Navigateur linguistique

Le Navigateur linguistique permet de faire une recherche par mots clés ou par thème pour trouver rapidement réponse à des questions sur la langue ou la rédaction en français et en anglais. Pour en apprendre davantage sur cet outil de recherche, consultez la section À propos du Navigateur linguistique.

Première visite? Découvrez comment faire une recherche dans le Navigateur linguistique.

Rechercher par mots clés

Champs de recherche

Rechercher par thème

Faites une recherche par thème pour accéder rapidement à toutes les ressources linguistiques du Portail associées à un thème en particulier.

À propos du Navigateur linguistique

Le Navigateur linguistique cherche simultanément dans tous les outils d’aide à la rédaction, jeux et billets de blogue du Portail linguistique du Canada. Il vous donne accès à tout ce dont vous avez besoin pour bien écrire en français et en anglais : articles sur des difficultés de langue, recommandations linguistiques, tableaux de conjugaison, suggestions de traductions et bien plus.

Pour trouver la traduction d’un terme ou la réponse à vos questions d’ordre terminologique dans un domaine spécialisé, consultez TERMIUM Plus®.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Résultats 1 à 10 de 54 (page 1 de 6)

guillemets (généralités)

Article présentant les fonctions des guillemets, les types de guillemets et l’espacement à utiliser avec ceux-ci.
Sur cette page Fonctions des guillemets Types de guillemets Espacement Renseignements complémentaires Fonctions des guillemets Les guillemets servent à isoler des mots ou des phrases. Ils s’apparentent à l’italique, avec lequel ils entrent d’ailleurs en concurrence pour un bon nombre de fonctions, comme lorsqu’il faut reproduire des titres d’ouvrages ou faire ressortir des mots qu’on emploie dans un sens spécial. Leur fonction la plus importante, toutefois, est d’encadrer les citations; c’est leur rôle traditionnel. Citer consiste à reproduire mot à mot un texte tel qu’il a été écrit ou des paroles telles qu’elles ont été prononcées. En employant les guillemets, l’auteur garantit que les mots encadrés sont la copie fidèle de l’original, qu’il en a respecté à la lettre la syntaxe et la ponctuation, qu’il n’a modifié ni l’orthographe ni l’ordre des mots. À ce rôle traditionnel des guillemets se sont ajoutés d’autres emplois. Les guillemets continuent de l’emporter de loin sur l’italique pour ce qui est des citations proprement dites, mais dans les autres cas l’usage tend souvent à donner la préférence à l’italique. Types de guillemets Quelle que soit la langue des mots que l’on encadre de guillemets, on emploie en français les guillemets français. Ils consistent en doubles chevrons, dont la première paire s’appelle le « guillemet ouvrant », et la seconde le « guillemet fermant ». Les guillemets anglais (“ ”), les doubles apostrophes (") et les simples apostrophes (‘ ’) ne sont utilisés en général que pour les citations à l’intérieur de citations ou pour guillemeter des mots qui figurent à l’intérieur de passages qui sont déjà entre guillemets : « Une porphoryne est une molécule assez élastique, explique l’un des chercheurs. Elle possède quatre “pattes” sur lesquelles elle a tendance à “marcher” lorsqu’on la pousse. » Des auteurs et des éditeurs confient parfois des fonctions différentes aux guillemets français et aux guillemets anglais à l’intérieur d’un même texte. Par exemple, ils réservent les guillemets français pour les citations proprement dites, et utilisent les guillemets anglais pour les mots employés dans un sens spécial. Espacement Les guillemets français sont toujours séparés des mots qu’ils encadrent par une espace : « La plus constante marque de la sagesse, c’est une constante réjouissance », a dit Montaigne. Les guillemets anglais, ainsi que les doubles apostrophes, sont au contraire toujours collés aux mots qu’ils encadrent : « Par rapport aux “sciences humaines”, la psychanalyse et l’ethnologie sont plutôt des “contre-sciences” » (M. Foucault). « La plupart des gens dits "normaux" sont seulement de bons simulateurs » (É. Ajar). L’ensemble formé par les guillemets et les mots qu’ils encadrent s’espace comme un mot ordinaire. Renseignements complémentaires Pour obtenir de l’information plus détaillée sur les diverses fonctions des guillemets : citations (règles générales) ponctuation avec les guillemets fermants écrits, journaux, œuvres, etc. (titres) lettres de l’alphabet employées seules mots étrangers (italique et guillemets) mots se désignant eux-mêmes (italique et guillemets) niveaux de langue véhicules (voitures, avions, bateaux, etc.) marques de commerce opérations techniques, militaires ou policières
Source : Clés de la rédaction (difficultés et règles de la langue française)
Nombre de consultations : 17 123

tiret (fonctions)

