile à lire. On y a notamment recours lorsqu’il y a ellipse du verbe dans la deuxième proposition. On peut trouver plusieurs points‑virgules dans une même phrase. Nous avons acheté de nombreux ouvrages pour la bibliothèque; tous sont très récents. La semaine prochaine, le directeur aura plusieurs nouveaux projets à nous soumettre; certains très intéressants; d’autres, moins. Elle a pris sa retraite à l’âge de 55 ans; son conjoint, à 57. Mettre en parallèle des propositions Le point-virgule sert aussi à mettre en parallèle des propositions ayant une structure semblable et qui expriment une opposition ou une comparaison : Elle aime le tennis; il aime le golf. L’été dernier, j’ai planté des marguerites dans mon jardin; cet été, j’y ai ajouté des rosiers. Le rôle du dramaturge, c’est de créer la pièce; celui du metteur en scène, de la faire vivre. Si l’on remplaçait le point-virgule par une virgule dans ce dernier exemple, il serait plus difficile de distinguer les rapports qui existent entre les idées, puisque la virgule se trouverait à remplir trois fonctions bien différentes dans la phrase. Séparer les éléments d’une énumération On emploie généralement le point-virgule pour séparer les éléments : d’une énumération horizontale : Chaque saison a son charme : l’hiver, avec son grand manteau blanc; le printemps, qui permet à la nature de renaître; l’été et ses jardins fleuris; l’automne, le temps des récoltes et des festivals des couleurs. En visitant le zoo, vous trouverez : a) des animaux exotiques; b) des manèges excitants; c) des aires de repos; d) des boutiques de souvenirs. Notre entreprise offre : 1. un personnel qualifié; 2. un service personnalisé; 3. des programmes adaptés aux besoins du client; 4. des prix concurrentiels. d’une énumération verticale : Pour votre voyage, vous aurez besoin des documents suivants : vos billets d’avion; un passeport valide; une preuve de vaccination; une assurance médicale. On peut mettre une virgule ou un point-virgule à la fin de chaque élément d’une énumération verticale. Remarque : Bien que cette pratique soit commune en anglais, le point-virgule ne doit jamais, en français, être suivi de la conjonction et ni de la conjonction ou. Espacement On ne met pas d’espace avant le point-virgule, mais on en met une après. Certains ouvrages de typographie recommandent de faire précéder le point-virgule d’une espace fine, ce que permettent les logiciels d’éditique et de mise en pages, mais pas les logiciels de traitement de texte. Italique On met le point-virgule en italique seulement s’il fait partie intégrante d’un énoncé écrit en italique. Majuscule/minuscule après le signe Le mot qui suit le point-virgule prend la minuscule initiale, sauf s’il s’agit d’un nom propre, d’un titre, d’un proverbe, etc. On met la minuscule à tous les éléments d’une énumération horizontale courte, qu’ils soient séparés par une virgule ou un point-virgule, ou qu’ils soient introduits par une lettre ou un chiffre. Si les éléments de l’énumération horizontale sont longs, on peut employer la majuscule initiale, même après un point-virgule, afin de montrer l’importance de chacun des éléments. Renseignements complémentaires Pour plus de renseignements sur la ponctuation à utiliser dans les énumérations, voir énumération horizontale ou verticale (majuscule et ponctuation).
Source : Clés de la rédaction (difficultés et règles de la langue française)
Nombre de consultations : 23 836

