Répondre à un commentaire du billet « Lire à haute voix, pas juste pour les enfants : 5 avantages pour tous »

Remarque

Veuillez lire la section « Commentaires et échanges » dans la page Avis du gouvernement du Canada avant d’ajouter un commentaire. Le Portail linguistique du Canada examinera tous les commentaires avant de les publier. Nous nous réservons le droit de modifier, de refuser ou de supprimer toute question ou tout commentaire qui contreviendrait à ces lignes directrices sur les commentaires.

Lorsque vous soumettez un commentaire, vous renoncez définitivement à vos droits moraux, ce qui signifie que vous donnez au gouvernement du Canada la permission d’utiliser, de reproduire, de modifier et de diffuser votre commentaire gratuitement, en totalité ou en partie, de toute façon qu’il juge utile. Vous confirmez également que votre commentaire n’enfreint les droits d’aucune tierce partie (par exemple, que vous ne reproduisez pas sans autorisation du texte appartenant à un tiers).

Dès l'école primaire, il y a un demi-siècle, mon instituteur nous incitait à nous relire à haute voix. Et je le fais assez souvent dans mon métier de traducteur aujourd'hui. Souvent, je m'imagine lire mon texte devant une assemblée. Le dirais-je ainsi dans de telles circonstance? Coule-t-il de façon naturelle? Est-il ampoulé ou tarabiscoté? Les phrases sont-elles trop longues? Mon auditoire me suit-il sans effort?
Rien de tel pour entendre une phrase qui accroche, une tournure lourde, une faute de logique dans l'articulation, une préposition ou une charnière fautive, une expression ou une cooccurrence erronée ou malheureuse... Rien de tel en somme pour améliorer la fluidité d'un texte et donc son agrément de lecture et l'efficacité de la transmission du message.