Article portant sur les différentes fonctions du tiret et fournissant des précisions liées à son usage.
Sur cette page Longueurs de tiret et recommandation Fonctions Traitement de texte Renseignements complémentaires Simple ou double, le tiret a principalement pour rôle de créer un effet d’insistance et de signaler un changement de niveau dans le discours. Comme il détache les éléments de la phrase plus nettement que ne le fait la virgule, le tiret contribue à la clarté de l’expression et facilite ainsi la tâche au lecteur. Il faut se garder d’abuser du tiret sous peine de lui faire perdre de son efficacité et de sa puissance expressive. Longueurs de tiret et recommandation Il ne faut pas confondre le trait d’union (-) et le tiret (–). Ces deux signes sont différents et n’ont pas les mêmes fonctions. Il faut donc éviter d’employer l’un à la place de l’autre. Bien qu’il existe en réalité trois longueurs de tiret, on n’en utilise que deux en français : le tiret qu’on appellera « court » ou tiret demi-cadratin (–), qui se nomme en dash en anglais, et le tiret long ou tiret cadratin (—) qu’on appelle em dash en anglais. Le trait d’union, pour sa part, est plus court que le tiret court. Dans la plupart des documents, on ne fait pas de distinction entre les deux longueurs de tiret et on emploie soit le court, soit le long, dans tous les cas. Dans les ouvrages soignés, le tiret court (demi-cadratin) est utilisé de part et d’autre d’une incise, devant les éléments des listes et des énumérations, et dans les toponymes surcomposés. Le tiret long (cadratin) est employé pour marquer le changement d’interlocuteur dans les dialogues et pour indiquer la nullité. Pour des questions de régularité du texte, nous recommandons l’emploi du tiret court (–) dans tous les cas. Mentionnons qu’en typographie, le signe mathématique « moins » se représente par un tiret court. Fonctions Les tirets, comme les parenthèses et la double virgule, servent à insérer des éléments qui pourraient être retranchés de la phrase sans que le sens de cette dernière s’en trouve radicalement altéré. Le tiret a de multiples fonctions. Il sert à : indiquer un changement d’interlocuteur dans les dialogues « Pouvez-vous venir? — Tout de suite, monsieur. » Victor s’adressant à son père : — Peut-on être puni pour quelque chose qu’on n’a pas fait, papa? — Mais non, voyons! Pourquoi? — Parce que je n’ai pas fait mes devoirs. (On voit souvent le tiret long dans ce cas.) séparer le nom de l’interlocuteur du texte de son intervention dans les comptes rendus de réunions Le tiret est alors le plus souvent précédé d’un point : Odile Bérubé. — Nous n’aurons pas les ressources nécessaires pour mener ce projet à terme. Simon Ladéroute. — Je ne vois qu’une solution : l’abandonner. (On voit souvent le tiret long dans ce cas.) isoler, créer un effet d’insistance et mettre en valeur ou en relief un mot ou une expression dans un énoncé Le tiret capte l’attention du lecteur. Il est le signe tout désigné pour souligner une opposition ou une conclusion inattendue, pour créer un effet de chute ou d’insistance. On l’utilise pour remplacer les virgules ou les parenthèses avant et après les incises : Je croyais que le grade donnait de l’autorité – il en ôte. (J. Vallès) L’avenir de l’homme antique devait être révélé. Celui du savant d’hier pouvait être prévu. Le nôtre est à construire – par l’invention et par le travail. (G. Berger) Il m’a demandé de traduire une expression – qui n’avait absolument aucun sens – juste avant mon départ. Après avoir vidé son sac – elle en avait gros sur le cœur! –, elle a remis sa démission. séparer les éléments d’une énumération verticale (appelés jalons énumératifs) J’aimerais recevoir au plus tôt les documents suivants : le procès-verbal de la séance de la semaine dernière les annexes II et III du rapport sur… les organigrammes des trois services intéressés Un bon rédacteur recherche : la clarté la simplicité la concision marquer la nullité dans les tableaux, les factures, les catalogues, etc. (au Canada) Le tiret est utilisé au Canada pour indiquer la nullité et équivaut à « aucun » ou zéro. Toutefois, dans le reste de la francophonie, il