Répondre à un commentaire du billet « Au menu : des études en environnement (ou en histoire, en arts visuels ou dans tout autre domaine) garnies de compétences linguistiques »

Remarque

Veuillez lire la section « Commentaires et échanges » dans la page Avis du gouvernement du Canada avant d’ajouter un commentaire. Le Portail linguistique du Canada examinera tous les commentaires avant de les publier. Nous nous réservons le droit de modifier, de refuser ou de supprimer toute question ou tout commentaire qui contreviendrait à ces lignes directrices sur les commentaires.

Lorsque vous soumettez un commentaire, vous renoncez définitivement à vos droits moraux, ce qui signifie que vous donnez au gouvernement du Canada la permission d’utiliser, de reproduire, de modifier et de diffuser votre commentaire gratuitement, en totalité ou en partie, de toute façon qu’il juge utile. Vous confirmez également que votre commentaire n’enfreint les droits d’aucune tierce partie (par exemple, que vous ne reproduisez pas sans autorisation du texte appartenant à un tiers).

Pas « la » linguistique dans le sens de la discipline qui a pour objets d'étude la langue et le langage, mais plutôt, à mon avis, dans le sens de compétences linguistiques (ou peut-être on devrait dire capacités langagières?). Le cours a porté principalement au sujet de la culture de l’information (information literacy), et on n'a pas cherché à former les linguistes cette fois-ci. Néanmoins, la façon principale dont on accède à l’information, c’est par le biais de la langue. Alors développer les aptitudes langagières, même au niveau de base comme reconnaitre les erreurs grammaticales, ça sert à permettre aux étudiant(e)s, y compris ceux et celles qui étudient dans une deuxième ou troisième langue, de mieux évaluer la crédibilité de l’information qu’ils rencontrent. À l’ère de désinformation, on doit utiliser tous les outils à notre disposition, y compris la capacité à reconnaitre les erreurs grammaticales :-)