barre oblique

Article portant les fonctions de la barre oblique et l’emploi de l’espace avec ce signe de ponctuation.
Sur cette page Fonctions Pour indiquer un choix Pour opposer ou rapprocher Dans les abréviations Dans les fractions Comme équivalent de sur Comme équivalent de par, à ou de Dans l’expression et/ou Pour la pagination Dans les adresses URL Pour la citation de vers Pour former des expressions elliptiques Emploi fautif de la barre oblique (au lieu du trait d’union) Espace avant et après la barre oblique Barre oblique entre deux mots, lettres ou symboles Barre oblique entre des termes contenant plus d’un mot Uniformité dans le texte Règles en anglais pour l’espace La barre oblique (slash en anglais) se nomme aussi simplement l’oblique. Relativement jeune, ce signe de ponctuation a commencé à se glisser dans les textes au XXe siècle pour remplacer une conjonction de coordination. Les synonymes barre transversale, barre de fraction et trait oblique sont rares. Fonctions La barre oblique a plusieurs fonctions, qui sont décrites ci-dessous. Pour indiquer un choix Dans la langue générale, on recourt souvent à la barre oblique pour indiquer qu’on a le choix entre deux possibilités : La date où/à laquelle nous avons rendez-vous avec le directeur On peut écrire sans faute : clef/clé, aigüe/aiguë, évènement/événement. Pour opposer ou rapprocher La barre oblique sert également à opposer ou rapprocher deux notions, ou encore à séparer divers aspects d’une même réalité : entrée/sortie ouvert/fermé les homonymes on/ont word processing / traitement de texte Dans les abréviations La barre oblique fait partie de certaines abréviations consacrées : N/réf. (= notre référence) V/réf. (= votre référence) s/o (= sans objet) c/c (= compte courant) Voir aussi abréviations, sigles et symboles (liste alphabétique). Dans les fractions La barre oblique est le symbole de la division dans les fractions : 2/3 des revenus arriver 9/100 de seconde avant l’adversaire utiliser une carte au 1/175 000 (et non 1/175 000e, car il faut s’abstenir de faire suivre la fraction d’un e en exposant) Voir aussi fractions. Comme équivalent de sur Dans l’expression en chiffres de la pression artérielle pour remplacer la préposition sur : avoir une pression artérielle de 130/80 (se lit : cent trente sur quatre-vingts) Comme équivalent de par, à ou de Dans les unités de mesure, la barre oblique est l’équivalent des prépositions par, à ou de : 15 km/h (kilomètres à l’heure) gagner 15 $/h (dollars de l’heure) 3 m/s (mètres par seconde) 635 hab./km² (habitants par kilomètre carré) 25 images/seconde (images par seconde) Selon une norme de l’AFNOR qui remonte à 1951, la barre oblique ne doit être employée qu’avec les symboles des unités de mesure. Il serait fautif d’écrire : Il roule à la vitesse de 200 kilomètres/heure. Il faudrait plutôt écrire : Il roule à la vitesse de 200 kilomètres à l’heure. Il roule à la vitesse de 200 km/h. Toutefois, dans la réalité, cette règle n’est pas absolue. De nombreux ouvrages contiennent des exemples d’unités de mesure, écrites au long, qui sont employées avec la barre oblique plutôt qu’avec les prépositions par ou à. Voir aussi quotient. Dans l’expression et/ou L’expression et/ou n’est plus à proscrire. Elle signifie qu’il y a possibilité d’addition ou de choix. Pour plus de renseignements, voir et/ou. Pour la pagination Dans la correspondance, on utilise souvent la barre oblique, avec les points de suspension ou non, pour indiquer que la lettre se poursuit sur la page suivante : …/2 /2 Dans des contextes variés, notamment dans les télécopies, on peut utiliser la barre oblique pour séparer les numéros de page du nombre total de pages que contient le document. Ainsi, une page portant la mention 5/10 serait la cinquième d’un texte qui en comporterait dix. Dans les adresses URL La barre oblique sert à séparer les sous-répertoires dans les adresses URL : La rubrique Voyager en avion du site Canada.ca se trouve à l’adresse http://voyage.gc.ca/avion. Pour la citation de vers Dans les poèmes, chansons ou prières exprimés dans un texte continu, la barre oblique sert à indiquer un changement de ligne. La barre oblique est précédée et suivie de l’espace, et chaque vers ou bout de phrase commence par une majuscule : L’amiral Larima / Larima quoi / La rime à rien / L’amiral Larima / L’amiral rien (Jacques Prévert) Pour former des expressions elliptiques Comme la barre oblique peut remplacer des prépositions ou des conjonctions, elle sert fréquemment à former des expressions elliptiques : Voilà pour la différence artisan/bourgeois (E. Le Roy Ladurie) (= la différence entre l’artisan et le bourgeois) Il faut toutefois se garder d’abuser de ce procédé, car les expressions ainsi créées peuvent être difficiles à lire à haute voix. Elles peuvent aussi être difficiles à comprendre et prêter à confusion. Emploi fautif de la barre oblique (au lieu du trait d’union) On emploie parfois la barre oblique à tort. Il faut plutôt mettre le trait d’union dans des expressions comme : les relations employeur-employé (et non : employeur/employé) la relation père-fils (et non : père/fils) l’accord Canada-France (et non : Canada/France) une année-personne (et non : année/personne) le dialogue Nord-Sud (et non : Nord/Sud) la guerre Iran-Iraq de 1980 à 1988 (et non : Iran/Iraq) Espace avant et après la barre oblique Barre oblique entre deux mots, lettres ou symboles En règle générale, on ne met pas d’espace avant et après la barre oblique qui sépare deux mots simples, deux lettres ou deux symboles : marche/arrêt brakeman/serre-freins et/ou s/o km/h Barre oblique entre des termes contenant plus d’un mot Par contre, dans une paire de termes séparés par la barre oblique, dès qu’un des deux termes contient plus d’un mot, on fait précéder et suivre la barre oblique d’une espace : proofreading / correction d’épreuves land surveyor / arpenteur-géomètre Language and Society / Langue et société Uniformité dans le texte Il faut cependant veiller à l’uniformité dans un texte où il y aurait plusieurs paires de termes séparés par la barre oblique. On évitera ainsi d’avoir, par exemple, surname/nom à côté de first name / prénom. Si le texte contient une majorité de paires de mots simples et courts, on peut préférer ne pas mettre d’espace avant et après la barre oblique, et ce, dans tout le texte. À l’inverse, si le texte contient une majorité de paires de mots plus longs, on peut opter pour l’espace avant et après la barre oblique dans tous les cas. Par exemple, on pourra le faire dans les formulaires bilingues et dans tout autre document où du texte anglais est juxtaposé à du texte français, puisque les textes en question contiennent généralement plus d’un mot. Instructor’s signature / Signature du directeur ou de la directrice de cours Association de l'industrie de la langue / Language Industry Association Règles en anglais pour l’espace En ce qui concerne l’espace avant et après la barre oblique, les règles décrites ci-dessus s’appliquent également à l’anglais.
Source : Clés de la rédaction (difficultés et règles de la langue française)
Nombre de consultations : 20 666

