Navigateur linguistique

Le Navigateur linguistique permet de faire une recherche par mots clés ou par thème pour trouver rapidement réponse à des questions sur la langue ou la rédaction en français et en anglais. Pour en apprendre davantage sur cet outil de recherche, consultez la section À propos du Navigateur linguistique.

Première visite? Découvrez comment faire une recherche dans le Navigateur linguistique.

Rechercher par mots clés

Champs de recherche

Rechercher par thème

Faites une recherche par thème pour accéder rapidement à toutes les ressources linguistiques du Portail associées à un thème en particulier.

À propos du Navigateur linguistique

Le Navigateur linguistique cherche simultanément dans tous les outils d’aide à la rédaction, jeux et billets de blogue du Portail linguistique du Canada. Il vous donne accès à tout ce dont vous avez besoin pour bien écrire en français et en anglais : articles sur des difficultés de langue, recommandations linguistiques, tableaux de conjugaison, suggestions de traductions et bien plus.

Pour trouver la traduction d’un terme ou la réponse à vos questions d’ordre terminologique dans un domaine spécialisé, consultez TERMIUM Plus®.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Résultats 1 à 10 de 44 (page 1 de 5)

Communication claire : mots de liaison

Liste de mots et d’expressions qui permettent d’établir des liens entre les idées, comme d’abord, dans le but de, par contre, enfin.
(Un sujet semblable est traité en anglais dans l’article clear communication: transition words.) Attention : Les mots suivis d’un astérisque (*) peuvent être difficiles à comprendre pour certains lecteurs. Addition ainsi que à l’appui de* aussi d’abord d’ailleurs* d’un côté/d’un autre côté d’une part/d’autre part de même que de plus de surcroît* également en ce qui a trait à* en ce qui concerne en conformité avec* en dernier lieu* enfin en outre* ensuite et et même finalement ni par ailleurs* pour ce qui est de* premièrement puis quant à sur le plan de But afin de/que à seule fin de* dans le but de de façon à de manière à en vue de pour pour que Cause à cause de à force de à la lumière de* à la suite de à savoir* car comme compte tenu du fait que en raison de étant donné que grâce à parce que par conséquent* par suite de* puisque vu que Comparaison ainsi que à l’instar de* aussi autant (de)… que comme comme si comparativement à* conformément à* contrairement à davantage de même que en comparaison de* en conformité avec* moins (de)… que plus (de)… que si bien que tant tant que tel Conclusion, résumé ainsi à tout prendre* aussi au total bref c’est pourquoi d’où d’une façon générale dans l’ensemble dans les grandes lignes de ce fait donc en conclusion en d’autres termes en définitive* en résumé en somme* en un mot finalement pour cette raison pour conclure pour terminer pour tout dire tout compte fait* Condition, hypothèse à la condition que à moins que à supposer que au cas où dans la mesure où dans le cas où dans l’éventualité où* de sorte que* en admettant que en cas de même si pour peu que* pourvu que si Conséquence ainsi alors à tel point que attendu que* au fond au surplus* à vrai dire c’est pourquoi comme dans ces conditions de ce fait de cette façon de sorte que* de toute manière donc du coup* du reste* effectivement* en ce cas en conséquence en effet en fait en principe en réalité en théorie en vérité il s’ensuit que* par conséquent* pour pour ces motifs* pour cette raison puisque quoi qu’il en soit si bien que tellement que* vu Étapes d’un texte après quoi avant tout compte tenu de/que de plus de surcroît* enfin en outre* en plus en premier/en deuxième/en troisième lieu* en premier/en second/en dernier lieu* ensuite en terminant étant donné que finalement par surcroît* pour terminer tout d’abord Explication, illustration ainsi alors à savoir au cas où au reste* aussi bref car certes* c’est-à-dire c’est dire c’est pourquoi d’ailleurs* dans ce cas dans cet esprit dans l’ensemble de fait du reste* effectivement* en effet en fait en fin de compte en raison de en réalité en somme* entre autres en vérité grâce à notamment* parce que par exemple puisque si l’on songe que* somme toute* tel que tout compte fait* en ce sens Insistance, mise en évidence à ce propos à ce sujet à cet égard à cette fin certainement en matière de il est à noter que* mentionnons que notamment* notons que or* tout à fait Moyen à l’aide de au moyen de grâce à par l’entremise de (quelqu’un)* par l’intermédiaire de* Opinion personnelle à mon avis à mon sens* d’après il me semble quant à moi personnellement pour ma part selon moi Opposition, concession à défaut de* à l’encontre de* à l’inverse à l’opposé au contraire au lieu de bien que cependant du moins d’un autre côté du reste* encore que* en dépit de* en revanche* mais malgré malgré tout même si néanmoins* or* par contre plutôt pourtant quoique* sauf si seulement tandis que toutefois Restriction, atténuation d’une idée à l’exception de à l’exclusion de* à moins que au risque de cependant de toute façon du moins en dépit de* essentiellement* excepté hormis* mais malgré même si néanmoins* notamment* par contre par exception* pour autant que* pourtant pourvu que quitte à quoique* sans parler de sans préjuger* sans que sauf sous cette réserve* sous réserve de/que* toutefois Temps à ce jour à compter de* actuellement à l’avenir à l’époque actuelle à l’heure actuelle antérieurement* à partir de à présent au fur et à mesure que aujourd’hui dans le passé dans les circonstances actuelles dans l’état actuel des choses dans un délai de de nos jours dès maintenant désormais* d’ici là dorénavant* d’ores et déjà* en ce moment entre-temps finalement jusqu’à ce jour jusqu’à ce que jusqu’à maintenant jusqu’à présent jusqu’au moment où jusqu’ici pour le moment pour l’instant précédemment* puis sans délai sans tarder tandis que
Source : Clés de la rédaction (difficultés et règles de la langue française)
Nombre de consultations : 153 411

