Navigateur linguistique

Le Navigateur linguistique permet de faire une recherche par mots clés ou par thème pour trouver rapidement réponse à des questions sur la langue ou la rédaction en français et en anglais. Pour en apprendre davantage sur cet outil de recherche, consultez la section À propos du Navigateur linguistique.

Première visite? Découvrez comment faire une recherche dans le Navigateur linguistique.

Rechercher par mots clés

Champs de recherche

Rechercher par thème

Faites une recherche par thème pour accéder rapidement à toutes les ressources linguistiques du Portail associées à un thème en particulier.

À propos du Navigateur linguistique

Le Navigateur linguistique cherche simultanément dans tous les outils d’aide à la rédaction, jeux et billets de blogue du Portail linguistique du Canada. Il vous donne accès à tout ce dont vous avez besoin pour bien écrire en français et en anglais : articles sur des difficultés de langue, recommandations linguistiques, tableaux de conjugaison, suggestions de traductions et bien plus.

Pour trouver la traduction d’un terme ou la réponse à vos questions d’ordre terminologique dans un domaine spécialisé, consultez TERMIUM Plus®.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Résultats 1 à 10 de 12 (page 1 de 2)

Anglicismes orthographiques : mots semblables en français et en anglais

Jeu dans lequel il faut choisir le mot qui est bien écrit.Certains mots français et anglais se ressemblent mais s’écrivent différemment. Parfois, une seule lettre change. Ainsi, on écrit danse et coton en français, mais dance et cotton en anglais. Il est donc facile de confondre les deux graphies, surtout si on lit souvent dans les deux langues. On commet un anglicisme orthographique si l’on écrit, en français, J’aime la dance au lieu de J’aime la danse.Voici dix pièges pour mettre vos connaissances à l’épreuve. Choisissez la bonne façon d’écrire chaque mot.1. Quelle est ton de courriel au travail?addressadresse2. As-tu répondu à Coutu?M.Mr.3. J’ai déménagé le mois dernier. Je suis maintenant au 444, rue des Vacanciers, 7.app.apt4. Aimez-vous les ?abricotsapricots5. Place tous les documents dans une grande .envelopeenveloppe6. Claude donnera une série de conférences sur le des dauphins.langagelanguage7. C’est un à suivre!exampleexemple8. Ma nouvelle Internet est beaucoup plus rapide.connectionconnexion9. Si tu aimes les et les pédicures, je te recommande ce salon.manicuresmanucures10. Irez-vous à Moncton pour le de Josiane?mariagemarriage  
Source : Jeux du Portail linguistique du Canada
Nombre de consultations : 34 235

Anglicismes orthographiques : mots semblables en français et en anglais 2

Jeu portant sur les anglicismes orthographiques, c’est-à-dire des mots français qui ressemblent à des mots anglais, mais ne s’écrivent pas tout à fait de la même façon.Certains mots français et anglais se ressemblent mais s’écrivent différemment. Parfois, une seule lettre change. Ainsi, on écrit danse et coton en français, mais dance et cotton en anglais. On commet un anglicisme orthographique, aussi appelé anglicisme graphique, si l’on écrit « J’aime la dance » au lieu de « J’aime la danse ».Voici dix pièges pour mettre vos connaissances à l’épreuve. Choisissez la bonne façon d’écrire le mot manquant dans les phrases suivantes.1. Nous ne prenons jamais d’assurance pour nos .bagagesbaggagesbagagges2. Cette rencontre est le fruit du .hazardhasardhazare3. Il a obtenu sa d’enseignement en 1985.licenselicenceliçence4. Il est accusé de de stupéfiants.traffiquetraffictrafic5. Ce garçon n’aime pas faire ses de français.exercicesexercisesexercisses6. Il ne s’agit pas de sa première .offenceoffenseofence7. Je dois prendre une avec ce trajet d’autobus.corespondencecorrespondencecorrespondance8. Elle file un mauvais  ces jours-ci.cotoncottoncothon9. Je n’ai pas encore trouvé d’.apartementapartmentappartement10. Envoyez la mise en demeure par recommandé.couriercourriercourrié  
Source : Jeux du Portail linguistique du Canada
Nombre de consultations : 24 654

