Contenu de la page principale

Répondre à un commentaire du billet « Le français parlé en Nouvelle-France »

Remarque

Veuillez lire la section « Commentaires et échanges » dans la page Avis du gouvernement du Canada avant d’ajouter un commentaire. Le Portail linguistique du Canada examinera tous les commentaires avant de les publier. Nous nous réservons le droit de modifier, de refuser ou de supprimer toute question ou tout commentaire qui contreviendrait à ces lignes directrices sur les commentaires.

Lorsque vous soumettez un commentaire, vous renoncez définitivement à vos droits moraux, ce qui signifie que vous donnez au gouvernement du Canada la permission d’utiliser, de reproduire, de modifier et de diffuser votre commentaire gratuitement, en totalité ou en partie, de toute façon qu’il juge utile. Vous confirmez également que votre commentaire n’enfreint les droits d’aucune tierce partie (par exemple, que vous ne reproduisez pas sans autorisation du texte appartenant à un tiers).

J’ai communiqué avec Jacques Leclerc, auteur de l'étude Histoire du français au Québec, et il s'en est suivi un bref échange au cours duquel il m’a suggéré d'apporter certaines corrections à mon texte en citant certains propos qu'il m'a communiqués.

Ainsi, commentant la dernière phrase de mon billet, voici ce qu'il m'écrit : « Étant donné que le français en France était diversifié, il faudrait préciser de quel français il s’agit. À mon avis, c’est celui des classes populaires de la région parisienne avec la prononciation de l’ancienne aristocratie ainsi que par l’apport dans le vocabulaire des parlers régionaux du nord et de l’ouest de la France, là d’où viennent, après Paris, la majorité des colons de la Nouvelle-France. ».

Au sujet des emprunts aux langues amérindiennes, j'ai eu droit à ce long commentaire de sa part : « Pour les langues amérindiennes, il faut faire attention. Telles que vous le dites, les langues amérindiennes seraient sur le même pied que les parlers régionaux français et auraient influencé le français. C’est beaucoup! Les termes régionaux employés en Nouvelle-France ne sont pas à proprement parler des emprunts, ils sont issus des patois apportés par les colons eux-mêmes. Pour les langues amérindiennes, il faut préciser que ce sont de véritables emprunts avec une seule langue en particulier, l’algonquin (30 mots maximum), dont au moins la moitié est arrivée par l’anglais après la Conquête (sachem, toboggan, wigwam, tomahawk, etc.). En fait, les emprunts faits par les colons français atteignent tout au plus une dizaine de mots : manitou, mocassin, maskinongé, ouananiche, achigan, carcajou et quelques autres, dont deux du mohawk et deux du huron. On va dire que, comme "influence", c’est plutôt limité. Je n’oserais employer le mot "influence", un terme trop fort dans ce cas-ci. Par contre, vous seriez surpris de la quantité de mots français dans certaines langues amérindiennes de l’Ontario et du Québec et de l’est du Canada.»

Je lui adresse ici mes remerciements pour cet échange des plus éclairants.