Contenu de la page principale

Répondre à un commentaire du billet « Formules d’appel et de salutation : plus simples que vous le croyez »

Remarque

Veuillez lire la section « Commentaires et échanges » dans la page Avis du gouvernement du Canada avant d’ajouter un commentaire. Le Portail linguistique du Canada examinera tous les commentaires avant de les publier. Nous nous réservons le droit de modifier, de refuser ou de supprimer toute question ou tout commentaire qui contreviendrait à ces lignes directrices sur les commentaires.

Lorsque vous soumettez un commentaire, vous renoncez définitivement à vos droits moraux, ce qui signifie que vous donnez au gouvernement du Canada la permission d’utiliser, de reproduire, de modifier et de diffuser votre commentaire gratuitement, en totalité ou en partie, de toute façon qu’il juge utile. Vous confirmez également que votre commentaire n’enfreint les droits d’aucune tierce partie (par exemple, que vous ne reproduisez pas sans autorisation du texte appartenant à un tiers).

Lorsque les cours de justice s'adressent aux parties durant les étapes d'une procédure en première instance ou en cour supérieur pour informer, pour émettre des actes, rejeter des actes etc, je ne crois pas que les juges doivent exprimer l'expression de leurs sentiments, car les juges représentent l'entité de la justice. Je vois des communications ou on exprime des sentiments lors de l’instruction d’une instance judiciaire où ces genres de formules n’ont pas lieu d'être utilisées. Dans ce sens, imaginez-vous la condamnation d'un génocidaire ou la cour agrée l'expression de ses sentiments distingués au criminel? J'exagère peut être avec l'exemple juste pour faire comprendre qu’ il faut bien adapter la formule au contexte dans lequel on doit les utiliser. Isaac.