Anglicismes variés : cherchez l'intrus 1

Jeu où il faut trouver l'anglicisme dans les phrases.Dans les phrases suivantes, trouvez l'anglicisme caché, s'il y a lieu. 1. Le directeur intérimaire a offert un certificat-cadeau à tous ses employés à plein temps. directeur intérimairecertificat-cadeauplein tempsaucune de ces réponses2. J'espère qu'il sera admis, car il a encore échoué ses examens finals. admiséchoué ses examensfinalsaucune de ces réponses3. Le Département des lettres françaises de l'université offre un programme très attrayant. Départementprogrammeattrayantaucune de ces réponses4. Notre ami de longue date nous a payé la traite lorsqu'il a eu une augmentation de salaire le vendredi 13 mars 2004. ami de longue datepayé la traiteaugmentation de salairele vendredi 13 mars 2004aucune de ces réponses5. Je vais céduler un rendez-vous chez mon physiothérapeute prochainement. cédulerrendez-vousphysiothérapeuteprochainementaucune de ces réponses6. À quelle addresse dois-je vous faire parvenir ce colis exprès? addresseparvenircolis exprèsaucune de ces réponses7. Je vais prendre une vacance dès que ce projet sera finalisé. une vacancece projetfinaliséaucune de ces réponses8. Le directeur adjoint remplira les formulaires sur l'avion. directeur adjointremplira les formulairessur l'avionaucune de ces réponses9. Impossible de le contredire : il avait des arguments solides. contredireargumentssolidesaucune de ces réponses10. Le siège social est actuellement localisé sur le boulevard Saint-Joseph. siège socialactuellementlocaliséboulevard Saint-Josephaucune de ces réponses  
Source : Jeux du Portail linguistique du Canada
Nombre de consultations : 18 980

Anglicismes orthographiques : mots semblables en français et en anglais 3

Jeu portant sur les anglicismes orthographiques, c’est-à-dire des mots français qui ressemblent à des mots anglais, mais ne s’écrivent pas tout à fait de la même façon.Certains mots français et anglais se ressemblent mais s’écrivent différemment. Parfois, une seule lettre change. Ainsi, on écrit danse et coton en français, mais dance et cotton en anglais. Il est donc facile de confondre les deux graphies, surtout si on lit souvent dans les deux langues. On commet un anglicisme orthographique si l’on écrit, en français, J’aime la dance au lieu de J’aime la danse.Voici dix pièges pour mettre vos connaissances à l’épreuve. Choisissez la bonne façon d’écrire chaque mot.1. Dominique prend toujours ma lorsque Nicolas me fait des reproches.défensedéfence2. Au printemps, on va à la cabane à sucre pour déguster le d’érable.siropsyropsyrup3. Je dois étudier en vue de mon examen sur la française du XIXe siècle.littératurelitérature4. Avant de faire un achat important, je vérifie toujours si le prix est .négociablenégotiable5. Après mûre , Jacqueline a décidé d’accepter le poste de directrice.réflectionréflexion6. Je préfère de loin les    aux croustilles.pretzelsbretzels7. Aimeriez-vous savoir ce que le vous réserve?futurefutur8. On peut employer des lorsque l’espace est restreint.abbréviationsabréviations9. Après le repas, vous devez votre assiette.rincerrinser10. Jean déteste voyager. Il aime trop le de son foyer.comfortconfort  
Source : Jeux du Portail linguistique du Canada
Nombre de consultations : 15 899

Anglicismes orthographiques : mots semblables en français et en anglais 4

Jeu portant sur les anglicismes orthographiques, c’est-à-dire des mots français qui ressemblent à des mots anglais, mais qui ne s’écrivent pas tout à fait de la même façon.Certains mots français et anglais se ressemblent mais s’écrivent différemment. Parfois, une seule lettre change. Ainsi, on écrit danse et coton en français, mais dance et cotton en anglais. Il est donc facile de confondre les deux graphies, surtout si on lit souvent dans les deux langues. On commet un anglicisme orthographique si l’on écrit, en français, J’aime la dance au lieu de J’aime la danse.Voici 10 pièges pour mettre vos connaissances à l’épreuve. Choisissez la bonne façon d’écrire chaque mot.1. Puisqu’il pleut, les enfants ont décidé de faire leur dans la salle de séjour.pique-niquepic-nic2. Depuis qu’il va à l’école, mon garçon tient des propos dignes d’un petit .vilainvillain3. Ce bébé est tellement mignon que nous l’avons appelé Câlin.bouledoguebulldog4. Elle avait peint sa maison en blanc pour qu’elle s’harmonise avec le ciel d’ des journées d’été.azureazur5. Le mot « caribou » peut désigner une boisson faite de vin ou de porto et d’ fort.alcoholalcool6. La salle de concert Jack Singer, à Calgary, a un plafond dont la hauteur s’ajuste au besoin.acousticacoustique7. Il m’a montré ses trouvailles : un banc d’une école de rang de Dieppe et une fabriquée à Shediac au début du siècle dernier.carpetcarpette8. J’ai eu la chance de voir ce au Festival international du film de Toronto.comiccomique9. Je recommande le d’ici à l’arrivée en poste de la nouvelle présidente.statu quostatus quo10. L’artiste qui a peint les toiles exposées dans cette s’est inspiré du Groupe des sept.galleriegalerie  
Source : Jeux du Portail linguistique du Canada
Nombre de consultations : 15 659

