Répondre à un commentaire du billet « Le français des médias sociaux : pour éviter de « tweeter des hashtags » »

Remarque

Veuillez lire la section « Commentaires et échanges » dans la page Avis du gouvernement du Canada avant d’ajouter un commentaire. Le Portail linguistique du Canada examinera tous les commentaires avant de les publier. Nous nous réservons le droit de modifier, de refuser ou de supprimer toute question ou tout commentaire qui contreviendrait à ces lignes directrices sur les commentaires.

Lorsque vous soumettez un commentaire, vous renoncez définitivement à vos droits moraux, ce qui signifie que vous donnez au gouvernement du Canada la permission d’utiliser, de reproduire, de modifier et de diffuser votre commentaire gratuitement, en totalité ou en partie, de toute façon qu’il juge utile. Vous confirmez également que votre commentaire n’enfreint les droits d’aucune tierce partie (par exemple, que vous ne reproduisez pas sans autorisation du texte appartenant à un tiers).

Merci de cette publication fort utile! Je déplore le fait que le vocabulaire français occupe si peu de place dans la langue des médias sociaux. Je crois qu'une partie de l'explication réside dans le fait que les mots français retenus pour traduire certaines réalités sont très peu connus et utilisés du commun des mortels francophones. Lorsqu'on ne connaît pas la signification d'un mot français dans son usage général, il est peu probable que ce mot nous vienne à l'esprit lors d'une discussion spontanée concernant les médias sociaux. Pas d'excuse pour des termes tels que « aimer » vs « liker ». « Gazouillis », par contre, ne fait pas partie du vocabulaire général. Ce mot vient alors difficilement à l'esprit. D'autres mots sont non seulement rares mais complexes. L'utilisation d'un vocabulaire français plus simple aiderait certainement la cause du français dans les médias sociaux.