et ce (virgule)

Article sur l’emploi de la virgule avec et ce.
La locution et ce est toujours précédée d’un signe de ponctuation (virgule, point, tiret) et est généralement suivie d’une virgule : J’assisterai à cette réunion, et ce, malgré mon horaire chargé. Les loyers seront augmentés, et ce, dès le mois prochain. Toutefois, elle n’est pas nécessairement suivie de la virgule : Il a déclaré, et ce devant témoins… Il a été sévèrement puni, et ce pour s’être soustrait à tous les règlements. Elle lui avait traversé l’oreille d’un grand coup d’épingle à chapeau. Et ce, devant une nombreuse société. (G. Duhamel)
Source : Clés de la rédaction (difficultés et règles de la langue française)
Nombre de consultations : 19 416

dont/où/que/qui (virgule)

Article sur l’emploi de la virgule devant les pronoms relatifs dont, où, que et qui.
Sur cette page Dans une relative explicative Pronom relatif non associé au mot qui précède Renseignements complémentaires Dans une relative explicative Les pronoms dont, où, que et qui sont toujours précédés d’une virgule lorsqu’ils introduisent une relative explicative : Le Coquelicot, où j’ai mangé mes premières crêpes Suzette, est l’un de mes restaurants préférés. Les livres anciens, dont il fait collection depuis plusieurs années, occupent une place importante dans sa bibliothèque. Les tulipes hâtives, qui fleurissent dès le mois d’avril, font oublier les rigueurs de l’hiver. En revanche, ils ne sont jamais précédés de la virgule lorsqu’ils introduisent une relative déterminative : Le livre dont il s’est servi se trouve à la bibliothèque. J’aime les restaurants où l’on peut apporter son propre vin. Les tulipes qui fleurissent tôt au printemps sont appelées « hâtives ». Comme l’illustre l’exemple suivant, la virgule peut vraiment changer le sens de la phrase : Les étudiants, qui sont arrivés en retard, ont manqué des explications importantes. (tous les étudiants sont arrivés en retard) Les étudiants qui sont arrivés en retard ont manqué des explications importantes. (seuls les étudiants qui sont arrivés en retard ont manqué les explications) Pronom relatif non associé au mot qui précède Pour signaler que le pronom relatif ne s’applique pas au mot qui le précède directement, des auteurs recommandent d’adopter l’une ou l’autre des solutions suivantes : placer une virgule devant le pronom : J’ai rencontré la fille d’un ami, qui est accusée de… utiliser un pronom comme auquel ou lequel, plus lourd, mais qui précise le sens de la phrase puisqu’il varie en genre et en nombre : J’ai rencontré la fille d’un ami, laquelle est accusée de… Ces solutions ne sont cependant pas toujours satisfaisantes. La meilleure solution consiste souvent à reformuler la phrase. Renseignements complémentaires Voir virgule avec les relatives explicatives et déterminatives.
Source : Clés de la rédaction (difficultés et règles de la langue française)
Nombre de consultations : 17 777