statu quo

Article portant sur la locution statu quo utilisée dans le domaine juridique.
Ce terme est une construction abrégée de l’expression latine in statu quo et signifie littéralement état actuel, c’est-à-dire état dans lequel on se trouve ou dans lequel les choses se trouvent maintenant, ou encore cet état à l’époque de référence. L’état antérieur à la survenance d’un événement est le statu quo ante, littéralement dans le même état que précédemment. Revenir au statu quo ante. Les deux locutions latines ayant été francisées, on ne les mettra pas en italiques, mais en caractère romain. Le premier élément s’écrit sans le t final puisqu’il désigne non un statut (au sens d’ensemble cohérent de règles qui s’appliquent à des personnes ou à des institutions, ou encore à une situation), mais un état, de fait ou de droit. Mettre le s à statu est commettre un anglicisme. Les deux éléments ne sont pas reliés par le trait d’union en dépit d’une certaine tendance constatée dans l’usage. Ainsi, le statu quo s’entend de l’état actuel des choses ou de l’état tel qu’il était à un moment déterminé et qui ne doit pas être perturbé de quelque façon que ce soit. Ce caractère statique qu’évoque le terme conduit à l’emploi de cooccurrents adéquats à ce caractère : maintien du (maintenir le) statu quo; rétablissement du (rétablir le) statu quo; modification du (modifier le) statu quo; changement du (changer le) statu quo; bouleversement du (bouleverser le) statu quo; détermination du (déterminer le) statu quo; dérogation au (déroger au) statu quo; respect du (respecter le) statu quo; soumission au (soumettre au) statu quo; sortie du (sortir du) statu quo. On ne peut pas dire sans tomber dans le pléonasme vicieux que, par rapport à l’objet contractuel, il y a lieu de remettre les parties contractantes dans un [état] de statu quo; il faut dire plutôt qu’il y a lieu de rétablir entre elles le statu quo. Le statu quo peut être choisi, convenu, accepté, réclamé, obtenu, appliqué, imposé, déclaré, décrit, prôné, conservé, préservé, toléré, défendu, encouragé, contesté, dénoncé, combattu, pourfendu, rejeté, exclu, prolongé, changé. On peut être pour ou contre le statu quo; on se trouve alors à en être soit défenseur ou partisan, soit adversaire ou détracteur du statu quo. Le statu quo peut être acceptable ou non, possible ou non, praticable ou non, réaliste ou non, tenable ou non, amélioré, clarifié, complexe ou difficile à appliquer. En droit international public et dans la phraséologie des traités, l’expression (in) statu quo ante bellum relève du droit de la guerre et désigne l’état de droit et de fait qui existait avant le retrait des troupes ennemies, avant la fin de la guerre ou la cessation des hostilités. Autrement dit, revenir au statu quo ante bellum signifie qu’aucun des États en guerre n’aura gagné ou perdu quoi que ce soit et retrouvera sa souveraineté. La guerre entre l’Iran et l’Irak de septembre 1980 à avril 1981 a été conclue par un statu quo ante bellum puisqu’elle a laissé inchangées les frontières séparant les deux pays. S’agissant uniquement de l’état des frontières et de la possession du territoire, l’antonyme à cet égard est l’uti possidetis, qui signifie que chaque partie conserve ce qu’elle a gagné ou perd ce qu’elle a perdu à la fin de la guerre. Guerre finale conclue par un statu quo ante bellum plutôt que par un uti possidetis. En droit international toujours, le statu quo est un principe en vertu duquel aucune mesure nouvelle jugée non conforme ne doit être adoptée par un organisme membre d’une organisation internationale. « Aux termes du principe du statu quo, des pays membres d’un accord de commerce ou d’investissement s’engagent à imposer le statu quo sur des mesures et pratiques existantes qui ne sont pas conformes à un certain nombre d’obligations tels le traitement national et le traitement de la nation la plus favorisée. » Exceptions au statu quo. Obligation de statu quo. Engagement de statu quo. Les conventions (conventions 1, conventions 2) de statu quo et les clauses de statu quo se trouvent dans plusieurs domaines du droit, aussi bien dans les ententes et les obligations de confidentialité dans le droit des entreprises que dans le droit du travail, dans le droit des contrats et dans le droit de la concurrence. « Le statu quo assure la stabilité dans le droit de la concurrence. » « Les clauses de statu quo, dans lesquelles une partie s’engage à ne pas formuler une offre non sollicitée visant l’autre partie, sont courantes dans les ententes de confidentialité. » Obligation de statu quo dans une entente de confidentialité. « Les présidents des deux syndicats industriels ont conclu une convention de statu quo visant le règlement du différend. » Au sein des assemblées délibérantes, un procédé de neutralisation du quorum permet de préserver le statu quo. « Le quorum est le nombre minimum de membres d’un corps délibératif nécessaire à la validité d’une décision. Lorsque le quorum n’est pas atteint, le corps délibératif ne peut pas tenir un vote et changer le statu quo. Ainsi, les votants en faveur du statu quo peuvent bloquer une décision en ne se présentant pas au vote, lequel sera alors automatiquement rejeté et le statu quo, conservé. »
Source : Juridictionnaire (difficultés de la langue française dans le domaine du droit)
Nombre de consultations : 3 368

