Répondre à un commentaire du billet « Lire à haute voix, pas juste pour les enfants : 5 avantages pour tous »

Remarque

Veuillez lire la section « Commentaires et échanges » dans la page Avis du gouvernement du Canada avant d’ajouter un commentaire. Le Portail linguistique du Canada examinera tous les commentaires avant de les publier. Nous nous réservons le droit de modifier, de refuser ou de supprimer toute question ou tout commentaire qui contreviendrait à ces lignes directrices sur les commentaires.

Lorsque vous soumettez un commentaire, vous renoncez définitivement à vos droits moraux, ce qui signifie que vous donnez au gouvernement du Canada la permission d’utiliser, de reproduire, de modifier et de diffuser votre commentaire gratuitement, en totalité ou en partie, de toute façon qu’il juge utile. Vous confirmez également que votre commentaire n’enfreint les droits d’aucune tierce partie (par exemple, que vous ne reproduisez pas sans autorisation du texte appartenant à un tiers).

Quand j'enseignais le français langue seconde aux adultes, j'avais coutume de les encourager à lire à voix haute les textes en français qu'ils devaient lire pour les cours, le travail ou les loisirs. J'avais coutume de citer trois grands avantages :
1. Quand on lit à voix haute, on s'approprie le vocabulaire et les structures de phrases, on se « les met en bouche ».
2. Non seulement on voit les mots et les expressions, mais on les dit et on les entend. Bref, on fait du « 3 en 1 » : on triple « les effets de ses efforts ».
3. Le cerveau retient davantage le vocabulaire vu, entendu et prononcé, que le vocabulaire strictement vu.
Les mêmes avantages sont retenus pour la langue maternelle. En lisant de la littérature à voix haute, on améliore son vocabulaire écrit et oral, on exprime des idées qu'on n'aurait autrement jamais communiquées avec la même éloquence. La lecture à voix haute m'a non seulement aidée à apprendre d'autres langues, mais elle m'a permis de mieux maîtriser ma langue maternelle.