5 conseils pour rédiger des courriels efficaces

Billet de blogue en français donnant cinq conseils pour écrire des courriels efficaces.Vous l’avez sans doute déjà vécu : vous ouvrez un courriel et vous vous trouvez face à une mer de texte qui s’étend à perte de vue. Votre réaction? Fermer la fenêtre au plus vite et classer le message pour le lire plus tard… beaucoup plus tard! Le courrier électronique peut être un moyen de communication utile, mais tous ne savent pas bien s’en servir. Voici 5 conseils qui vous aideront à écrire des courriels que vos correspondants ouvriront, liront et comprendront. 1. Soignez votre crédibilité Présentez-vous comme le professionnel que vous êtes. Soyez poli : dites s’il vous plaît et merci quand il le faut Optez pour un ton professionnel : évitez le jargon, les points d’exclamation et les émoticônes Employez une formule d’appel et de salutation convenable, mais évitez le blabla qui sonne faux La conclusion doit cadrer avec le ton du courriel Votre signature doit être courte et simple : limitez les images et évitez les polices de caractères qui imitent l’écriture manuscrite Réservez l’indicateur « Très important » aux courriels vraiment importants 2. Présentez votre texte de façon réfléchie Pour que votre correspondant ait envie de vous lire et puisse le faire aisément, donnez-lui la bonne quantité d’information et disposez-la de la bonne façon. Placez le message clé et l’appel à l’action au début du message pour que votre correspondant les voie en premier lieu Présentez le reste de l’information en allant du plus important au moins important Pour accroître les chances qu’on vous réponde, limitez le nombre de sujets abordés Soyez bref et ne vous égarez pas : visez un maximum de 150 mots Optez pour des mots courts et courants, plutôt que du jargon et des mots compliqués Évitez les abréviations et les mots que votre correspondant risque de ne pas comprendre Faites des phrases courtes 3. Aidez votre correspondant à balayer le message Nous ne lisons pas mot à mot ce que nous voyons à l’écran. En fait, la plupart du temps, nous faisons une lecture en forme de F. Mettez à profit les options de présentation et de mise en forme pour orienter la lecture et faire ressortir les principaux points. Placez dès le début du courriel le message clé et l’action que doit faire le lecteur Si votre courriel est long et détaillé, insérez-y des sous-titres Pour le rendre facile à lire, découpez votre texte en paragraphes courts et faites des listes à puces ou à numéros Limitez les mots en gras; quand vous mettez l’accent sur trop de mots, aucun ne ressort vraiment Évitez les passages tout en majuscules, les caractères énormes et les couleurs variées : tout cela ralentit la lecture 4. Écrivez tout le message avant d’écrire la ligne d’objet La ligne d’objet est souvent ce qui décidera le lecteur à ouvrir votre courriel… ou non. Tirez-en le maximum. Finissez d’écrire votre courriel avant de remplir la ligne d’objet Employez des verbes d’action pour que votre correspondant sache ce que vous attendez de lui Soyez précis et descriptif : on doit voir tout de suite de quoi il s’agit Songez aux besoins de votre correspondant : demandez-vous ce qui l’amènera à s’intéresser à votre courriel Évitez d’amorcer une phrase dans la ligne d’objet et de la finir dans le corps du message La ligne d’objet doit compter au plus 50 caractères, soit de 6 à 8 mots. Ainsi, elle s’affichera au complet dans la liste des courriels reçus Gardez à l’esprit que, sur certains téléphones, on ne voit que 33 à 44 caractères de la ligne d’objet 5. Relisez-vous, et deux fois plutôt qu’une Imaginez-vous que tous vos collègues liront votre message. Un courriel s’écrit vite, mais il laisse une impression qui dure! L’effort consacré à la relecture vous fera gagner du temps plus tard et vous aidera à atteindre votre objectif. Utilisez le correcteur orthographique pour rattraper les fautes Lisez votre message de la fin au début pour repérer les fautes que le correcteur ne voit pas, comme les erreurs liées aux homonymes et aux subtilités de l’usage Voyez à ce que votre message clé soit parfaitement clair, exprimé simplement et exempt de fautes de frappe et d’éléments qui risquent d’être mal compris Vérifiez que tous les noms et tous les titres sont exacts Assurez-vous que vous n’avez pas oublié de joindre au courriel un fichier important ou un lien essentiel Connaissez-vous d’autres trucs pour écrire des courriels efficaces? Faites-nous en part dans les commentaires! Traduit par Marc-André Descôteaux, Portail linguistique du Canada
Source : Blogue Nos langues (billets de collaborateurs)
Nombre de consultations : 13 706

