briseur, euse 2 / casseur, euse

Au figuré, briseur s’emploie uniquement dans l’expression briseur de grève, qui désigne soit la personne qui n’obtempère pas à l’ordre de grève en refusant de cesser son travail, en s’offrant à travailler ou en se mettant effectivement au travail ou encore en traversant une ligne de piquetage, soit celle qui est payée pour accomplir le travail de gréviste. Briseur de grève professionnel ("professional strikebreaker"). Voir brisage.

En France, est appelée casseur la personne qui, sous prétexte de participer à une manifestation, commet des déprédations (à distinguer des dégradations), particulièrement dans les locaux universitaires, ou, plus généralement, endommage volontairement des biens publics ou privés. Agissements des casseurs. La formule célèbre Les casseurs seront les payeurs signifie que ce sont les auteurs de dégradations qui en seront tenus pour responsables et illustre le thème de la responsabilité individuelle face à la collectivité. La loi punissant les auteurs et les instigateurs de tels délits s’appelle loi anticasseurs. Le casseur est un voyou, un vandale; on emploie ces mots comme substituts pour remplacer l’emprunt "hooligan", répandu en Belgique à la suite des événements tragiques du Heysel, le 29 mai 1985.

Renseignements complémentaires

Rechercher par thèmes connexes

Vous voulez en apprendre davantage sur un thème abordé dans cette page? Cliquez sur un lien ci-dessous pour voir toutes les pages du Portail linguistique du Canada portant sur le thème choisi. Les résultats de recherche s’afficheront dans le Navigateur linguistique.

Date de modification :