c’est-à-dire (virgule et abréviation)

Article sur l’expression c’est-à-dire et son abréviation.
La locution c’est-à-dire s’abrège en c.-à-d. Il faut veiller à mettre des traits d’union et des points abréviatifs. On évite l’abréviation latine i.e. (id est), couramment employée en anglais pour abréger that is (to say). C’est-à-dire est toujours précédé d’une virgule, mais n’en est jamais suivi. Ainsi, on écrit : Un haut fonctionnaire désigne un employé qui occupe un poste de direction, c’est-à-dire un poste de catégorie EX. Renseignements complémentaires Pour plus de renseignements, voir exemple.
Source : Clés de la rédaction (difficultés et règles de la langue française)
Nombre de consultations : 17 300

guillemets (généralités)

Article présentant les fonctions des guillemets, les types de guillemets et l’espacement à utiliser avec ceux-ci.
Sur cette page Fonctions des guillemets Types de guillemets Espacement Renseignements complémentaires Fonctions des guillemets Les guillemets servent à isoler des mots ou des phrases. Ils s’apparentent à l’italique, avec lequel ils entrent d’ailleurs en concurrence pour un bon nombre de fonctions, comme lorsqu’il faut reproduire des titres d’ouvrages ou faire ressortir des mots qu’on emploie dans un sens spécial. Leur fonction la plus importante, toutefois, est d’encadrer les citations; c’est leur rôle traditionnel. Citer consiste à reproduire mot à mot un texte tel qu’il a été écrit ou des paroles telles qu’elles ont été prononcées. En employant les guillemets, l’auteur garantit que les mots encadrés sont la copie fidèle de l’original, qu’il en a respecté à la lettre la syntaxe et la ponctuation, qu’il n’a modifié ni l’orthographe ni l’ordre des mots. À ce rôle traditionnel des guillemets se sont ajoutés d’autres emplois. Les guillemets continuent de l’emporter de loin sur l’italique pour ce qui est des citations proprement dites, mais dans les autres cas l’usage tend souvent à donner la préférence à l’italique. Types de guillemets Quelle que soit la langue des mots que l’on encadre de guillemets, on emploie en français les guillemets français. Ils consistent en doubles chevrons, dont la première paire s’appelle le « guillemet ouvrant », et la seconde le « guillemet fermant ». Les guillemets anglais (“ ”), les doubles apostrophes (") et les simples apostrophes (‘ ’) ne sont utilisés en général que pour les citations à l’intérieur de citations ou pour guillemeter des mots qui figurent à l’intérieur de passages qui sont déjà entre guillemets : « Une porphoryne est une molécule assez élastique, explique l’un des chercheurs. Elle possède quatre “pattes” sur lesquelles elle a tendance à “marcher” lorsqu’on la pousse. » Des auteurs et des éditeurs confient parfois des fonctions différentes aux guillemets français et aux guillemets anglais à l’intérieur d’un même texte. Par exemple, ils réservent les guillemets français pour les citations proprement dites, et utilisent les guillemets anglais pour les mots employés dans un sens spécial. Espacement Les guillemets français sont toujours séparés des mots qu’ils encadrent par une espace : « La plus constante marque de la sagesse, c’est une constante réjouissance », a dit Montaigne. Les guillemets anglais, ainsi que les doubles apostrophes, sont au contraire toujours collés aux mots qu’ils encadrent : « Par rapport aux “sciences humaines”, la psychanalyse et l’ethnologie sont plutôt des “contre-sciences” » (M. Foucault). « La plupart des gens dits "normaux" sont seulement de bons simulateurs » (É. Ajar). L’ensemble formé par les guillemets et les mots qu’ils encadrent s’espace comme un mot ordinaire. Renseignements complémentaires Pour obtenir de l’information plus détaillée sur les diverses fonctions des guillemets : citations (règles générales) ponctuation avec les guillemets fermants écrits, journaux, œuvres, etc. (titres) lettres de l’alphabet employées seules mots étrangers (italique et guillemets) mots se désignant eux-mêmes (italique et guillemets) niveaux de langue véhicules (voitures, avions, bateaux, etc.) marques de commerce opérations techniques, militaires ou policières
Source : Clés de la rédaction (difficultés et règles de la langue française)
Nombre de consultations : 17 123