Communication claire : évitez la double négation

Conseil qui vous aidera à produire des textes faciles à lire et à comprendre.
(Un sujet semblable est traité en anglais dans l’article clear communication: choose positive over negative phrasing.) En français, une phrase exprimant une négation comprend généralement un adverbe de négation (non, ne… pas, ne…rien, sans, etc.) ou un autre élément négatif, comme un adjectif à sens négatif (inutile, inefficace, inconfortable, etc.). Voici quelques exemples de phrases négatives : Marie a l’intention de ne rien faire pendant ses vacances. Tu ne peux pas refuser l’offre de Pierre. Selon certaines études, l’aspartame serait sans danger. Sa façon de faire sera sûrement inefficace. Mais si on ajoute une deuxième négation aux phrases ci-dessus, elles prennent un tout autre sens. En effet, une double négation équivaut à une affirmation : Communication claire : Exemples démontrant qu’une double négation équivaut à une affirmation Double négation Sens de la phrase Marie n’a pas l’intention de ne rien faire pendant ses vacances. Marie a l’intention de faire des activités pendant ses vacances. Tu ne peux pas ne pas refuser l’offre de Pierre. Tu ne peux pas accepter l’offre de Pierre. Selon certaines études, l’aspartame ne serait pas sans danger. Selon certaines études, l’aspartame serait dangereux. Sa façon de faire ne sera sûrement pas inefficace. Sa façon de faire sera sûrement efficace. Avez-vous buté sur l’une ou l’autre de ces doubles négations? Si c’est le cas, ce n’est pas surprenant! La double négation nuit à la compréhension; c’est pourquoi il est préférable de l’éviter, par souci de clarté. Nota : Il faut faire attention car, dans la langue parlée, on ne donne pas toujours à la double négation le sens d’une affirmation : « Il n’y a pas personne » a le sens de « il n’y a personne ». Bien entendu, cet emploi est fautif. Il est aussi recommandé d’éviter les expressions suivantes, qui sont très courantes. On peut soit les éliminer complètement, soit les remplacer par des tournures plus simples : Communication claire : Expressions à éviter et solutions Évitez Dites plutôt Vous n’êtes pas sans savoir que… Vous savez que… Vous savez sans doute que… Vous savez sûrement que… Vous n’avez pas été sans remarquer que… Vous avez remarqué que… Vous avez sans doute remarqué que… Vous avez sûrement remarqué que… Vous n’êtes pas sans avoir entendu dire que… Vous avez sans doute entendu dire que… Vous avez sûrement entendu dire que… Vous n’êtes pas sans ignorer que*… * Attention : Il ne faut pas employer cette expression au sens de vous n’êtes pas sans savoir. Vous ignorez sans doute que… Vous ignorez sûrement que… Donc, pour résumer : non + non = oui. Étrange, n’est-ce pas? Alors, pourquoi alourdir votre texte et compliquer la vie de vos lecteurs en écrivant des doubles négations? Optez pour des tournures affirmatives. Elles sont beaucoup plus claires.
Source : Clés de la rédaction (difficultés et règles de la langue française)
Nombre de consultations : 8 746