attention (à l’attention de)

Article sur l’expression À l’attention de.
Employée dans la correspondance, la formule à l’attention de s’écrit toujours en toutes lettres. Les abréviations attn, att. ou À l’attn de sont des calques de l’anglais à éviter. L’expression Compétence de est aussi admise, mais est rarement employée. L’expression À l’attention de devient désuète. On l’utilise surtout quand le contenu d’une lettre s’adresse à un groupe (d’une entreprise, par exemple) et qu’on veut charger une personne en particulier de transmettre le message au groupe. Elle a pour but de préciser le nom de la personne à qui la lettre doit être remise. La mention À l’attention de est alors soulignée et se place à deux interlignes sous la vedette : Banque nationale du Canada 405, boul. Cartier Ouest Laval (Québec) H7N 2K8     À l’attention de Madame Isabelle Chénier Sur une enveloppe, la mention est également soulignée et se place au-dessus de l’adresse ou à gauche de celle-ci. Si la lettre s’adresse à un groupe de personnes, la formule d’appel à utiliser dans les circonstances est, selon le cas : Mesdames, Messieurs Mesdames (si la lettre ne s’adresse qu’à un groupe de femmes) Messieurs (si la lettre ne s’adresse qu’à un groupe d’hommes) À l’intention de Il faut éviter d’employer À l’intention de au sens de À l’attention de. L’expression à l’intention de signifie « pour, destiné à, en l’honneur de » : Nous avons organisé une fête à l’intention des nouveaux retraités. Cet exercice a été conçu à l’intention des élèves de la maternelle. Aux bons soins de/aux soins de Il ne faut pas confondre À l’attention de avec Aux bons soins de ou Aux soins de. Voir soin (Aux soins de).
Source : Clés de la rédaction (difficultés et règles de la langue française)
Nombre de consultations : 1 974

