Répondre à un commentaire du billet « Lire à haute voix, pas juste pour les enfants : 5 avantages pour tous »

Remarque

Veuillez lire la section « Commentaires et échanges » dans la page Avis du gouvernement du Canada avant d’ajouter un commentaire. Le Portail linguistique du Canada examinera tous les commentaires avant de les publier. Nous nous réservons le droit de modifier, de refuser ou de supprimer toute question ou tout commentaire qui contreviendrait à ces lignes directrices sur les commentaires.

Lorsque vous soumettez un commentaire, vous renoncez définitivement à vos droits moraux, ce qui signifie que vous donnez au gouvernement du Canada la permission d’utiliser, de reproduire, de modifier et de diffuser votre commentaire gratuitement, en totalité ou en partie, de toute façon qu’il juge utile. Vous confirmez également que votre commentaire n’enfreint les droits d’aucune tierce partie (par exemple, que vous ne reproduisez pas sans autorisation du texte appartenant à un tiers).

À titre de traductrice indépendante, je travaille seule et personne n'est là pour relire mes textes. Je devais donc trouver une façon de repérer toutes les fautes. J'ai donc tenté la lecture à haute voix. Après la traduction, je révise mon texte une première fois à l'écran (et une deuxième fois sur papier lorsque le temps le permet), je le passe dans Antidote et je termine en le relisant à haute voix. Je capte plus facilement les fautes, mais surtout les doublons et les mots manquants. Au fil du temps, j'ai constaté que mon cerveau avait tendance à «anticiper» le texte à venir et qu'il «corrigeait» ces erreurs. Lorsque je lis à haute voix, il est obligé de suivre mes yeux et ma voix. Impossible pour lui d'anticiper : il reste concentré sur les mots qu'il voit... ou qu'il ne voit pas.