Améliorez votre style : utilisez un verbe pour simplifier l’énoncé

Jeu français dans lequel il faut trouver un verbe synonyme de l’expression entre crochets pour la simplifier.Une des façons d'améliorer notre style est d'écrire de façon claire et concise. Pour simplifier une expression composée d'un verbe courant (comme avoir, être et faire) suivie d'un nom, on peut la remplacer par un seul verbe. Par exemple, on peut remplacer faire de l'exercice par s'entraîner. Ce jeu vous permettra de développer ce réflexe!Dans les phrases suivantes, choisissez le verbe synonyme de l'expression entre crochets. Vous pouvez recourir à un dictionnaire des synonymes pour vous aider.1. Patrick [a demandé des renseignements au] préposé du centre touristique.s'est expliqué avec les'est interrogé auprès dus'est informé auprès du2. Dans son roman, elle [a fait une description de] la vie des familles canadiennes des années 50.a analyséa décriéa dépeint3. Nous [sommes arrivés à la conclusion] qu'il serait plus sage de ne pas déménager.avons déterminéavons conçuavons admis4. Le couple [a arrêté son choix sur] un modèle de voiture électrique.s'est penché sura opté poura hésité devant5. Le président [a donné son accord au] projet.a autorisé lea assigné lea statué sur le6. Elle [a fait une promenade] dans le bois avec son chien.s'est baladées'est arrêtéea fouiné7. Une fois tous les matériaux reçus, nous [avons été en mesure de] commencer les travaux.avons tenté deavons envisagé deavons pu8. Vous avez [apporté des changements à] l'ordre des étapes à suivre. Le processus est clair maintenant.reconsidérémodifiéexaminé9. [As-tu l'intention de] participer à la cérémonie?T'attends-tu àEspères-tuEnvisages-tu de10. La direction [a procédé à l'examen des] documents et vous communiquera les résultats de son analyse prochainement.a étudié less'est référée auxa survolé les  
Source : Jeux du Portail linguistique du Canada
Nombre de consultations : 7 642

Expressions simplifiées

Jeu où il faut trouver l’expression la plus simple en remplacement d’une expression plus compliquéeAprès avoir lu un texte, avez-vous déjà eu l’impression que le message était noyé dans une mer de mots inutiles et compliqués? Si oui, vous comprenez certainement que, pour bien communiquer un message, il est essentiel d’employer une langue claire et simple.Choisissez l’expression équivalente la plus simple pour remplacer les expressions en gras ci-dessous. Attention : certains choix de réponse n’ont pas le même sens que l’expression à remplacer!Vous aimeriez avoir quelques conseils avant de vous lancer? Consultez l’article Communication claire : choisissez des mots clairs des Clés de la rédaction.1. Voici les preuves afférentes à ce dossier.liéesse rapportantsubordonnées2. On a choisi les volontaires de façon aléatoire.au préalableconsciencieusementau hasard3. Il doit faire cession de ses biens.donnerrétribuerse dessaisir4. Conformément à la loi, il faut fournir une preuve de citoyenneté.Quant àSelonEn ce qui concerne5. Damien doit être conscient du fait que ces produits sont dangereux pour la santé.savoirêtre informéadmettre6. Cette histoire corrobore mon point de vue.étayeconfirmeabonde dans le sens de7. Elle a déboursé plus de 11 000 $ en frais juridiques.payééconomisédéfrayé8. L’encre de ce marqueur est délébile.corrigeableineffaçableeffaçable9. Les travailleurs devraient s’enquérir de leurs droits.s’interroger surs’informer deêtre privés de10. Louane vous saurait gré de lui fournir ce document.recommandeserait reconnaissanteordonne  
Source : Jeux du Portail linguistique du Canada
Nombre de consultations : 6 977

