Répondre à un commentaire du billet « 8 mots français intraduisibles qui me manquent quand je parle anglais »

Remarque

Veuillez lire la section « Commentaires et échanges » dans la page Avis du gouvernement du Canada avant d’ajouter un commentaire. Le Portail linguistique du Canada examinera tous les commentaires avant de les publier. Nous nous réservons le droit de modifier, de refuser ou de supprimer toute question ou tout commentaire qui contreviendrait à ces lignes directrices sur les commentaires.

Lorsque vous soumettez un commentaire, vous renoncez définitivement à vos droits moraux, ce qui signifie que vous donnez au gouvernement du Canada la permission d’utiliser, de reproduire, de modifier et de diffuser votre commentaire gratuitement, en totalité ou en partie, de toute façon qu’il juge utile. Vous confirmez également que votre commentaire n’enfreint les droits d’aucune tierce partie (par exemple, que vous ne reproduisez pas sans autorisation du texte appartenant à un tiers).

Excellent article ! Merci.

Pour le « si », quand j’enseigne à des étudiants germanophones, il n’y a pas de problème, car ils ont le « doch », équivalent du « si ». Mais je reconnais qu’il est frustrant de ne pouvoir expliquer certains mots « intraduisibles » bien que cela fasse toute la richesse d’une langue. Pour des apprenants matures, ils comprennent les subtilités d’une langue, mais pour de jeunes apprenants qui pensent que chaque mot français équivaut à un mot dans leur propre langue, c’est plus délicat. D’où l’incroyable passion pour l’enseignement des langues ! C’est en fait toute une culture que l’on enseigne ! Merci Lauren.