tiret (fonctions)

Article portant sur les différentes fonctions du tiret et fournissant des précisions liées à son usage.
Sur cette page Longueurs de tiret et recommandation Fonctions Traitement de texte Renseignements complémentaires Simple ou double, le tiret a principalement pour rôle de créer un effet d’insistance et de signaler un changement de niveau dans le discours. Comme il détache les éléments de la phrase plus nettement que ne le fait la virgule, le tiret contribue à la clarté de l’expression et facilite ainsi la tâche au lecteur. Il faut se garder d’abuser du tiret sous peine de lui faire perdre de son efficacité et de sa puissance expressive. Longueurs de tiret et recommandation Il ne faut pas confondre le trait d’union (-) et le tiret (–). Ces deux signes sont différents et n’ont pas les mêmes fonctions. Il faut donc éviter d’employer l’un à la place de l’autre. Bien qu’il existe en réalité trois longueurs de tiret, on n’en utilise que deux en français : le tiret qu’on appellera « court » ou tiret demi-cadratin (–), qui se nomme en dash en anglais, et le tiret long ou tiret cadratin (—) qu’on appelle em dash en anglais. Le trait d’union, pour sa part, est plus court que le tiret court. Dans la plupart des documents, on ne fait pas de distinction entre les deux longueurs de tiret et on emploie soit le court, soit le long, dans tous les cas. Dans les ouvrages soignés, le tiret court (demi-cadratin) est utilisé de part et d’autre d’une incise, devant les éléments des listes et des énumérations, et dans les toponymes surcomposés. Le tiret long (cadratin) est employé pour marquer le changement d’interlocuteur dans les dialogues et pour indiquer la nullité. Pour des questions de régularité du texte, nous recommandons l’emploi du tiret court (–) dans tous les cas. Mentionnons qu’en typographie, le signe mathématique « moins » se représente par un tiret court. Fonctions Les tirets, comme les parenthèses et la double virgule, servent à insérer des éléments qui pourraient être retranchés de la phrase sans que le sens de cette dernière s’en trouve radicalement altéré. Le tiret a de multiples fonctions. Il sert à : indiquer un changement d’interlocuteur dans les dialogues « Pouvez-vous venir? — Tout de suite, monsieur. » Victor s’adressant à son père : — Peut-on être puni pour quelque chose qu’on n’a pas fait, papa? — Mais non, voyons! Pourquoi? — Parce que je n’ai pas fait mes devoirs. (On voit souvent le tiret long dans ce cas.) séparer le nom de l’interlocuteur du texte de son intervention dans les comptes rendus de réunions Le tiret est alors le plus souvent précédé d’un point : Odile Bérubé. — Nous n’aurons pas les ressources nécessaires pour mener ce projet à terme. Simon Ladéroute. — Je ne vois qu’une solution : l’abandonner. (On voit souvent le tiret long dans ce cas.) isoler, créer un effet d’insistance et mettre en valeur ou en relief un mot ou une expression dans un énoncé Le tiret capte l’attention du lecteur. Il est le signe tout désigné pour souligner une opposition ou une conclusion inattendue, pour créer un effet de chute ou d’insistance. On l’utilise pour remplacer les virgules ou les parenthèses avant et après les incises : Je croyais que le grade donnait de l’autorité – il en ôte. (J. Vallès) L’avenir de l’homme antique devait être révélé. Celui du savant d’hier pouvait être prévu. Le nôtre est à construire – par l’invention et par le travail. (G. Berger) Il m’a demandé de traduire une expression – qui n’avait absolument aucun sens – juste avant mon départ. Après avoir vidé son sac – elle en avait gros sur le cœur! –, elle a remis sa démission. séparer les éléments d’une énumération verticale (appelés jalons énumératifs) J’aimerais recevoir au plus tôt les documents suivants : le procès-verbal de la séance de la semaine dernière les annexes II et III du rapport sur… les organigrammes des trois services intéressés Un bon rédacteur recherche : la clarté la simplicité la concision marquer la nullité dans les tableaux, les factures, les catalogues, etc. (au Canada) Le tiret est utilisé au Canada pour indiquer la nullité et équivaut à « aucun » ou zéro. Toutefois, dans le reste de la francophonie, il