anacoluthe

Article sur l'anacoluthe, une faute de syntaxe.
Le nom féminin anacoluthe vient du grec anacoluthon, qui signifie « absence de suite dans les idées ». L’anacoluthe se définit comme une « rupture de la construction d’une phrase ». Faute de syntaxe L’anacoluthe est considérée comme une faute de syntaxe. Elle nuit à la clarté du message et à la compréhension d’un texte. On la trouve souvent dans les phrases longues que l’on n’arrive pas à construire correctement. Dans ce cas, mieux vaut couper la longue phrase sur laquelle on bute en plusieurs phrases courtes plus lisibles. Un cas fréquent d’anacoluthe est d’avoir un sujet différent dans la proposition principale et dans la subordonnée, en particulier lorsque celle-ci est placée en tête de phrase, que son sujet est sous-entendu et que l’action est exprimée par un participe présent, un participe passé ou un infinitif. Il y a alors rupture dans le lien logique. On rétablit la symétrie en mettant le même sujet dans les deux segments ou en reformulant la phrase. Exemples d’anacoluthes et solutions Anacoluthe : Exemples fautifs, explications et solutions Évitez Problème Employez En espérant recevoir de vos nouvelles bientôt, veuillez agréer, Madame, mes salutations distinguées. Il y a une rupture entre En espérant et veuillez agréer. Le sujet sous-entendu de En espérant est l’auteur de la lettre (j’espère que… = je), alors que dans veuillez agréer, le destinataire est le sujet sous-entendu (c’est lui qui fera l’action d’agréer). En espérant recevoir de vos nouvelles bientôt, je vous prie d’agréer, Madame, mes salutations distinguées. La proposition placée en tête de phrase et la proposition principale ont maintenant le même sujet. Dans l’attente de votre réponse, veuillez agréer, Monsieur, l’expression de mes sentiments distingués. Le sujet sous-entendu de la proposition initiale, je (Dans l’attente de votre réponse = je suis en attente), n’est pas le même que celui de la principale, veuillez (= vous). Dans l’attente de votre réponse, je vous prie d’agréer, Monsieur, l’expression de mes sentiments distingués. Pour diminuer le nombre d’entrées illégales au Canada, les résidents permanents doivent maintenant présenter une carte de résident permanent. Le sujet sous-entendu de la proposition initiale (diminuer) n’est pas le même que celui de la principale (résidents permanents). L’agent qui fait l’action décrite par l’infinitif doit être le sujet de la principale. Dans ce cas-ci, c’est le gouvernement du Canada qui veut diminuer le nombre d’entrées illégales au pays, et non les résidents permanents. Pour diminuer/Pour que diminue le nombre d’entrées illégales au pays, le gouvernement du Canada exige que les résidents permanents présentent dorénavant une carte de résident permanent. Les résidents permanents doivent présenter une carte pour que le nombre d’entrées illégales diminue. (et non : pour diminuer le nombre d’entrées) Julie, comme Pierre, ne sont pas heureux en mariage. Le sujet est Julie et non Julie et Pierre. Julie, comme Pierre, n’est pas heureuse en mariage. Ni Julie ni Pierre ne sont heureux en mariage. Je crois que la drogue, si on la légalisait au Canada, il y aurait de graves conséquences. Le sujet de la proposition initiale, je, n’est pas le même que celui de la principale, il. Je crois que la légalisation de la drogue aurait de graves conséquences au Canada. Si on légalisait la drogue au Canada, il y aurait de graves conséquences. Je crois qu’il y aurait de graves conséquences si la drogue était légalisée au Canada. Je crois qu’il y aurait de graves conséquences si on légalisait la drogue au Canada. Rentrée chez elle, son chien était mort. Le sujet sous-entendu de la proposition initiale, elle (Rentrée chez elle = elle est rentrée chez elle), n’est pas le même que celui de la principale (son chien). Rentrée chez elle, elle trouva son chien mort. Son chien était mort quand elle rentra chez elle. Pour faire suite au sondage sur les services à la clientèle, vous trouverez ci-joint un questionnaire sur la satisfaction des clients. Le sujet sous-entendu de la proposition initiale, nous (pour faire suite = nous faisons suite), n’est pas le même que celui de la principale (vous). Vous trouverez ci-joint un questionnaire sur la satisfaction des clients, lequel fait suite au sondage sur les services à la clientèle. Conçues par l’équipe du volet linguistique, j’ai le plaisir de vous présenter les Clés de la rédaction. Le sujet sous-entendu de la proposition initiale, elles (Conçues = elles, mis pour les Clés), n’est pas le même que celui de la principale, je (j’ai = je). J’ai le plaisir de vous présenter les Clés de la rédaction, conçues par l’équipe du volet linguistique. J’ai le plaisir de vous présenter les Clés de la rédaction, outil conçu par l’équipe du volet linguistique. Votre demande sera évaluée attentivement avant d’être prise en considération pour recevoir des fonds. Le sujet de l’infinitif recevoir (nous) n’est pas le même que celui de la proposition initiale (votre demande). Votre demande sera évaluée attentivement avant d’être prise en considération pour l’obtention de fonds. Langue parlée et littéraire Cette erreur de construction était assez fréquente dans l’ancienne langue écrite, qui se rapprochait plus du style parlé. D’ailleurs, il est très courant de faire des anacoluthes au fil d’une conversation; elles ne gênent habituellement pas la compréhension, probablement en raison des pauses et de l’intonation. Cependant, si on retranscrit le texte oral à l’écrit, il risque fort d’y avoir confusion. Les écrivains emploient parfois l’anacoluthe intentionnellement pour créer un effet de surprise ou pour mettre certains mots en valeur. Elle devient alors une figure de style : Exilé sur le sol au milieu des huées / Ses ailes de géant l’empêchent de marcher. (L’Albatros, Baudelaire) Voir à ce sujet l’article Grandeur et misère du participe présent de Jacques Desrosiers dans L’Actualité terminologique (repris dans les Chroniques de langue), vol. 34, nº 3 (2001).
Source : Clés de la rédaction (difficultés et règles de la langue française)
Nombre de consultations : 4 910

