Les mots du droit : avant-propos

Éminemment pratique, ancré dans la réalité quotidienne des juristes, des traducteurs juridiques et, de façon générale, de toute personne appelée à rédiger des textes d’ordre juridique dans un contexte où le français juridique côtoie l’anglais de la common law, Les mots du droit propose une liste d’équivalents français à partir d’un échantillon de termes anglais courants qui présentent des difficultés particulières en raison de leur caractère polysémique.

Le but visé par l’auteur de Les mots du droit consiste essentiellement à offrir un aide-mémoire au rédacteur de textes juridiques et à lui proposer une série d’équivalents parmi lesquels il pourra choisir le terme ou l’expression qui correspond le mieux à l’idée qu’il cherche à exprimer, qui lui permettra de trouver le mot juste adapté à son contexte rédactionnel.

Le présent ouvrage s’avère particulièrement utile dans le cas des termes anglais difficiles à cerner. La consultation des dictionnaires existants risque en effet de laisser le rédacteur ou le traducteur juridique sur sa faim lorsqu’il cherche des équivalents de termes anglais à acceptions multiples comme process, case, substantive ou enforcement. Voilà le but que s’est fixé l’auteur : cerner toutes les acceptions du mot vedette et, dans un second temps, proposer une liste exhaustive des équivalents possibles, en offrant des exemples d’utilisation en contexte, permettant ainsi au lecteur d’observer comment l’équivalent proposé s’intègre dans une phrase déterminée.

Compte tenu de la forte polysémie qui caractérise un grand nombre de termes du vocabulaire juridique, il est indispensable de savoir dans quel contexte s’emploie tel ou tel mot avant d’arrêter son choix sur un des équivalents proposés. C’est pourquoi, dans cet ouvrage, la plupart des équivalents sont accompagnés d’exemples – expressions, phrases ou syntagmes anglais suivis de leur traduction française –, de cooccurrents ou de brèves observations visant à orienter le lecteur et à lui offrir, sinon des réponses absolues, du moins des pistes de solution. Un certain nombre d’entrées lexicales sont par ailleurs coiffées d’extraits de textes puisés dans la jurisprudence, les lois ou la doctrine du Québec, du Canada, de la France ou des Nations Unies.

Le rédacteur juridique qui ne travaille pas dans un contexte de traduction pourra lui aussi tirer profit de Les mots du droit grâce à l’index français détaillé dont les entrées renvoient aux mots vedettes traités dans la partie lexique de l’ouvrage.

Les mots du droit propose une liste d'équivalents français établis à partir d'un échantillon de termes anglais courants qui présentent des difficultés particulières en raison de leur caractère polysémique. La plupart des équivalents sont accompagnés d'exemples – expressions, phrases ou syntagmes anglais suivis de leur traduction française –, de cooccurrents ou de brèves observations visant à orienter le lecteur et à lui offrir, sinon des réponses absolues, du moins des pistes de solution. Les exercices pratiques visant à consolider les connaissances acquises ne figurent que dans la version papier de l'ouvrage; ils ne sont pas reproduits ici.

Sont également examinées plusieurs difficultés courantes. Ainsi, un certain nombre d’entrées comportent des observations sur l’usage, des mises en garde contre les faux amis (par exemple jurisdiction et juridiction) et des précisions sur les catégories grammaticales. En plus de guider l’utilisateur vers l’équivalent juste correspondant à des termes juridiques anglais d’usage courant, le présent ouvrage vise à aiguiser l’intérêt du lecteur face aux particularités du langage juridique et à favoriser l’enrichissement et l’épanouissement du vocabulaire juridique français.

Louis Beaudoin, LL.L.

Date de modification :