sert à marquer la répétition et non la nullité. Pour éviter la confusion dans un tableau comportant des colonnes de chiffres, il est préférable de remplacer le tiret par 0 (zéro) ou par les mots néant, rien, non déterminé ou n.d. Le danger d’équivoque disparaît quand le tiret concerne des mots :   Stylos bleus : 15 – noirs : 20 – rouges : –  Pour indiquer la répétition sans reproduire les données deux fois, on peut utiliser le mot idem ou employer les guillemets itératifs (») : Je suis en faveur du télétravail. »    »    »    »     des heures de travail flexibles. L’emploi des guillemets anglais (") est plus fréquent au Canada dans ce contexte. remplacer un mot vedette dans les index, les dictionnaires, les lexiques, etc. augmentation (verbes exprimant une –) Cette fonction est aussi parfois remplie par le tilde (~). Dans les lexiques et les dictionnaires, le tiret joue ce rôle autant dans l’usage canadien que dans l’usage français. subdiviser des titres de chapitres, après une lettre (A. –), un chiffre romain (III. –) ou arabe (2. –) Les tirets sont souvent, mais non obligatoirement, précédés d’un point : A. – La pauvreté en Amérique du Nord 1. – Dans les milieux urbains 2. – Dans les milieux ruraux II – Les relations patronales-syndicales A – Dans les années 60 B – Dans les années 80 On peut aussi, dans ce dernier cas, ne mettre que le point à la suite du chiffre ou de la lettre : – A. L’immigration 1. La composante économique 2. La composante sociale Voir aussi divisions et subdivisions d’un ouvrage. séparer les questions et les réponses d’une entrevue Q. – ………………… R. – ………………… séparer les éléments d’un sommaire Le sommaire est une sorte de table des matières placée au début d’un livre ou d’un chapitre. Le tiret est très souvent précédé d’un point : Chapitre II L’histoire des jardins Le mythe du paradis terrestre. – Le jardin dans les civilisations orientales. – Le jardin au Moyen Âge. – Les jardins de la Renaissance. joindre ou opposer deux éléments, par exemple deux mots, deux chiffres ou deux lettres On l’emploie pour : comparer des mots : eau – haut portefeuille – porte-monnaie séparer deux lettres sur la reliure d’un livre (signifie « jusqu’à ») : A – F séparer des heures dans un horaire (signifie « jusqu’à ») : 9 h 15 – 17 h 15 séparer des numéros de pages (signifie « jusqu’à »), sans espace avant ni après. Certains conseillent plutôt le trait d’union dans ce cas : p. 1–12 séparer deux années (signifie « jusqu’à »), sans espace avant ni après. Certains conseillent plutôt le trait d’union dans ce cas : 1994–1996 séparer deux noms de villes ou de pays (signifie « jusqu’à », « et », « contre », etc.), sans espace avant ni après. Certains conseillent plutôt le trait d’union dans ce cas. Il faut toutefois éviter la barre oblique : Montréal–Paris en avion la guerre Inde–Pakistan l’accord Canada–Norvège relations employeurs–employés Le tiret se rapproche parfois de la fonction de l’oblique (eau/haut, jour/nuit, alternance travail/loisirs). séparer deux éléments dont l’un comporte déjà un trait d’union, sans espace avant ni après. Le tiret peut séparer deux toponymes : la partie de hockey Trois-Rivières–La Tuque parcourir Sherbrooke–Saint-Jean-sur-Richelieu à vélo ou faire partie intégrante d’un toponyme surcomposé (appellation composée de deux toponymes) : la région du Saguenay–Lac-Saint-Jean la région Mauricie–Bois-Francs la municipalité de L’Annonciation–Partie-Nord De plus, le trait d’union est de mise quand les deux éléments forment un mot composé : une manifestation anti-États-Unis introduire le nom de l’auteur après une citation Le mariage est comme le tiret en imprimerie : il sépare et relie. – Jean-Paul Richter Traitement de texte Du point de vue informatique, le tiret court s’obtient en tapant ALT + 0150 et le tiret long, en tapant ALT + 0151, selon les caractères du code Ansi. On peut aussi les trouver à partir du menu Insertion d’un traitement de texte, sous Caractères spéciaux ou Symboles. Renseignements complémentaires Voir tiret (signes de ponctuation et espace avec le tiret).
Source : Clés de la rédaction (difficultés et règles de la langue française)
Nombre de consultations : 15 707

