Répondre à un commentaire du billet « Être « entraîneur » au féminin »

Remarque

Veuillez lire la section « Commentaires et échanges » dans la page Avis du gouvernement du Canada avant d’ajouter un commentaire. Le Portail linguistique du Canada examinera tous les commentaires avant de les publier. Nous nous réservons le droit de modifier, de refuser ou de supprimer toute question ou tout commentaire qui contreviendrait à ces lignes directrices sur les commentaires.

Lorsque vous soumettez un commentaire, vous renoncez définitivement à vos droits moraux, ce qui signifie que vous donnez au gouvernement du Canada la permission d’utiliser, de reproduire, de modifier et de diffuser votre commentaire gratuitement, en totalité ou en partie, de toute façon qu’il juge utile. Vous confirmez également que votre commentaire n’enfreint les droits d’aucune tierce partie (par exemple, que vous ne reproduisez pas sans autorisation du texte appartenant à un tiers).

Oui, la langue évolue. La féminisation des titres de fonctions en -eure est toutefois une tendance canadienne et non française (académiciens de l'Académie française). La féminisation des titres de fonctions se fait traditionnellement en -euse (comme entraîneuse) et en -trice (autrice). Le Petit Robert donne, par exemple, auteur, autrice avec la remarque suivante : « La forme féminine est autrice (latin auctrix), on la rencontre aux sens 2°, 3° et 4°; on trouve aussi une auteure sur le modèle du français du Canada ». Merci de m'avoir écrit!