Répondre à un commentaire du billet « Le bilinguisme : ce qu’il signifie pour moi »

Remarque

Veuillez lire les Normes relatives à la formulation de commentaires du gouvernement du Canada avant de réagir à un commentaire. Le Portail linguistique du Canada examinera tous les commentaires avant de les publier. Nous nous réservons le droit de modifier, de refuser ou de supprimer toute question ou tout commentaire qui contreviendrait aux Normes relatives à la formulation de commentaires du gouvernement du Canada.

Lorsque vous soumettez un commentaire, vous renoncez définitivement à vos droits moraux, ce qui signifie que vous donnez au gouvernement du Canada la permission d’utiliser, de reproduire, de modifier et de diffuser votre commentaire gratuitement, en totalité ou en partie, de toute façon qu’il juge utile. Vous confirmez également que votre commentaire n’enfreint les droits d’aucune tierce partie (par exemple, que vous ne reproduisez pas sans autorisation du texte appartenant à un tiers).

Le bilinguisme : ce qu’il signifie pour moi

Parler deux langues fait partie de ma vie depuis bien longtemps. À mon arrivée dans la fonction publique en 1990, je n’étais pas tout à fait bilingue, mais travailler à Ottawa m’a permis de perfectionner ma langue seconde. Je parlais anglais avec mes collègues anglophones dès que j’en avais la chance et, à l’extérieur du bureau, je parlais toujours français.

On pourrait dire que j’ai atteint un bel équilibre. Avoir l’occasion de parler deux langues régulièrement m’a donné une solide appréciation de la valeur du bilinguisme.

Un nouveau poste a rendu le bilinguisme encore plus précieux à mes yeux

En 2015, j’ai accepté un poste dans la Région de l’Atlantique et j’ai déménagé à Halifax, une ville où l’on parle surtout l’anglais.

Tandis que je me familiarisais avec mes nouvelles fonctions, j’ai vite constaté que beaucoup de mes collègues avaient un véritable intérêt pour la langue et la culture françaises, même s’ils étaient trop timides pour s’adresser à moi en français. S’ils ne parlaient pas couramment français, ce n’était pas faute de désir d’apprendre. Ce qu’il leur manquait, c’était des occasions de s’exercer. Mon équipe et moi avons décidé de remédier à la situation.

Nous avons commencé par organiser, tous les mercredis, une activité qui donnait aux employés la chance de parler français ou anglais entre eux. Ensuite, nous avons lancé diverses autres activités de promotion du bilinguisme. Par exemple, avec la Région du Québec, nous avons créé un programme de jumelage linguistique pour aider les gens à améliorer leur français ou leur anglais. Nous avons aussi proposé des ressources qui permettaient de perfectionner sa langue seconde au quotidien.

Ces activités de collaboration ont eu pour effet de stimuler l’enthousiasme pour l’apprentissage d’une langue seconde.

Devenir bilingue, c’est avant tout découvrir une nouvelle culture

En s’exerçant à parler français et anglais entre eux, mes collègues ont appris à connaître la culture associée à l’autre langue. Ils ont commencé à échanger des idées et des opinions et à discuter de leurs expériences. La richesse des échanges entre mes collègues, dans ce milieu principalement anglophone qu’est Halifax, m’a donné une nouvelle appréciation de ce qu’on gagne quand on comprend non seulement la langue, mais aussi la culture d’autrui. Pour moi, c’est une évidence : découvrir une autre culture nous ouvre les yeux sur de nouvelles façons de penser et d’agir. Et c’est là, à mon avis, que réside la vraie valeur du bilinguisme!

J’aimerais connaître votre opinion. Comment le fait de parler plus d’une langue a-t-il enrichi votre vie? Exprimez-vous dans les commentaires.

Traduit par : Marc-André Descôteaux, Portail linguistique du Canada

Javascript doit être activé pour que vous puissiez remplir ce formulaire.