La Loi sur les langues officielles fête son 50e anniversaire : témoignages

Sur cette page

Publié le 
16 décembre 2019

Si aujourd’hui, à 50 ans, la Loi sur les langues officielles semble un peu vieillie, elle n’en était pas moins avant-gardiste à l’époque de sa création. En effet, les valeurs qu’elle prônait déjà en 1969, c’est-à-dire le respect, l’inclusion et l’égalité devant les tribunaux, sont ardemment défendues dans le Canada moderne.

Promulguée à l’origine pour protéger entre autres les droits des communautés linguistiques de langue officielle en situation minoritaire, la Loi soutient l’expression et la vitalité de toute la population canadienne. En plus de favoriser les échanges et la diplomatie, elle permet au Canada de façonner son identité collective. Il suffit d’assister aux célébrations de la fête du Canada, le 1er juillet, sur la Colline du Parlement à Ottawa, pour en prendre conscience. La Loi a été conçue pour permettre aux communautés francophone et anglophone de s’épanouir, mais elle permet finalement à tous les Canadiens d’origines culturelles les plus diverses de se retrouver. Les deux langues officielles sont devenues ce qui unit le Canada dans sa diversité culturelle. Elles sont devenues un pont entre les cultures : c’est ce qui les relie, ce qui les unifie.

Françoise

Cette loi, je l’aime. C’est grâce à elle que je suis venue au Canada juste avant l’an 2000, car je cherchais un pays où mes enfants pourraient aller à l’école en français. C’est aussi grâce à elle que j’ai trouvé mon premier emploi. C’est grâce à elle qu’aujourd’hui, dans la fonction publique fédérale, je peux travailler dans ma langue maternelle et utiliser ma seconde langue officielle tous les jours. Le bilinguisme institutionnel a eu des conséquences bénéfiques sur ma vie personnelle, m’a fait connaître des collègues et amis que je n’aurais pas eu la chance de rencontrer si j’étais restée dans mon univers unilingue. On dirait que mes enfants, eux, sont devenus bilingues sans effort, comme si ça allait de soi. C’est cette loi qui leur a permis de construire leur avenir et de se sentir chez eux dans ce pays où il fait bon vivre dans les deux langues.

Carole

Moi, j’ai grandi au Nouveau-Brunswick, au sein d’une communauté francophone acadienne. À l’école et en famille, on parlait le français (ou devrais-je plutôt dire le « chiac »!). Mais partout ailleurs, tout se passait en anglais. Chez le médecin, en anglais. Au resto, en anglais. Les sports, en anglais. Avec l’arrivée de la Loi sur les langues officielles et l’offre de services bilingues, le français a commencé à se faire entendre, petit à petit, dans le monde au-delà du « che-nous » (comme on dit en Acadie). Encouragés par la valorisation de leur langue via la Loi, les gens de ma communauté ont commencé à s’exprimer en français non seulement à la maison, mais également à l’épicerie, au théâtre, à l’aéroport, au hockey. Et, ce qu’il y avait de plus surprenant, c’est que la majorité des gens à qui on avait parlé en anglais pendant toutes ces années parlaient le français aussi! Voilà le pouvoir d’une loi : elle a permis à une communauté entière de retrouver sa voix au-delà du seuil de son foyer!

Robert

La Loi sur les langues officielles constitue un pas important dans la reconnaissance du français et de l’anglais partout au Canada.

Je me souviens de mes premiers voyages dans l’Ouest canadien au milieu des années 70. Il était à peu près impossible d’obtenir des services en français ou même de trouver un interlocuteur francophone dès qu’on dépassait Sudbury en Ontario, exception faite de Saint-Boniface en banlieue de Winnipeg, au Manitoba. Si on était chanceux, on pouvait converser en français avec un autre voyageur du Québec ou d’ailleurs.

Quelques années plus tard, début des années 80, j’ai refait à peu près le même trajet, et la situation avait beaucoup changé : plusieurs des personnes que je rencontrais étaient déjà bilingues ou souhaitaient le devenir, et les services pour les francophones s’étaient nettement améliorés. Dorénavant, quant à leur statut, les deux langues officielles étaient sur un pied d’égalité.