niveaux de langue

Article portant sur les différents niveaux de langue, qui fournit des définitions et des exemples, et qui présente les procédés de mise en relief pouvant être employés pour signaler des mots qui s’écartent du niveau de langue courant.
Il faut savoir choisir le vocabulaire et le niveau de langue qu’on emploie en fonction du lecteur, c’est-à-dire de son milieu culturel, social, etc. Il va de soi que l’on évite d’employer dans le langage écrit des termes vulgaires ou grossiers. Cependant, il en existe d’autres qui, inoffensifs en apparence, peuvent mettre dans l’embarras la personne qui les écrit. Il s’agit de mots populaires, moins provocants, qu’un usage courant a banalisés (rendus ordinaires), comme : bagnole, pour voiture, ou baraque, pour maison. D’autres termes sont tout simplement trop spécialisés ou relevés pour être glissés dans un texte courant ou administratif, car ils sont difficiles à comprendre. Par exemple : la puérilité de ses propos, au lieu de l’insignifiance de ses paroles. Mise en relief On peut employer l’italique ou les guillemets pour mettre en relief les mots ou expressions qui s’écartent du langage standard, comme les tours populaires, familiers ou de tout autre niveau de langue – joualisant, technique, archaïque, ironique, etc. –, les régionalismes, les mots impropres ou insolites, les surnoms, les néologismes, les jeux de mots, ainsi que les mots qu’on emploie dans un sens spécial. Certains auteurs favorisent l’italique pour cette fonction, mais l’emploi des guillemets reste très vivant : Italique Inutile de vous dire qu’ils se sont fait maganer. Les épluchettes étaient très populaires au 19e siècle (R. Dubuc et J.‑C. Boulanger). Dans le St-Laurent, il y a formation de frasil surtout entre Montréal et Sorel (Trésor de la langue française au Québec). Ce sont des oiseaux nidifuges, c’est-à-dire qui fuient le nid, qui le quittent tôt. Guillemets Inutile de vous dire qu’ils se sont fait « maganer ». Le secteur de l’énergie est le plus gros « buveur » d’eau. Elle a eu le « plaisir » de se voir assigner cette corvée. Un oiseau est un « porte-plumes » (J.-P. Colignon). Niveaux de langue, définitions et exemples Voici des définitions et des exemples permettant de distinguer les différents niveaux de langue : Niveaux de langue, définitions et exemples Niveau de langue Définition Exemples Niveau vulgaire Emploi de mots vulgaires ou d’expressions grossières, qu’il vaut mieux éviter dans la langue courante ou recherchée. - charogne, chien sale (pour désigner une personne) Niveau populaire Niveau de langue plus relâché et considéré comme incorrect. - M’as t’dire de quoi… - les ceusses (au lieu de celles) Niveau familier Mots ou structures de phrases que l’on emploie dans la conversation courante, lorsqu’on s’adresse à des amis ou à des gens que l’on connaît bien. - Passe-moi le beurre! - être maboul (au lieu de un peu fou) - maganer (dans le sens de endommager) Niveau courant ou standard Langage correct que l’on utilise habituellement. - Pourrais-tu me donner le beurre? Niveau soutenu ou soigné Façon de s’exprimer correctement et avec distinction. On emploie ce registre entre autres dans les journaux, les textes administratifs, les travaux scientifiques, un cours, un discours, etc. - Pourriez-vous m’aider, s’il vous plaît? Niveau littéraire (ou très soutenu, recherché) Style de communication comportant des mots ou des constructions qui ne sont pas d’usage courant. Il peut même s’agir de mots et de constructions rares. - abîme (au lieu de précipice) - bannir (au lieu de supprimer, exclure) - ladre (au lieu de avare)
Source : Clés de la rédaction (difficultés et règles de la langue française)
Nombre de consultations : 4 560

