Répondre à un commentaire du billet « Féminiser un texte : ça n’a rien de sorcier »

Remarque

Veuillez lire la section « Commentaires et échanges » dans la page Avis du gouvernement du Canada avant d’ajouter un commentaire. Le Portail linguistique du Canada examinera tous les commentaires avant de les publier. Nous nous réservons le droit de modifier, de refuser ou de supprimer toute question ou tout commentaire qui contreviendrait à ces lignes directrices sur les commentaires.

Lorsque vous soumettez un commentaire, vous renoncez définitivement à vos droits moraux, ce qui signifie que vous donnez au gouvernement du Canada la permission d’utiliser, de reproduire, de modifier et de diffuser votre commentaire gratuitement, en totalité ou en partie, de toute façon qu’il juge utile. Vous confirmez également que votre commentaire n’enfreint les droits d’aucune tierce partie (par exemple, que vous ne reproduisez pas sans autorisation du texte appartenant à un tiers).

Les deux procédés « vedettes » expliqués dans cet article relèvent de la rédaction épicène, et non de la féminisation. Si la rédaction épicène est certes très souhaitable, la féminisation (p. ex. les candidat.es ou les candidat[e]s) demeure quant à elle à proscrire dans l'ensemble de la fonction publique fédérale (voir Le guide du rédacteur et autres ouvrages de référence).