sert à marquer la répétition et non la nullité. Pour éviter la confusion dans un tableau comportant des colonnes de chiffres, il est préférable de remplacer le tiret par 0 (zéro) ou par les mots néant, rien, non déterminé ou n.d. Le danger d’équivoque disparaît quand le tiret concerne des mots :   Stylos bleus : 15 – noirs : 20 – rouges : –  Pour indiquer la répétition sans reproduire les données deux fois, on peut utiliser le mot idem ou employer les guillemets itératifs (») : Je suis en faveur du télétravail. »    »    »    »     des heures de travail flexibles. L’emploi des guillemets anglais (") est plus fréquent au Canada dans ce contexte. remplacer un mot vedette dans les index, les dictionnaires, les lexiques, etc. augmentation (verbes exprimant une –) Cette fonction est aussi parfois remplie par le tilde (~). Dans les lexiques et les dictionnaires, le tiret joue ce rôle autant dans l’usage canadien que dans l’usage français. subdiviser des titres de chapitres, après une lettre (A. –), un chiffre romain (III. –) ou arabe (2. –) Les tirets sont souvent, mais non obligatoirement, précédés d’un point : A. – La pauvreté en Amérique du Nord 1. – Dans les milieux urbains 2. – Dans les milieux ruraux II – Les relations patronales-syndicales A – Dans les années 60 B – Dans les années 80 On peut aussi, dans ce dernier cas, ne mettre que le point à la suite du chiffre ou de la lettre : – A. L’immigration 1. La composante économique 2. La composante sociale Voir aussi divisions et subdivisions d’un ouvrage. séparer les questions et les réponses d’une entrevue Q. – ………………… R. – ………………… séparer les éléments d’un sommaire Le sommaire est une sorte de table des matières placée au début d’un livre ou d’un chapitre. Le tiret est très souvent précédé d’un point : Chapitre II L’histoire des jardins Le mythe du paradis terrestre. – Le jardin dans les civilisations orientales. – Le jardin au Moyen Âge. – Les jardins de la Renaissance. joindre ou opposer deux éléments, par exemple deux mots, deux chiffres ou deux lettres On l’emploie pour : comparer des mots : eau – haut portefeuille – porte-monnaie séparer deux lettres sur la reliure d’un livre (signifie « jusqu’à ») : A – F séparer des heures dans un horaire (signifie « jusqu’à ») : 9 h 15 – 17 h 15 séparer des numéros de pages (signifie « jusqu’à »), sans espace avant ni après. Certains conseillent plutôt le trait d’union dans ce cas : p. 1–12 séparer deux années (signifie « jusqu’à »), sans espace avant ni après. Certains conseillent plutôt le trait d’union dans ce cas : 1994–1996 séparer deux noms de villes ou de pays (signifie « jusqu’à », « et », « contre », etc.), sans espace avant ni après. Certains conseillent plutôt le trait d’union dans ce cas. Il faut toutefois éviter la barre oblique : Montréal–Paris en avion la guerre Inde–Pakistan l’accord Canada–Norvège relations employeurs–employés Le tiret se rapproche parfois de la fonction de l’oblique (eau/haut, jour/nuit, alternance travail/loisirs). séparer deux éléments dont l’un comporte déjà un trait d’union, sans espace avant ni après. Le tiret peut séparer deux toponymes : la partie de hockey Trois-Rivières–La Tuque parcourir Sherbrooke–Saint-Jean-sur-Richelieu à vélo ou faire partie intégrante d’un toponyme surcomposé (appellation composée de deux toponymes) : la région du Saguenay–Lac-Saint-Jean la région Mauricie–Bois-Francs la municipalité de L’Annonciation–Partie-Nord De plus, le trait d’union est de mise quand les deux éléments forment un mot composé : une manifestation anti-États-Unis introduire le nom de l’auteur après une citation Le mariage est comme le tiret en imprimerie : il sépare et relie. – Jean-Paul Richter Traitement de texte Du point de vue informatique, le tiret court s’obtient en tapant ALT + 0150 et le tiret long, en tapant ALT + 0151, selon les caractères du code Ansi. On peut aussi les trouver à partir du menu Insertion d’un traitement de texte, sous Caractères spéciaux ou Symboles. Renseignements complémentaires Voir tiret (signes de ponctuation et espace avec le tiret).
Source : Clés de la rédaction (difficultés et règles de la langue française)
Nombre de consultations : 15 707