Taxinomie ou taxonomie? Quand l’usage s’emmêle

Un article sur les termes taxinomie et taxonomie
Marie D’Aoûst (L’Actualité langagière, volume 2, numéro 4, 2005, page 12) L’étude théorique des bases, des lois, des règles et des principes d’une classification s’appelle taxinomie. Ou serait-ce plutôt taxonomie? Les deux termes s’équivalent-ils? La question se pose… TraversNote de bas de page 1, Fischer et ReyNote de bas de page 2, ainsi que la plupart des spécialistes de la langue française qui se sont penchés sur le sujet, recommandent d’écrire taxinomie. Toutefois, bon nombre d’ouvrages généraux modernesNote de bas de page 3 ont de leur côté adopté une certaine neutralité, considérant les deux termes comme des variantes orthographiques. Qu’en est-il vraiment?Taxonomie : un anglicisme? Selon plusieurs auteurs, taxonomie est un anglicisme. C’est l’avis du Robert électronique, pour qui ce mot vient de l’anglais taxonomy. On peut donc se surprendre de lire dans le Merriam-Webster que le terme taxonomy, créé en 1828, provient du français taxonomie (créé en 1813). L’Office québécois de la langue française relève également cette curiosité dans Le grand dictionnaire terminologiqueNote de bas de page 4 sous la fiche taxonomie :Certains en déconseillent même l’emploi parce qu’ils le considèrent comme un calque de l’anglais taxonomy. Or, la plupart des dictionnaires anglais indiquent que taxonomy vient du français taxonomie. Toujours du côté de l’anglais, le Oxford English DictionaryNote de bas de page 5 reprend l’étymologie du Webster et attribue l’origine du mot taxonomy à la langue française, plus précisément à de Candolle (1813)Note de bas de page 6. On nous renvoie toutefois aussi à taxinomy, qu’on définit de cette façon : «  A more etymological form of Taxonomy ». Le Online Etymology DictionaryNote de bas de page 7, en plus de faire la même remarque sur l’origine française du terme, prend soin de préciser l’erreur étymologique liée aux racines grecques (taxo- plutôt que taxi-).taxonomy1828, from Fr. taxonomie (1813), introduced by Linnæus and coined irregularly from Gk. taxis "arrangement" (see taxidermy) + -nomia "method," from -nomos "managing," from nemein "manage" (see numismatics). Est-ce à dire qu’en anglais aussi on privilégierait taxinomy? L’usage semble prouver le contraire. Mais peut-on s’y fier? J’y reviendrai plus loin. Enfin, le Trésor de la langue française considère également taxonomie comme un anglicisme, mais souligne son usage répandu en biologie.L’Académie des Sciences déconseille l’anglicisme taxonomie, qui est cependant la forme la plus fréq. utilisée par les biologistes. En ling., seule la forme taxinomie est employée.Taxinomie et taxonomie : de simples variantes? Jusqu’ici il s’avère difficile de qualifier taxonomie d’anglicisme, vu les contradictions ou interprétations différentes constatées dans les sources consultées. D’autant plus que certaines sources francophones sont muettes à ce sujet. Ainsi le Grand dictionnaire encyclopédique Larousse se contente-t-il, sous la vedette taxinomie, de la remarque suivante : « On dit aussi taxonomie ». Et à la rubrique taxonomie, on trouve un renvoi à taxinomie. Une seule entrée à taxinomie dans le Robert Brio, où taxonomie est simplement présenté comme une variante orthographique : « TAXINOMIE ou TAXONOMIE ». Quant au Dictionnaire encyclopédique QuilletNote de bas de page 8, il relève l’erreur étymologique contenue dans taxonomie (quant à la racine), mais ne considère pas le terme comme un anglicisme. Il signale également l’usage répandu de taxonomie et fait une mise en garde : « Ce terme est traditionnel mais de formation irrégulière et l’on devrait écrire taxinomie ». Enfin, certains ouvrages sont catégoriques à un point tel que le terme taxonomie n’apparaît pas dans leur plus récente édition. C’est le cas entre autres du MultidictionnaireNote de bas de page 9.Taxonomie : une anomalie lexicale? Les spécialistes de la langue sont unanimes, taxonomie est incorrect sur le plan étymologique, et la plupart s’entendent sur le fait qu’on ne saurait justifier l’emploi de taxonomie (1813) en se basant sur le mot taxon, puisque ce dernier a été créé après, soit en 1864. Or, l’Office québécois de la langue française (Le grand dictionnaire terminologique) soutient que :En effet ce mot a été créé par un botaniste suisse, A. P. de Candolle, en 1813 (dans le Traité élémentaire de la botanique), à partir de taxon, et par la suite, on a tenté d’en rectifier la forme en le remplaçant par le mot taxinomie. Fait intéressant, TraversNote de bas de page 10 affirme que taxonomie n’a pas sa raison d’être même si on utilise taxonomia en espagnol, tassonomia en italien, Taxonomie en