redondance

Article sur la redondance, figure de style à distinguer du pléonasme
La redondance est la répétition d’une idée sous une forme différente dans un même texte, souvent dans une même phrase ou des phrases voisines. Il s’agit d’une figure de style utile lorsqu’on souhaite insister sur une idée ou apporter une nuance. L’argent est ce qui compte le plus pour lui. Tout ce qu’il veut, c’est de l’argent! Cette situation a assez duré! J’en ai assez! Je n’en peux plus! Il faut que ça cesse! Chloé a remporté le premier prix, elle a vaincu tous ses adversaires! Toutefois, les redondances inutiles alourdissent le texte et nuisent à sa cohérence, car elles perturbent la progression logique des idées. La redondance est généralement à éviter dans les textes administratifs, où l’on devrait privilégier la concision et la clarté. Distinction entre redondance et pléonasme La redondance et le pléonasme sont des figures de style proches. De fait, certaines sources considèrent le pléonasme comme un type de redondance. D’un point de vue technique, la redondance consiste à réexprimer sous une forme différente une idée déjà évoquée. Le pléonasme, quant à lui, est caractérisé par un enchaînement immédiat de mots ou d’expressions qui expriment une même idée (p. ex. un hasard imprévu). Pour en apprendre davantage, consultez l’article pléonasme. Renseignements complémentaires Pléonasme Figures de style (généralités)
Source : Clés de la rédaction (difficultés et règles de la langue française)
Nombre de consultations : 4 410

Manions le verbe… avec éclat!

Billet de blogue en français présentant les verbes ternes et donnant des conseils de rédaction connexes.Qui suis-je? J’exprime une action, un état ou une relation. Au figuré, je désigne aussi l’expression de la pensée. Vous l’aurez deviné, c’est le verbe, un élément essentiel de la phrase! Conjugué, irrégulier, transitif, intransitif, pronominal, auxiliaire, attributif, impersonnel sont autant de termes qui qualifient les types et les groupes de verbes. Laissons de côté les considérations grammaticales et arrêtons-nous un instant sur les verbes… ternes. Un verbe qui brille par sa fadeur Le ciel, le teint, une couleur peuvent sembler ternes, c’est-à-dire sans éclat. D’ailleurs, selon le dictionnaire d’Antidote, le mot « terne » désigne ce qui n’attire ni ne retient l’attention en raison d’un manque de vivacité, d’originalité, d’imagination. Un verbe terne est un mot passe-partout, fade parce qu’utilisé à outrance. Lors de mes études au secondaire, je me souviens d’une enseignante qui nous avait présenté le trio de verbes utilisés à toutes les sauces : avoir, être et faire. Ils ne sont pas les seuls à figurer au palmarès des verbes ternes. En voici une brève liste : Aller Dire Finir Mettre Porter Pouvoir Tenir Vouloir Bannir les verbes ternes : un coup d’éclat? Doit-on bannir les verbes ternes de nos textes pour qu’ils deviennent plus vivants, plus captivants? La réponse est non. Ce serait d’ailleurs une mission impossible. Toutefois, le remplacement de quelques verbes neutres par d’autres verbes plus chargés de sens comporte plusieurs avantages. Une phrase qui gagne en précision À choisir entre un verbe terne et un verbe plus précis, l’on optera pour ce dernier. Comparons les deux phrases suivantes : Elle dit être innocente. Elle clame son innocence. Clamer, c’est exprimer quelque chose avec force, le crier. Clamer est porteur d’un sens propre et précis. Une phrase pleine d’allant Imaginez-vous au théâtre. Sur scène, une personne interprète un rôle en débitant son texte sans y insuffler d’énergie, sans moduler son intonation. Elle récite, sans plus. Le verbe terne correspond à cette personne qui récite; sans se tromper certes, mais sans enthousiasme, sans conviction. Au lieu d’écrire : « Le belvédère est au-dessus du fleuve Saint-Laurent. », reformulons la phrase pour lui donner du relief : « Le belvédère surplombe le fleuve Saint-Laurent. » L’on visualise plus facilement le belvédère qui domine le fleuve. Une phrase bien souvent plus courte La plupart du temps, les verbes « être », « avoir » et « faire » nécessitent des compléments. En leur substituant des verbes plus précis, on gagne en concision. « Avoir envie de voyager » devient « souhaiter voyager ». Au lieu de dire « je vais faire un tour », pourquoi pas « je sors »? « Avoir de la difficulté à faire quelque chose » peut se transformer en « peiner », « besogner » ou « s’échiner », selon le contexte. Une bonne impression L’emploi excessif des verbes ternes appauvrit le texte et suscite l’ennui de la personne qui le lit. Enrichissez le texte en choisissant un verbe plus précis (« cette personne déborde d’énergie » au lieu de « cette personne est pleine d’énergie ») ou encore dynamisez le texte en employant un verbe d’action (« elle prépare un dessert » au lieu de « elle fait un dessert »). Parfois, il convient de reformuler le propos. Comparons les deux phrases suivantes. Exemple de reformulation Version terne Version remaniée Elle n’est pas contente de la façon dont les choses se sont passées et elle veut s’en aller. Mécontente de la tournure des événements, elle décide de partir. Un texte insipide, non merci! Une fois le texte rédigé, laissez-le de côté le temps de décanter les idées. À tête reposée, on repère mieux les verbes ternes. Comme en toutes choses, la modération a bien meilleur goût. Au lieu de biffer tous les verbes ternes, modifiez quelques occurrences. Vous pouvez puiser de l’inspiration dans les dictionnaires, notamment les dictionnaires de synonymes ou les livres de difficultés de la langue française, pour trouver des solutions de remplacement. Le remplacement des verbes ternes constitue une véritable gymnastique intellectuelle. Selon l’adage, c’est en forgeant qu’on devient forgeron. Plus vous pratiquerez cette gymnastique, plus votre cerveau deviendra apte et prompt à reconnaître et à remplacer un verbe terne. Peut-être considérerez-vous la lecture d’un œil neuf? Les gens de lettres le savent : la lecture constitue le moteur de l’écriture. Chose certaine, avec la pratique, votre style s’améliorera pour le plaisir de tout un chacun.
Source : Blogue Nos langues (billets de collaborateurs)
Nombre de consultations : 3 807