citations (règles générales)

Article portant sur les règles générales entourant les citations dans un texte.
Sur cette page Majuscule/minuscule Citation longue Citation en langue étrangère Citation double Article ou conjonction devant un mot entre guillemets Mots coordonnés Incise (dit-elle, répondit-il, etc.) Référence à un auteur ou titre d’ouvrage Renseignements complémentaires Les guillemets sont le procédé le plus répandu dans l’usage pour les citations. La raison en est sans doute qu’un texte encadré de guillemets se lit plus facilement qu’un texte en italique. Il faut dire aussi que l’emploi de l’italique complique la tâche de présenter clairement les citations doubles ou les citations en langue étrangère. Certains préfèrent néanmoins l’italique (voir italique dans les citations). L’important est d’annoncer les citations clairement et d’être uniforme tout au long du texte : J’ai dit quelque part que j’étais de tous les partis par leur côté généreux et que je n’étais d’aucun par leur côté mauvais (V. Hugo). L’affirmation rien de ce qui est humain ne m’est étranger, Térence la fit sienne deux siècles avant notre ère. Le ministre des Finances a déclaré que le Canada traverse une période extrêmement difficile. Le style, disait Buffon, n’est que l’ordre et le mouvement que l’on met dans ses pensées (Y. le Hir). Les paragraphes qui suivent présentent les règles générales s’appliquant à divers types de citations. Majuscule/minuscule Annoncée par le deux-points ou placée au début de la phrase, la citation commence par une majuscule : Je lui disais souvent : « Lève-toi plus tôt! » Il me répliquait d’un ton léger : « Chi va piano, va sano. » « Qu’est-ce que vous voulez encore? », a demandé la vendeuse. Si la citation est fondue dans la phrase, elle prend la minuscule initiale et le point final se met après le guillemet fermant : L’auteur a évoqué « la complexité des problèmes que pose le langage du droit au Canada ». Si la citation termine la phrase, on met la ponctuation finale à l’intérieur des guillemets : Il a lancé : « Ce n’est que partie remise. » Si la citation se termine par un point d’interrogation, un point d’exclamation ou des points de suspension, le guillemet fermant n’est suivi d’aucune ponctuation : Le sondage demandait aux gens : « Croyez-vous que la catastrophe aurait pu être évitée? » Citation longue Les citations longues sont en général introduites par le deux-points et précédées d’un retour à la ligne. Elles sont souvent encadrées de guillemets ou placées en retrait. Le retrait se combine souvent avec l’emploi de l’italique ou d’un caractère plus petit. L’emploi combiné des guillemets et du retrait est rare, mais il se rencontre. Les citations mises en retrait se composent généralement à simple interligne, quel que soit l’interligne du texte principal. Si la citation comporte plus d’un paragraphe, on place un guillemet ouvrant au début de chaque paragraphe et un guillemet fermant à la fin du dernier paragraphe seulement. Pour plus de détails à ce sujet, voir citation longue. Citation en langue étrangère Quelle que soit la langue de la citation que l’on encadre de guillemets, on emploie dans un texte français les guillemets français (« »). Réserver les guillemets anglais (" ") aux citations à l’intérieur de citations, ou aux mots qui figurent à l’intérieur de passages qui sont déjà entre guillemets. Pour plus de détails à ce sujet, voir citation en langue étrangère. Citation double Quand la citation comprend elle-même une citation, on emploie les guillemets anglais (“ ”) pour encadrer la citation enchâssée. Si l’on ne dispose pas de guillemets anglais, on peut toujours employer les doubles apostrophes ("") : Je vous cite le dernier procès-verbal : « L’Assemblée juge nécessaire de proposer la modification suivante : "Le conseil se compose au maximum de neuf membres." » Pour plus de détails à ce sujet, voir citation double. Article ou conjonction devant un mot entre guillemets On place en dehors des guillemets l’article précédant un mot entre guillemets, ou la conjonction que introduisant un passage rapporté textuellement. Les guillemets ouvrants ne sont alors pas précédés d’une espace : Le premier ministre a reconnu que le gouvernement était entièrement responsable de l’« erreur ». Jacques Allain a dit pendant la réunion qu’« on est bien tranquille quand le patron n’est pas là ». Mots coordonnés Si, à l’intérieur d’une citation, un mot précédé d’un article est coordonné à un autre mot précédé d’un article, le premier article est maintenu à l’intérieur des guillemets : Le ministre a reconnu « la légitimité et la justesse » des revendications présentées par les Autochtones. (et non : la « légitimité et la justesse ») Incise (dit-elle, répondit-il, etc.) Les propositions incises (comme dit-elle, répondit-il, objecta la présidente de la réunion) sont tantôt insérées dans le corps de la phrase, tantôt rejetées à la fin. Lorsqu’elle vient à la fin de la citation, l’incise se place après le guillemet fermant : « Au secours! Au voleur! », s’écria-t-elle. Mais lorsqu’elle est intégrée à la citation et qu’elle est courte, elle est insérée à l’intérieur des guillemets : « Cet argument, coupa le juge, est sans valeur. » Pour plus de détails à ce sujet, voir citation d’une phrase complète. Référence à un auteur ou titre d’ouvrage La référence à un auteur ou à un ouvrage qui accompagne une citation se met entre parenthèses à la fin de la citation, entre le guillemet fermant et le point final : « Longtemps j’ai voyagé sans boussole » (Gabrielle Roy). Quand la citation se termine par un point d’interrogation ou un point d’exclamation, il est courant de mettre un point final à l’intérieur de la parenthèse : « Mais aussi, pour la traversée de la vie, que vaut une boussole? » (Gabrielle Roy.) Renseignements complémentaires Pour obtenir plus de renseignements sur les citations : Voir citation d’un fragment de phrase. Voir aussi citation d’une phrase complète. Voir aussi ponctuation avec les guillemets fermants. Voir aussi citation longue. Voir aussi citation d’une série de paragraphes. Voir aussi citation double. Voir aussi omissions et ajouts dans les citations. Voir aussi citation en langue étrangère. Voir aussi citation de vers et de poèmes. Voir aussi référence d’une citation. Voir aussi dialogues et conversations (guillemets et tiret). Voir aussi devises et maximes. Voir aussi italique dans les citations.
Source : Clés de la rédaction (difficultés et règles de la langue française)
Nombre de consultations : 12 075

