8 mots français intraduisibles qui me manquent quand je parle anglais

Sur cette page

Publié le 
9 novembre 2020

Depuis la conquête de l’Angleterre par les Normands, en 1066, l’anglais et le français sont intimement liés par des siècles d’échanges de mots et un bassin commun de mots d’origine romane. Je suis une Canadienne anglophone, mais j’ai fréquenté l’école française dès la maternelle. J’ai rapidement découvert les similarités entre les deux langues et j’apprenais facilement mes leçons. Mais il y a toujours des mots français qui me manquent quand je parle anglais. Certains n’ont tout simplement pas d’équivalent! Je finis par les utiliser en français dans mes conversations anglaises. Est-ce que je me fais comprendre? Ça, c’est une autre question...

1. Si

« Si » est un petit mot porteur de tant de sens. En anglais, on le traduit généralement par if, so ou yes. Mais en français, « si » est un mot spécial parce qu’il veut dire à la fois « oui » et « non ». Il faut toutefois l’utiliser correctement et dans le bon contexte, car il sert à répondre par l’affirmative à une question ou une affirmation négative.

Exemple :
— Tu n’aurais pas fait la lessive?
— Si! J’ai déjà rangé les vêtements propres!

Enfant, quand j’ai appris ce mot, mon petit moi anglophone a été stupéfait par les possibilités qu’il apportait. Il faut croire que j’étais déjà fascinée par la linguistique, car je trouvais ça merveilleux! Puisque le français a tendance à formuler les questions à la forme négative, le mot « si » est indispensable. En anglais, on aime poser les questions à la forme affirmative, ce qui explique peut-être que cette langue n’ait pas de mot équivalent. Quand je parle anglais, je me trouve souvent prise au piège quand j’ai besoin d’un mot pour contredire une affirmation négative. Je finis alors par bredouiller un « si, si, si » aussi confus qu’inutile!

2. Chez

La préposition « chez » (en anglais seulement) se démarque de toutes les prépositions en ce qui concerne sa traduction en anglais. Elle se traduit couramment par at, for, among ou in. « Chez » renvoie habituellement à un lieu, à un domicile ou à un commerce, mais s’insère également dans plus d’une expression.

Exemple :
Je t'appellerai une fois que je serai chez moi. / I will call you once I get home.

La plupart du temps, « chez » signifie « à l’endroit qui appartient à ». On comprend bien, au nombre de mots qu’il faut pour expliquer cette simple préposition, qu’il n’existe pas un seul mot qui la traduise parfaitement en anglais!

3. Tartiner

« Tartiner » signifie « étaler quelque chose », généralement sur une tartine (un morceau de pain grillé). Vu la place qu’occupent le fromage et le pain dans la culture française, l’existence de ce curieux verbe n’est pas étonnante! J’aime tant dire « tartiner » – la sonorité du mot évoque presque sa signification! L’absence de ce mot en anglais ne m’empêchera pas de demander, dans la langue de Shakespeare : « pass the caramel au beurre salé so I can tartiner my toast »!

4. Bof

Le mot « bof » est aussi français que le vin, le haussement d’épaules et l’expression « n’importe quoi! ». Quand une affirmation les laisse indifférents ou leur déplaît, les francophones utilisent l’interjection « bof! ». Cette exclamation est difficile à traduire avec précision en anglais, car elle dénote tantôt le mécontentement, tantôt l’indifférence. Les mots anglais les plus proches seraient whatever! ou meh!, mais ils ne sonnent pas aussi bien à mes oreilles. Bof! Je vais continuer d’employer l’interjection française!

5. Voilà

« Voilà » est un autre de ces tout petits mots porteurs de tant de significations. Employé comme expression, il se traduit de multiples façons en anglais. Par exemple, il peut vouloir dire « here/there » et « this/that », mais il sert également à insister sur un élément, à simplement combler un silence ou à appuyer une affirmation. En français, « voilà » comprend tous ces sens. Formé à partir du verbe « voir » et de l’adverbe « là », il signifie littéralement « vois là ».

Exemple :
— T’as vu mon téléphone? / Have you seen my phone?
— Sur la table, le voilà! / It's on the table; here it is!

« Voilà » est un mot-cheville particulièrement utile que l’on peut notamment insérer à la fin d’une phrase comme un synonyme de l’expression « en effet ». C’est un mot tout simplement indispensable, voilà!

6. Bref

Le mot « bref », cousin de l’adverbe « brièvement », correspond approximativement à l’anglais brief et dénote une période courte. Dans la conversation, on utilise souvent « bref », « enfin bref » et « bon bref » pour combler un silence ou pour conclure une idée. Dans la langue parlée, « bref » pourrait se traduire par les expressions in a nutshell, to make a long story short, basically ou anyway, mais aucune de ces expressions anglaises n’a le punch de ce mot français. Bref, ce mot résume bien les choses et il me manque en anglais!