Employer le point d’interrogation ou pas? Bonne question!

Jeu portant sur le point d’interrogation, notamment les interrogations directes et indirectes.Il peut être difficile de savoir quand employer le point d’interrogation. Par exemple, certaines phrases se lisent comme des questions, mais sont en fait des demandes polies, tandis que d’autres ressemblent à des affirmations, mais sont des questions.À quel « point » maîtrisez-vous l’emploi du point d’interrogation? Essayez ce jeu pour le savoir!Vous pouvez consulter notre article sur le point d’interrogation pour en apprendre plus sur ce signe de ponctuation.Dites si l’emploi du point d’interrogation est correct ou incorrect dans les phrases ci-dessous.1. Tu n’as pas vu mon crayon? J’étais pourtant certain de l’avoir déposé sur la table.correctincorrect2. Auriez-vous l’obligeance de m’apporter le rapport que Marie a préparé la semaine dernière?correctincorrect3. Lui donner une autre chance? Jamais en cent ans!correctincorrect4. Tu viens avec nous voir la nouvelle pièce de théâtre de Judith?correctincorrect5. J’aimerais savoir si elle est libre aujourd’hui?correctincorrect6. Je me demande si Anita a réussi son examen de biologie?correctincorrect7. Quand Ruth Rosenthal a immigré au Canada (en 193?), elle s’est facilement adaptée à sa nouvelle vie.correctincorrect8. Robert vient tout juste d’arriver. Je voudrais bien savoir où il était ce matin quand j’avais besoin de lui?correctincorrect9. Devrais-je emprunter à la banque?, me suis-je demandé.correctincorrect  
Source : Jeux du Portail linguistique du Canada
Nombre de consultations : 14 070