signes de ponctuation et espaces

Article sur les espaces avant et après les signes de ponctuation.
Sur cette page Tableau des espaces avant et après les signes de ponctuation Espace après le signe Espace insécable Renseignements complémentaires Tableau des espaces avant et après les signes de ponctuation Liste des signes de ponctuation : nom du signe, espaces avant et après et exemples Nom du signe Signe Espace avant Espace après Exemples apostrophe ’ non non Il pleut aujourd’hui. Il s’est amusé. astérisque simple, double ou triple (placé après un mot) * (simple) ** (double) *** (triple) non oui Dans le texte : Les anglicismes* sont à éviter. […] Les faux amis** sont considérés comme des anglicismes sémantiques***. Dans les notes de bas de page : * Mots et expressions propres à l’anglais. ** Mot qui ressemble à un mot d’une autre langue, mais dont le sens diffère. *** Catégorie d’anglicisme qui touche le sens des mots. astérisque simple (placé devant un mot) * oui non Les mots *hasard et *hockey commencent par un h aspiré. astérisque triple (placé à un endroit où un nom ou un renseignement devrait apparaître pour signifier qu’on ne souhaite pas le dévoiler) *** oui oui Le détective *** vient de faire son entrée. astérisque triple (placé après la première lettre d’un nom qu’on ne souhaite pas dévoiler) *** non oui Monsieur S*** était le patient de l’accusé. barre oblique (comme signe de division, de séparation, d’opposition pour séparer deux mots, deux symboles ou deux éléments courts) / non non Rouler à 65 km/h Oui/Yes …/2 barre oblique (pour séparer du texte relativement long (dont au moins un des éléments contient plus d’un mot) ou des vers) / oui (insécable) oui (insécable) word processing / traitement de texte Ah! Comme la neige a neigé! / Ma vitre est un jardin de givre. crochet ouvrant [ oui non Elle [Madame Sansfaçon] communiquera avec vous. crochet fermant ] non oui Elle [Madame Sansfaçon] communiquera avec vous. deux-points : oui (insécable) oui Pour faire ce gâteau, vous devez avoir : du beurre, du sucre, de la farine. guillemet français ouvrant variante : chevrons ouvrants « oui oui (insécable) Elle s’est encore « trompée » d’adresse. guillemet français fermant variante : chevrons fermants » oui (insécable) oui Elle s’est encore « trompée » d’adresse. guillemet anglais ouvrant (pour encadrer un élément dans une phrase ou dans une citation déjà entre guillemets) “ oui non Louise lui a dit : « Tu devrais voir le pare-chocs de ma voiture : il est tout “magané”! » guillemet anglais fermant ” non oui Louise lui a dit : « Tu devrais voir le pare-chocs de ma voiture : il est tout “magané”! » parenthèse ouvrante ( oui non Pour ce voyage, j’aurai besoin de chaussures, de chandails, de pantalons, etc. (de vêtements chauds, quoi!). parenthèse fermante ) non oui Les réponses a), c) et e) sont incorrectes. point . non oui (une seule espace) L’hiver tire à sa fin. J’ai hâte au printemps! point d’exclamation ! non oui (une seule espace) Merci beaucoup! C’est très apprécié. points de suspension (pour marquer une hésitation, une phrase incomplète ou une énumération inachevée) … non oui Il m’a promis de venir… Je vais l’attendre encore quelques minutes. points de suspension (pour signifier qu’on ne souhaite pas dévoiler un nom ou un renseignement) … oui oui Je crois que … sera encore en retard. points de suspension (placés après la première lettre d’un nom qu’on ne souhaite pas dévoiler) … non oui Je crois que S… n’a pas payé ses dettes. points de suspension (placés entre crochets pour signaler une omission ou une interruption dans un texte) … non non C’était la meilleure solution […]. point-virgule ; non oui Ma sœur collectionne les chandelles; elle en a déjà une douzaine. point d’interrogation ? non oui (une seule espace) Viens-tu à la réunion? Elle commence dans 10 minutes. tiret (pour faire ressortir une explication ou un commentaire) – oui oui Ce mot – qui est un calque de l’anglais – est à éviter. tiret (en toponymie, pour joindre des noms contenant déjà des traits d’union) – non non Saguenay–Lac-Saint-Jean trait d’union - non non En êtes-vous certain? virgule (dans les phrases) , non oui Des pommes, des poires, des pêches. virgule (dans les nombres) variante : virgule décimale , non non Ce déjeuner a coûté 10,25 $. Espace après le signe Le tableau indique les espaces à mettre entre les signes de ponctuation et les mots. Lorsqu’un signe de ponctuation, quel qu’il soit (virgule, point, etc.), est collé à un mot, il forme un tout avec ce mot, et l’ensemble ainsi formé s’espace comme un mot ordinaire. Il en va de même des signes doubles, comme les crochets, les guillemets, les parenthèses et les tirets. Ainsi, dans les exemples suivants, il y a une espace après le signe et le mot, mais pas après le signe et un autre signe de ponctuation qui ne demande pas d’espace avant : Louise lui a dit : « Tu devrais voir le pare-chocs de ma voiture : il est tout “magané”! » « Je m’en vas faire ma grocery » [sic], dit-elle avant de claquer la porte. Espace insécable L’espace insécable s’utilise pour empêcher que soient séparés des éléments devant figurer sur la même ligne. Les logiciels de traitement de texte permettent de l’insérer au moyen d’une commande spéciale (Alt.+0160). Voir espace après le point. Voir aussi l’article L’espace insécable de Nicole Ouimet dans les Chroniques de langue. Renseignements complémentaires Pour plus de renseignements au sujet de l’espacement après les symboles, voir symboles et espaces.
Source : Clés de la rédaction (difficultés et règles de la langue française)
Nombre de consultations : 7 860

fonctions de la ponctuation

Article portant sur les diverses fonctions de la ponctuation.
La ponctuation rythme la phrase, suggère les intonations, traduit les nuances de la pensée et facilite la lecture. Elle n’a cependant pas qu’une valeur mélodique : elle répond de fait autant à un besoin de logique qu’à un besoin de rythme. D’où la distinction qu’on fait entre ponctuation grammaticale et ponctuation expressive. La ponctuation grammaticale, marquée par le point, la virgule et le point‑virgule, a une valeur syntaxique : elle sépare les éléments du discours et indique les rapports logiques qui existent entre eux. La ponctuation expressive a une valeur stylistique : elle sert à évoquer des nuances affectives, à produire des effets de style. C’est le rôle que jouent notamment le point d’exclamation, le point d’interrogation et les points de suspension. Quant aux guillemets, aux parenthèses, aux crochets et au tiret, ce sont des signes d’insertion : leur rôle est de marquer un changement de niveau dans le discours.
Source : Clés de la rédaction (difficultés et règles de la langue française)
Nombre de consultations : 7 449

mots étrangers (italique et guillemets)