Communication claire : favorisez la concision

Conseils pratiques qui vous aideront à raccourcir vos phrases et vos textes.
Sur cette page Éliminez les détails superflus Choisissez des expressions et des mots courts Éliminez les mots inutiles Regroupez deux idées en une seule Allégez vos questions Employez des préfixes et des suffixes Si vous voulez alléger vos textes et vos phrases, le premier principe à appliquer est celui de la concision. Voici quelques techniques à connaître. Éliminez les détails superflus Pour rendre vos messages plus efficaces et faciliter la vie des lecteurs, concentrez-vous sur l’essentiel, et éliminez les renseignements inutiles. Choisissez des expressions et des mots courts Voici quelques exemples. Communication claire : Exemples d’expressions longues à remplacer et solutions Au lieu de dire Dites fréquemment souvent centre hospitalier hôpital effectuer une modification modifier, changer Éliminez les mots inutiles Écrivez, par exemple : Les inspecteurs effectueront une visite de deux heures aux laboratoires, examineront les listes de produits chimiques utilisés et feront rapport au Ministère. (plutôt que : Les inspecteurs effectueront une visite d’une durée de deux heures aux laboratoires et passeront en revue les données contenues dans les listes de produits chimiques utilisés dans chacun pour en faire rapport au Ministère.) Regroupez deux idées en une seule Écrivez, par exemple : Leur amitié profonde s’intensifie jour après jour. (plutôt que : Leur amitié est profonde et s’intensifie jour après jour.) Cette technique vous permettra généralement de faire l’économie du verbe être et d’une conjonction (mais, ou, et, donc, car, ni, or). Allégez vos questions Écrivez, par exemple : Voulez-vous que j’apporte du vin? (plutôt que : Est-ce que vous voulez que j’apporte du vin?) Employez des préfixes et des suffixes Un préfixe est un élément placé avant la racine d’un mot pour former un nouveau mot. Par exemple, le préfixe viti-, qui veut dire « vigne », entre dans la composition du mot viticulture (culture de la vigne). Un suffixe se place à la suite de la racine d’un mot pour former un mot dérivé. Par exemple, le suffixe -logie, qui veut dire « science », entre dans la composition du mot climatologie (science qui étudie le climat). L’emploi de mots dérivés qui ont été créés à l’aide de préfixes ou de suffixes permet souvent de remplacer un groupe de mots par un seul mot : Un traitement qui protège contre la rouille = un traitement antirouille Un être d’une autre planète que la Terre = un extraterrestre Un mauvais fonctionnement = un dysfonctionnement Un pays qui pratique l’agriculture = un pays agricole Un animal qui se nourrit de végétaux = un animal herbivore Des champignons que l’on peut manger = des champignons comestibles Attention : Avant d’utiliser un mot qui comporte un préfixe ou un suffixe, demandez-vous s’il fait partie du vocabulaire de vos lecteurs. Si vous n’en êtes pas certain, employez un groupe de mots qui explique la notion. En effet, la concision ne doit pas nuire à la compréhension du texte.
Source : Clés de la rédaction (difficultés et règles de la langue française)
Nombre de consultations : 3 685