allemand et taksonomiya en russe, invoquant entre autres la recommandation du terme taxinomie par l’Académie des Sciences (source anonyme, 1957). Voilà qui ouvre la porte à bien des discussions.Taxinomie ou taxonomie? Qu’en est-il de l’usage? Une recherche sommaire dans Google permet de constater que taxonomie, avec ses 224 000 occurrences, est d’un usage beaucoup plus fréquent que taxinomie, qui en compte 41 100. Cette recherche démontre clairement une préférence marquée pour taxonomie. Une simple question d’euphonie, de tradition, d’ignorance? Comment savoir? Une chose est certaine cependant : le terme taxonomie et la notion qu’il désigne dans le domaine scientifique semblent être compris autant par les initiés que les non-initiés. En est-il de même pour taxinomie? Peut-on croire qu’à force d’enseignement il soit possible de renverser la vapeur et de faire dérailler la locomotive de l’usage? Le terme taxinomie détrônera-t-il un jour son rival taxonomie? Difficile à croire. Car comme l’écrit TraversNote de bas de page 11 :Dans le langage scientifique même, il n’est pas rare que l’usage l’emporte sur la logique, parfois aussi sur une certaine tradition. Sans perdre de vue, comme le concluent si bien Fischer et ReyNote de bas de page 12, que :[…] ce n’est pas le purisme, mais simplement la rigueur qui conseille de parler de taxinomie. Mais il ne nous appartient évidemment pas de décider de la forme qui sera retenue. Cela est du ressort des spécialistes de la science des classifications. Alors pour l’instant, on peut conclure que l’usage, à l’encontre de la rigueur, consacre actuellement taxonomie, et que plusieurs ouvrages du XXe siècle constatent l’équivalence des termes taxinomie et taxonomie.RéférencesNote de bas de page 1 Marc Travers, La banque de mots, 1981, nº 21, p. 3 à 18, « Sur quelques questions de terminologie scientifique ».Retour à la référence de la note de bas de page 1Note de bas de page 2 J.L. Fischer et R. Rey, Documents pour l’histoire du vocabulaire scientifique, 1983, nº 5, p. 97 à 113, « De l’origine et de l’usage des termes taxinomie – taxonomie ».Retour à la référence de la note de bas de page 2Note de bas de page 3 Par exemple, Le Grand Larousse de la langue française, 1978, t. 7, contient un article taxinomie et signale que l’on trouve aussi taxonomie, sans porter de jugement.Retour à la référence de la note de bas de page 3Note de bas de page 4 www.granddictionnaire.comRetour à la référence de la note de bas de page 4Note de bas de page 5 J.A. Simpson and E.S.C. Weiner, The Oxford English Dictionary, 1989, vol. XVII, p. 682.Retour à la référence de la note de bas de page 5Note de bas de page 6 A. P. de Candolle, Traité élémentaire de la botanique, 1813.Retour à la référence de la note de bas de page 6Note de bas de page 7 www.etymonline.comRetour à la référence de la note de bas de page 7Note de bas de page 8 Dictionnaire encyclopédique Quillet, (1977), p. 6711.Retour à la référence de la note de bas de page 8Note de bas de page 9 Dans sa 4e édition (2003), l’édition la plus récente lors de la rédaction de ce texte.Retour à la référence de la note de bas de page 9Note de bas de page 10 Marc Travers, op. cit., p. 9.Retour à la référence de la note de bas de page 10Note de bas de page 11 ibidem, p. 4.Retour à la référence de la note de bas de page 11Note de bas de page 12 J.L. Fischer et R. Rey, op. cit., p. 113.Retour à la référence de la note de bas de page 12
Source : Chroniques de langue (la langue française vue par des langagiers)
Nombre de consultations : 1 872

apostrophe en anglais (’s)

Article sur l’emploi de ‘s (apostrophe s) en français.
L’emploi de l’apostrophe suivi du s, qui marque le possessif en anglais, est étranger au français. En principe, les noms de raisons sociales perdent l’apostrophe s en français : Eaton Birk Cet usage est parfois boudé par certaines entreprises : McDonald’s
Source : Clés de la rédaction (difficultés et règles de la langue française)
Nombre de consultations : 1 410

truffe/truffer

Article sur le sens du nom truffe et du verbe truffer.
Le nom truffe désigne à la fois la confiserie faite de beurre et de chocolat : truffes au chocolat et le champignon souterrain, charnu et compact, recherché pour son arôme et pour sa saveur : dinde aux truffes Il faut éviter la graphie truffle, qui est un calque de l’anglais truffle. Le verbe truffer signifie « garnir de truffes » ou « remplir de choses disséminées en abondance » : du foie gras truffé un texte truffé d’erreurs Selon le contexte, on peut également employer des synonymes comme : bourré lardé farci
Source : Clés de la rédaction (difficultés et règles de la langue française)
Nombre de consultations : 1 367