Article sur l’utilisation de l’italique et des guillemets avec les mots en langue étrangère.
Les mots en langue étrangère qui figurent dans les textes en français sont présentés en italique ou en romain; ils sont parfois encadrés de guillemets. Les règles qui s’appliquent aux divers cas sont énoncées ci-dessous. Sur cette page Italique Guillemets Renseignements complémentaires Italique Les mots empruntés aux langues étrangères et non adoptés par l’usage se mettent en général en italique : Le centre de ces vastes domaines sucriers est la casa grande. Les junior colleges complètent la formation générale. Ce prolongement vers le nord du système tropical commande le climat des « terres chaudes » (tierra caliente) et humides du Mexique (Encyclopædia Universalis). Un soir, nous nous sommes arrêtés non loin d’un garimpo, colonie de chercheurs de diamants (C. Lévi-Strauss). Nous avons logé dans un bed and breakfast près de Toronto. Les mots étrangers qui sont entrés dans l’usage français n’ont toutefois plus besoin de l’italique : l’apartheid la common law la dolce vita un kibboutz un méchoui la perestroïka Comme dans le cas du latin, il n’est pas toujours facile de savoir si un mot étranger est accrédité par l’usage. Le fait qu’un mot soit l’objet d’une entrée dans un dictionnaire courant nous fournit déjà un bon indice. C’est aussi une question de jugement; il faut tenir compte du contexte et du destinataire. Si l’on pense qu’un mot étranger est peu connu du lecteur, on le mettra en italique. Les noms étrangers d’organismes, d’entreprises, d’institutions, d’établissements, de bâtiments, de groupes, de manifestations artistiques ou sportives, de compagnies de théâtre, de troupes de danseurs, d’orchestres, sont toujours en caractères ordinaires : la General Motors la Food and Drug Administration la Library of Congress le Foreign Office le Massachusetts Institute of Technology l’Academy of St. Martin-in-the-Fields le Bundestag et le Bundesrat la Vasaloppet l’Istituto per la Ricostruzione Industriale On emploie l’italique pour les citations en langue étrangère, qu’elles soient accompagnées ou non de leur traduction. La traduction, elle, se met entre guillemets dans le caractère du texte principal, c’est-à-dire en romain la plupart du temps : Forcé de faire amende honorable, Galilée s’exclama : « Eppur, si muove! » « Have more than thou showest Speak less than thou knowest… » (« Aie plus que tu ne montres, Dis moins que tu ne sais… ») Guillemets Certains auteurs préfèrent mettre tout mot étranger entre guillemets, mais c’est un procédé beaucoup moins courant que l’italique : Lorsque les premiers « baby-boomers » ont atteint l’adolescence, la consommation excessive d’énergie était très visible. Si un mot étranger se désigne lui-même, théoriquement il peut être à la fois en italique (comme mot étranger) et entre guillemets (comme mot se désignant lui-même) : le mot anglais « subset » Dans la réalité, on se contente souvent de l’italique : Ibidem est un mot latin. Shalom est un mot qui désigne universellement la paix. On donne généralement la traduction d’un mot étranger entre guillemets : Le mot anglais « subset » se rend en français par « sous-ensemble ». Ibidem est un mot latin qui signifie « à la même place ». Dans bien des cas, Bildung devrait être traduit par « culture », et Kultur par « civilisation » (Encyclopædia Universalis). Il existe en Russie un célèbre ensemble de chanteurs et de danseurs composé uniquement de jeunes filles et dont le nom, Beriozka, signifie : « petit bouleau » (P. Morency). Quand on met la traduction simplement entre parenthèses, les guillemets sont superflus : subset (sous-ensemble) Renseignements complémentaires Pour tout ce qui concerne : le genre des noms propres en langue étrangère l’article à utiliser devant ces noms l’accord du verbe qui les accompagne l’élision des noms commençant par une voyelle veuillez consulter l’article noms propres en langue étrangère. On trouvera aussi des compléments d’information dans les articles emprunts à des langues étrangères, organismes, institutions, administrations, groupements, etc. (majuscule) et élision.
Source : Clés de la rédaction (difficultés et règles de la langue française)
Nombre de consultations : 6 262

tiret (signes de ponctuation et espace avec le tiret)