Vers la fin des années 80, 3e voyage dans l’Ouest, cette fois-ci pour travailler à la récolte des fruits durant l’été (eh oui!). Même si l’anglais prédominait dans la vallée de l’Okanagan, il y avait tellement de francophones que la région de Penticton, où je résidais, était devenue pratiquement bilingue!

Avouons que parfois, une loi peut contribuer à produire des résultats concrets.

Soyons fiers de cette loi et célébrons-la!

Avertissement

Les opinions exprimées dans les billets et les commentaires publiés sur le blogue Nos langues sont celles de leur auteur. Elles ne reflètent pas nécessairement celle du Portail linguistique du Canada.

À propos de l'auteur

Françoise Giboureau, Carole Melanson et Robert Beaumier

D’origine française, Françoise Giboureau est arrivée au Canada il y a 20 ans, avec mari et enfants, pour tout simplement découvrir le pays et y faire un séjour prolongé le temps que les enfants grandissent et finissent leur secondaire en français. Elle s’est finalement installée pour de bon et n’a plus l’intention de repartir vers aucun autre pays. Son domaine d’études et de prédilection, l’enseignement du français aux adultes, est un choix qui l’a conduite de l’autre côté de l’Atlantique et qu’elle ne regrette pas. Les langues officielles lui tiennent à cœur et elle se montre enthousiaste dès qu’on aborde le sujet. Françoise occupe aujourd’hui un poste de conseillère en apprentissage à l’École de la fonction publique du Canada.

Titulaire d'un baccalauréat en traduction de l'Université de Moncton et d'une maîtrise en administration des affaires de l'Université Laval, Carole Melanson a travaillé pendant 15 ans à Radio-Canada à Moncton, à Toronto et à Ottawa. Fonctionnaire depuis 2009, elle est d'abord passée par le Programme canadien pour l’épargne-études avant de se joindre à l'École de la fonction publique du Canada en 2019.

Robert Beaumier est spécialiste en apprentissage à l’École de la fonction publique du Canada, dans le domaine des langues officielles et de la formation linguistique. Détenteur d’une maîtrise en linguistique et d’un baccalauréat en études françaises, il s’intéresse à tout ce qui touche le langage et l’apprentissage des langues. Lecteur passionné, il est aussi amateur de mots croisés et s’adonne à la randonnée pédestre ou à vélo pour tenir la forme.

categories-bullets

Écrire un commentaire

Veuillez lire la section « Commentaires et échanges » dans la page Avis du gouvernement du Canada avant d’ajouter un commentaire. Le Portail linguistique du Canada examinera tous les commentaires avant de les publier. Nous nous réservons le droit de modifier, de refuser ou de supprimer toute question ou tout commentaire qui contreviendrait à ces lignes directrices sur les commentaires.

Lorsque vous soumettez un commentaire, vous renoncez définitivement à vos droits moraux, ce qui signifie que vous donnez au gouvernement du Canada la permission d’utiliser, de reproduire, de modifier et de diffuser votre commentaire gratuitement, en totalité ou en partie, de toute façon qu’il juge utile. Vous confirmez également que votre commentaire n’enfreint les droits d’aucune tierce partie (par exemple, que vous ne reproduisez pas sans autorisation du texte appartenant à un tiers).

Commentaires

Les commentaires sont affichés dans leur langue d’origine.

Lire les commentaires

Très bel article qui met en perspective les priorités d'aujourd'hui en faisant un lien avec les valeurs d'il y a 50 ans, toujours actuelles. Merci pour ce rappel historique, bien écrit et enrichissant.

Très beaux témoignages! Ça présente bien trois façons différentes d'être francophone au Canada. Que de chemin parcouru depuis 50 ans!

Bravo pour ce billet de blogue! Trois témoignages inspirants qui soulignent trois valeurs importantes, et ce, au-delà de la langue : le respect, l’inclusion et l’égalité. Merci Françoise, Carole et Robert pour ce texte!

C'est vrai qu'il y a de quoi l'aimer cette loi!

Date de modification :