Répondre à un commentaire du billet « Le bilinguisme vu par 5 ambassadeurs de Canada 150 »

Remarque

Veuillez lire les Normes relatives à la formulation de commentaires du gouvernement du Canada avant de réagir à un commentaire. Le Portail linguistique du Canada examinera tous les commentaires avant de les publier. Nous nous réservons le droit de modifier, de refuser ou de supprimer toute question ou tout commentaire qui contreviendrait aux Normes relatives à la formulation de commentaires du gouvernement du Canada.

Lorsque vous soumettez un commentaire, vous renoncez définitivement à vos droits moraux, ce qui signifie que vous donnez au gouvernement du Canada la permission d’utiliser, de reproduire, de modifier et de diffuser votre commentaire gratuitement, en totalité ou en partie, de toute façon qu’il juge utile. Vous confirmez également que votre commentaire n’enfreint les droits d’aucune tierce partie (par exemple, que vous ne reproduisez pas sans autorisation du texte appartenant à un tiers).

Bravo pour cet article! J'ai bien aimé le point de vue des cinq ambassadeurs sur le bilinguisme, en particulier celui de l'auteur de «Pi» (comparaison avec le caméléon). Pour ma part, j'aurai toujours le regret de ne pas être «parfaitement» bilingue, bien que je sois considérée comme «bilingue» par mon employeur. J'aimerais tellement connaître toutes les subtilités de la langue anglaise! Quand j'avais 15 ans, j'avais un correspondant anglophone de la Virginie, mon premier «amour» virtuel. J'étais capable de corriger ses fautes d'orthographe en anglais, mais pas de le comprendre complètement. J'avais souvent le nez dans mon dictionnaire bilingue, et quand on se parlait au téléphone, la conversation était frustrante et périlleuse. Plus tard, j'ai eu un conjoint pendant 20 ans de la Saskatchewan qui ne parlait pas français. Au début de notre relation, nous avons vécu quelques frustrations liées à la barrière de la langue! Quand on ne maîtrise pas une langue complètement, et principalement la culture de son locuteur, les malentendus et les fausses interprétations surgissent. Ce serait tellement moins compliqué si la population de notre planète était unilingue! J'aimerais pouvoir parler toutes les langues du monde, connaître toutes les cultures des habitants de notre planète, car c'est le laissez-passer pour entrer dans le cœur des gens, communiquer avec eux, les comprendre pour pouvoir mieux les aimer. En attendant, je me suis assurée que ma fille serait une «vraie» bilingue, dès sa naissance. Je constate en elle tous les bienfaits du bilinguisme : elle communique en anglais avec son amie bilingue quand elle ne veut pas que ses amis unilingues autour les comprennent, et elle trouve ça très cool! Au hockey, la moitié des membres de son équipe parle anglais; elle peut donc communiquer aisément avec toutes ses coéquipières. Elle peut écouter les films dans sa langue originale anglaise. Et à son école... française, elle est bien fière de dire qu'elle a des 100% en anglais! Et maman est contente parce que ça remonte sa moyenne. LOL

Javascript doit être activé pour que vous puissiez remplir ce formulaire.