7. Flemme

J’espère que vous n’avez pas la flemme de continuer à lire mon billet! « Avoir la flemme » veut dire « être paresseux », mais aussi « ne pas avoir l’énergie ». On retrouve le plus souvent « la flemme » après le verbe « avoir »; l’expression « avoir la flemme » se traduit à peu près en anglais par I don’t feel like it (je n’en ai pas envie). Bien sûr, on peut dire en anglais qu’« on n’a pas le cœur à la fête ce soir », mais n’est-il pas plus amusant de dire que c’est « because you have la flemme »? Le nom « flemme » a donné naissance au verbe « flemmarder », mon mot préféré pour dire « paresser ».

8. Spleen

Je pense que j’ai gardé le meilleur pour la fin. Comme « flemme », « spleen » a été popularisé par la littérature française du 19e siècle. Il décrit un sentiment de mélancolie sans cause apparente. Le spleen et la flemme sont des notions voisines et les deux sont des états d’âme typiquement français qui n’ont pas d’équivalent anglais.

Voilà, bref, 8 mots qui me manquent quand je m’exprime en anglais. Et vous, y a-t-il des mots français qui vous manquent dans la langue anglaise?

Traduit par Marc-André Descôteaux, Portail linguistique du Canada

Avertissement

Les opinions exprimées dans les billets et dans les commentaires publiés sur le blogue Nos langues sont celles de leur auteur. Elles ne reflètent pas nécessairement celle du Portail linguistique du Canada.

À propos de l'auteur

Lauren Shapiro

Lauren Shapiro

Lauren Shapiro en est à sa troisième année d’études en traduction à l’Université d’Ottawa. Elle se spécialise dans les langues officielles du Canada, l’anglais et le français, et possède une connaissance pratique de l’espagnol. Grande voyageuse et passionnée de la langue, elle s’intéresse vivement à la linguistique et à la culture.

categories-bullets

Écrire un commentaire

Veuillez lire la section « Commentaires et échanges » dans la page Avis du gouvernement du Canada avant d’ajouter un commentaire. Le Portail linguistique du Canada examinera tous les commentaires avant de les publier. Nous nous réservons le droit de modifier, de refuser ou de supprimer toute question ou tout commentaire qui contreviendrait à ces lignes directrices sur les commentaires.

Lorsque vous soumettez un commentaire, vous renoncez définitivement à vos droits moraux, ce qui signifie que vous donnez au gouvernement du Canada la permission d’utiliser, de reproduire, de modifier et de diffuser votre commentaire gratuitement, en totalité ou en partie, de toute façon qu’il juge utile. Vous confirmez également que votre commentaire n’enfreint les droits d’aucune tierce partie (par exemple, que vous ne reproduisez pas sans autorisation du texte appartenant à un tiers).

Commentaires

Les commentaires sont affichés dans leur langue d’origine.

Lire les commentaires

Merci pour ce beau billet. Bref, je ne dirai plus : pour faire une histoire courte!

J’ajouterais « d’ailleurs », qui n’a pas vraiment de traduction en anglais et « avoir un coup de pompe » (ou « un coup de barre »). Depuis que mon mari (anglophone) connaît cette expression, il l’utilise régulièrement ! ;-)

Excellent article ! Merci.

Pour le « si », quand j’enseigne à des étudiants germanophones, il n’y a pas de problème, car ils ont le « doch », équivalent du « si ». Mais je reconnais qu’il est frustrant de ne pouvoir expliquer certains mots « intraduisibles » bien que cela fasse toute la richesse d’une langue. Pour des apprenants matures, ils comprennent les subtilités d’une langue, mais pour de jeunes apprenants qui pensent que chaque mot français équivaut à un mot dans leur propre langue, c’est plus délicat. D’où l’incroyable passion pour l’enseignement des langues ! C’est en fait toute une culture que l’on enseigne ! Merci Lauren.

Lauren,

Voilà —J’ai l’habitude de préciser l’emploi des termes ceci/cela, voici/voilà. Dans un discours, ceci et voici renvoient à ce qui suit et se rapproche ; cela et voilà, à ce qui précède et s’éloigne.

Flemme —J’aurais dit plutôt : J’espère que vous n’aurez pas la flemme et que vous continuerez à lire mon billet. Je crois qu’avoir la flemme dénote aussi une fatigue provenant de diverses causes (mauvaise nuit, pauvre alimentation, médicament quelconque) et dans ce sens se distingue de la mélancolie qu’évoque le spleen.

Merci de ce billet qui m’a beaucoup plu et sans lequel je ne me serais pas exprimé.

À mon avis, les expressions «Voyons!», « Voyons donc!» ou « Bien voyons!» et « Bien voyons donc!» n'ont pas non plus d'équivalent exact en anglais.

Merci beaucoup pour cet article!

J’aime aussi le mot « Coudonc! ».

Date de modification :