Article portant sur l’utilisation d’autres signes de ponctuation avec le tiret et l’espacement à respecter.
Voici quelques règles en ce qui concerne l’utilisation d’autres signes de ponctuation avec le tiret : Il faut éviter de mettre plus de deux tirets dans une phrase. Que le tiret soit simple ou double, on doit employer la ponctuation exigée par le sens de la phrase. Le passage figurant entre tirets doit contenir la ponctuation exigée par le sens de l’énoncé. Si le passage se termine par un point d’interrogation, un point d’exclamation ou des points de suspension, cette ponctuation doit être placée devant le second tiret : La lettre d’invitation – auriez-vous par hasard oublié de l’affranchir? – n’est jamais parvenue à destination. Lorsque les tirets n’ont d’autre fonction que de remplacer un signe de ponctuation, par exemple la double virgule ou les parenthèses pour isoler une pensée, une idée ou une remarque, ils ne sont accompagnés d’aucune ponctuation : Il ne m’est jamais arrivé – je le jure – de rater une recette. Il a demandé au procureur d’expliquer une expression – qui ne semblait avoir aucun sens – juste avant les délibérations. On peut utiliser les tirets (ou les crochets) pour éviter la répétition de parenthèses à l’intérieur d’une paire de parenthèses : Marguerite a transformé sa propriété en un immense jardin (elle y a aménagé un verger, un potager, un étang – elle adore les plantes aquatiques –, un carré d’herbes aromatiques, un pré de fleurs sauvages, etc.). Un passage entre tirets peut contenir un élément entre parenthèses : Ce jardin public, dont les multiples composantes sont un véritable ravissement pour l’œil – notamment le jardin de sous-bois (qui compte plusieurs espèces menacées) –, attire chaque année des milliers de visiteurs. Lorsque le passage entre tirets doit être suivi d’une virgule, le second tiret (ou tiret fermant) peut être suivi ou précédé d’une virgule, mais pas le premier tiret : Après avoir remis de l’ordre dans la cuisine – tout est sens dessus dessous –, faites disparaître, de grâce, le résultat de vos expériences culinaires. Après avoir remis de l’ordre dans la cuisine – tout est sens dessus dessous –, faites disparaître […] Dans de rares cas, il arrive que le tiret employé seul soit précédé d’une virgule pour marquer une pause et créer un effet d’expressivité : Je suis le ténébreux, – le veuf, – l’inconsolé. On omet le second tiret lorsqu’il coïncide avec la ponctuation finale de la phrase (point d’interrogation, d’exclamation et de suspension, point final, point abréviatif) : Je n’ai plus d’ambition – ni d’inspiration. Le second tiret disparaît devant les deux points et le point-virgule (à la différence de la parenthèse fermante) : Elle raffole de ces aliments exotiques – sans doute un peu à cause de leur nom : le nappa, le pé-tsaï, la tétragone, la crosne du Japon, etc. On peut placer le tiret après tout signe de ponctuation que l’on désire renforcer. Le tiret prolonge ainsi la pause indiquée par la virgule, le point-virgule, le point final, etc. : Elle lui a opposé une fin de non-recevoir, – mais il a continué d’insister. Il est prouvé que l’activité humaine contribue à la destruction de la couche d’ozone. – Et l’on refuse toujours de s’attaquer à ce grave problème. Il convient de noter que le besoin de coupler le tiret à un autre signe de ponctuation se fait rarement sentir dans la langue administrative, et que ce procédé peut facilement devenir redondant. Espace avant et après En français, il y a une espace avant et après le tiret : Il a demandé au procureur d’expliquer une expression – qui ne semblait avoir aucun sens – juste avant les délibérations. Cependant, on ne met pas d’espace entre le tiret et une virgule lorsque la virgule suit le tiret : Après avoir remis de l’ordre dans la cuisine – tout est sens dessus dessous –, faites disparaître les traces de chocolat sur les murs. En anglais, il n’y a pas d’espaces de part et d’autre du tiret, qui est d’ailleurs plus long (il s’agit du tiret appelé cadratin). Renseignements complémentaires Voir tiret (fonctions).
Source : Clés de la rédaction (difficultés et règles de la langue française)
Nombre de consultations : 4 577

Faits intéressants sur la traduction

Jeu en français sur la traduction, dans lequel il faut répondre à diverses questions de langue.Plus de 7 000 langues sont parlées dans le monde, et nombreuses sont les personnes qui n'en parlent qu'une seule! La traduction est importante, car elle facilite la communication entre les gens.Répondez aux questions suivantes pour apprendre des faits intéressants sur la traduction tout en mettant vos compétences linguistiques à l'épreuve!1. Le français compte les langues les plus traduites au monde.parmisparmi2. La Bible est l'ouvrage le plus traduit de tous les temps.considéréeconsidéré commeconsidérée comme3. L'œuvre Le Petit Prince a été dans des centaines de langues et dialectes. traduittraduietraduite4. On estime que plus de 600 000 personnes la traduction en tant que profession.exercents'exercent à5. Tentez de trouver l'apposition dans la phrase suivante : L'Index Translationum, une base de données de l'UNESCO, est un répertoire des ouvrages traduits dans une centaine de pays.une base de données de l'UNESCOtraduitsdans une centaine de pays6. Le verbe « traduire », qui signifie « exprimer le sens d'un mot dans une autre langue », est d'origine latine. Dans cette phrase, « qui » est un .pronom personnelpronom relatifpronom démonstratif7. Antérieure à l' commune, la traduction serait une profession vieille de plus de 2 000 ans!èreaireair8. La scientifique Émilie de Breteuil a traduit en français la théorie d'Isaac Newton sur l'attraction universelle. Quel est l'équivalent anglais du nom « scientifique »?scientificscientifixscientist9. L'alphabet cyrillique, nommé d'après le traducteur Saint Cyrille, sert entre autres aujourd'hui à écrire .le Russe, le Bulgare et le Serbele Russe, le Bulgarien et le Serbienle russe, le bulgare et le serbe10. « Les écrivains font la littérature nationale et les traducteurs font la littérature universelle José Saragamo.. » a affirmé». a affirmé», a affirmé  
Source : Jeux du Portail linguistique du Canada
Nombre de consultations : 4 408

