Répondre à un commentaire du billet « Respecter la non-binarité de genre en français »

Remarque

Veuillez lire la section « Commentaires et échanges » dans la page Avis du gouvernement du Canada avant d’ajouter un commentaire. Le Portail linguistique du Canada examinera tous les commentaires avant de les publier. Nous nous réservons le droit de modifier, de refuser ou de supprimer toute question ou tout commentaire qui contreviendrait à ces lignes directrices sur les commentaires.

Lorsque vous soumettez un commentaire, vous renoncez définitivement à vos droits moraux, ce qui signifie que vous donnez au gouvernement du Canada la permission d’utiliser, de reproduire, de modifier et de diffuser votre commentaire gratuitement, en totalité ou en partie, de toute façon qu’il juge utile. Vous confirmez également que votre commentaire n’enfreint les droits d’aucune tierce partie (par exemple, que vous ne reproduisez pas sans autorisation du texte appartenant à un tiers).

Avoir une langue neutre est la moindre des choses. En français le masculin n'est PAS neutre et si c'était le cas, on ne se questionnerait pas à ce sujet.
Afin que les personnes non-binaires et les femmes soient incluses, il faut que des modifications majeures soient apportées. Qu'une femme dise "on est content de..." lorsqu'elle parle d'elle et d'une autre personne de genre masculin n'a rien d'inclusif. Les différentes chaînes de télévision ainsi que les réalisations effectuées en français doivent également contribuer à ce que tout le monde soit inclus. Certaines professions, telles que sergent ou agent ne sont pas toujours féminisées à la télévision donc la professionnelle se présente en se nommant sergent ou agent... La féminisation des professions n'est pas respectée encore de nos jours. De plus, lorsqu'on parle des Canadiens ou des Québécois, bien souvent, les femmes sont incluses peu importe le nombre d'hommes, de femmes ou de non-binaires Donc, on constate très rapidement que le français n'a pas de genre neutre actuellement. Plusieurs modifications s'imposent à la langue française...