point d’exclamation

Article portant sur les fonctions du point d’exclamation, ainsi que sur diverses particularités liées à ce signe de ponctuation.
Sur cette page Fonctions Espacement Majuscule/minuscule après le signe Point d’exclamation double, triple ou combiné Entre parenthèses Ponctuation avec le signe Exclamation directe ou indirecte Après une interjection À la fin d’un titre Fonctions Le point d’exclamation (« ! ») sert à exprimer un sentiment, comme la joie, l’étonnement, la crainte, l’admiration, l’indignation, l’ironie, le chagrin, la douleur, etc. Il accompagne habituellement un cri, une injure, une interjection, une apostrophe, un ordre, une imploration, etc. Il est assez rarement employé dans la langue administrative. Espacement On ne met pas d’espace avant le point d’exclamation, et on met une seule espace après. Certains ouvrages de typographie recommandent de faire précéder le point d’exclamation d’une espace fine, ce que permettent les logiciels d’éditique et de mise en pages, mais pas les logiciels de traitement de texte. Majuscule/minuscule après le signe Quand le point d’exclamation termine la phrase, la phrase suivante commence par une majuscule : Quelle belle histoire! Je suis émue. Ah non! Je ne retournerai pas chez elle de sitôt. Il arrive toutefois qu’il soit placé à l’intérieur de la phrase, notamment après une interjection ou si la phrase n’est pas terminée. Dans ce cas, le mot qui suit prend la minuscule : Quelle belle histoire! me dit-elle. Ah! qu’il est bon de vivre! Ha, ha, ha! que tu es drôle! Ouf! j’ai enfin terminé! Eh! c’est incroyable! Non! je ne veux pas que tu y ailles. Dans le cas d’une interjection placée en début de phrase : on met une majuscule au mot qui suit le point d’exclamation si l’on veut insister sur l’interjection; le point d’exclamation équivaut alors à un point ordinaire : Minute! Je n’ai pas encore terminé! on met une minuscule au mot qui suit le point d’exclamation si l’on considère que l’interjection constitue l’amorce de la phrase; le point d’exclamation équivaut dans ce cas à une virgule : Minute! mon ami, j’arrive! Point d’exclamation double, triple ou combiné Le point d’exclamation peut être doublé, triplé ou combiné avec un point d’interrogation pour amplifier l’expression d’un sentiment, comme l’incrédulité ou l’étonnement : Ça suffit. Tu exagères!!! C’est un boucher et il a peur du sang?! Ce procédé stylistique n’est toutefois pas recommandé dans la langue administrative. Entre parenthèses Pour marquer son étonnement ou son incrédulité, on peut faire suivre un élément de la phrase d’un signe d’exclamation placé entre parenthèses. La ponctuation ordinaire de la phrase est alors maintenue : Cette année (!), il n’y aura pas de compressions budgétaires. Malgré son asthme, il ne peut se résoudre à se départir de ses cinq chats et de ses trois chiens (!). À noter que l’ensemble formé par le point d’exclamation et les parenthèses s’espace comme un mot ordinaire et qu’il n’y a pas d’espace de part et d’autre du point d’exclamation. Ponctuation avec le signe Comme c’est le cas pour le point d’interrogation, le point d’exclamation se confond avec le point final, qui disparaît : Elle est partie faire du camping à la baie des Ha! Ha! Avec la virgule Quand un point d’exclamation figure en milieu de phrase, on a le choix de le faire suivre ou non d’une virgule (que des guillemets soient présents ou non) : J’ai encore, hélas! mal à la tête. / J’ai encore, hélas!, mal à la tête. « Comme si je n’avais pas assez d’ennuis! » s’est-il écrié. / « Comme si je n’avais pas assez d’ennuis! », s’est-il écrié. Il convient de considérer les deux procédés comme acceptables; l’important est d’assurer l’uniformité à l’intérieur du texte. Avec les guillemets Si le point d’exclamation fait partie d’une citation guillemetée, on le place à l’intérieur des guillemets. S’il fait partie de la phrase principale, on le place à l’extérieur des guillemets : Ma sœur m’a dit, tout heureuse : « J’ai gagné! » Ne me dites pas qu’elle est encore « épuisée »! Exclamation directe ou indirecte Le point d’exclamation s’emploie seulement avec une exclamation directe. Ainsi, on écrira : Bonne chance! (mais : Elle m’a souhaité bonne chance.) Après une interjection On met un point d’exclamation après une interjection ou une locution interjective employée seule, de même qu’après toute phrase exclamative, introduite ou non par un adjectif exclamatif : Hélas! Par exemple! Encore une réunion! Quand une phrase commence par une interjection, on met un point d’exclamation après cette interjection ainsi qu’à la fin de la proposition suivante, si cette dernière est exclamative : Hourra! Un nouveau photocopieur! Ah non! Il pleut et j’ai oublié mon parapluie. On répète le point d’exclamation après chaque élément quand des phrases exclamatives successives sont suffisamment indépendantes les unes des autres : Quel dommage! Quel scandale pour la famille! Par contre, s’il y a une gradation d’idées, il suffit de mettre un point d’exclamation à la fin de la phrase : C’est si ennuyeux, si regrettable! Pour en savoir davantage sur le point d’exclamation employé avec les interjections, voir onomatopées et interjections. À la fin d’un titre Pour tout savoir sur la ponctuation utilisée dans les titres, dont le point d’exclamation, voir titres et sous-titres (ponctuation).
Source : Clés de la rédaction (difficultés et règles de la langue française)
Nombre de consultations : 13 653