contra legem / intra legem / praeter legem / secundum legem

Article portant sur les locutions contra legem, intra legem, praeter legem et secundum legem utilisés dans le domaine juridique.
Legem se prononce lé-gaime. La locution latine contra legem (et non legam) signifie littéralement contre la loi. Elle s’emploie pour caractériser l’arrêt, l’interprétation législative, la coutume, l’usage, la pratique que l’on estime contraire à la loi écrite. La coutume contra legem est contraire à la loi, elle lui résiste en s’instaurant contre elle. Pour examiner la question de la légitimité d’une interprétation qui paraît incompatible avec la lettre et l’esprit d’une loi, le tribunal pourra parler d’une interprétation contra legem. Afin de permettre une interprétation contra legem, le juge déclarera, par exemple, qu’il faut parfois s’écarter de la loi (de son esprit), mais non de son texte (de sa lettre) lorsque l’interprétation littérale conduit à des résultats insoutenables. Dans l’interprétation des lois, on appelle interprétation (véritablement) contra legem l’interprétation illicite que fait une juridiction contre la lettre et contre l’esprit du texte légal. La locution intra legem est l’antonyme; une lacune intra legem est celle que fait volontairement le législateur en s’abstenant de préciser par omission ou en faisant appel à des notions floues. Comblement des lacunes intra legem. Notions intra legem. « Le droit d’équité doit rester confiné au domaine du comblement des lacunes intra legem; l’utilisation de l’équité contre la loi est illégale et anticonstitutionnelle en droit suisse. » Par ailleurs, on oppose, à la lacune intra legem la lacune praeter legem, celle que fait involontairement le législateur et qu’il devra combler par l’adoption d’une loi modificatrice. Droit praeter legem (établi dans le silence de la loi) par opposition au droit secundum legem (établi conformément au texte clair de la loi). La coutume qui se développe et s’applique en l’absence de solution légale, remédiant à une lacune et complétant ainsi la loi est dite praeter legem, tandis que celle qui s’applique en vertu de la loi s’appelle coutume secundum legem. Ces locutions latines seront en italiques ou entre guillemets, selon que le texte sera manuscrit ou imprimé. Si le texte est en italique, comme l’a montré le premier article, elles seront en caractère romain.
Source : Juridictionnaire (difficultés de la langue française dans le domaine du droit)
Nombre de consultations : 4 266

italique dans les citations

Article sur l’utilisation de l’italique dans les citations.
En français, les citations sont généralement encadrées de guillemets. L’emploi des guillemets est encore plus souhaitable lorsque le texte comporte déjà d’autres éléments en italique, ou lorsqu’il contient de nombreuses citations ou des citations en langue étrangère, car l’italique pourrait devenir fatigant à lire. La meilleure méthode consiste à employer les guillemets pour les citations, et à réserver l’italique pour les autres emplois, comme les mises en relief, les titres d’ouvrages, les mots en langue étrangère, les noms de véhicules, les mots employés dans un sens spécial, etc. Lorsqu’un texte ne comporte que quelques citations, on peut néanmoins opter pour l’italique. Il est important de procéder de façon uniforme tout au long du texte : On ne sait pas pourquoi la femme de Loth se retourna malgré les paroles des deux anges. Le texte de la Genèse dit seulement qu’elle regarda en arrière, et elle devint une colonne de sel. Et Lévis termine : Je prie M. le marquis de Vaudreuil de mettre sa réponse par écrit au bas du présent mémoire (R. Prévost). J’ai dit quelque part que j’étais de tous les partis par leur côté généreux et que je n’étais d’aucun par leur côté mauvais (V. Hugo). L’affirmation rien de ce qui est humain ne m’est étranger, Térence la fit sienne deux siècles avant notre ère. Le style, disait Buffon, n’est que l’ordre et le mouvement que l’on met dans ses pensées (Y. le Hir). Le pays où le commerce est le plus libre, écrit Voltaire, sera toujours le plus riche et le plus florissant. Lorsque le texte qu’on veut citer comporte lui-même des mots en italique (titres d’ouvrages, etc.), le procédé classique consiste à faire ressortir ces mots en revenant au caractère ordinaire : En cas de conflit entre le contenu de la présente brochure et les dispositions de la Loi sur les langues officielles, c’est la Loi qui prévaut. Logiquement, on devrait procéder de la même façon quand il y a une citation à l’intérieur d’un texte qu’on cite en italique; toutefois, il est préférable de simplement guillemeter cette citation interne : Je vous cite, pour mémoire, le procès-verbal de la dernière réunion : L’Assemblée juge nécessaire de proposer la modification suivante à l’article 8 du règlement : « Le conseil se compose au maximum de neuf membres. » Remarque : Lorsque l’italique figure à l’intérieur d’une citation entre guillemets, il est parfois utile d’indiquer par une note à qui il est dû : « Mais, à tout cela, M. Bovary, peu soucieux des lettres*, disait que ce n’était pas la peine*! » * Italique de Flaubert. « La langue générale, écrit René Georgin, est plus ou moins influencée par celle des auteurs contemporains qui, en contrepartie, subissent parfois la contagion de l’usage commun, même quand celui-ci est fautif » (c’est moi qui souligne). Renseignements complémentaires Pour plus de renseignements sur les citations, voir citations (règles générales).
Source : Clés de la rédaction (difficultés et règles de la langue française)
Nombre de consultations : 3 794