Le coin du grammairien : spécial expressions

Sur cette page

Publié le : 
18 novembre 2019
Rédigé par : Journal Le Franco

Le journal Le Franco est l’unique journal de langue française en Alberta. Il publie une rubrique intitulée « Le coin du grammairien » qui se propose de démêler les mystères de la langue française, à travers des exemples ludiques et accessibles, pour le grand plaisir de ses lecteurs et pour tous les niveaux.

Nous publions ici un troisième condensé des textes de cette rubrique, axé cette fois sur des expressions souvent maltraitées. Voyons si vous les connaissez toutes!


Le pléonasme sous toutes ses formes

S’avérer vrai, monter en haut, au jour d’aujourd’hui… Voici une courte liste des pires pléonasmes à bannir de votre vocabulaire!

Cette information s’est avérée fausse.

« Avéré » signifie « confirmé », on ne peut donc pas dire le contraire juste après! On dira : « Cette information n’est pas avérée » ou « Cette information s’est révélée fausse ».

au jour d’aujourd’hui

Non! Aujourd’hui signifie déjà « en ce jour ». Préférez une expression comme de nos jours, à notre époque ou simplement aujourd’hui…

Je monte en haut, je descends en bas

Sans commentaire…

J’ai prédit ce résultat à l’avance.

Forcément! Puisque prédire signifie déjà « annoncer à l’avance »…

comme par exemple

C’est l’un ou l’autre, car ils veulent dire la même chose!

etc

Oubliez les points de suspension! La locution latine signifie déjà « et les autres choses ». On écrit simplement etc. avec un point.

Six anglicismes à éradiquer

Voici une liste de six anglicismes à éradiquer au plus vite!

Un challenge

Le mot défi est là, esseulé, et ne demande qu’à être employé!

Un manager

Pourquoi ne pas utiliser les termes gestionnaire, chef, responsable?

Un meeting

Et une réunion? Ou un rendez-vous professionnel?

Une application

Dites plutôt candidature ou demande d’emploi.

Un process

Le mot processus ne compte que deux petites lettres de plus… Allez, un petit effort!

Revenir vers ou à quelqu’un (comme dans : « Je reviens vers vous à ce sujet » et « Je vous reviens là-dessus »)

Cette expression est un calque de l’anglais to get back to someone. On pourra y préférer répondre à quelqu’un ou donner une réponse à quelqu’un, tout simplement.


Des vœux sans faute

Voyons comment ne pas commettre d’impair au moment de formuler des vœux.

On ne souhaite pas des vœux

  • Je vous présente/adresse/offre mes meilleurs vœux.
  • Je vous souhaite le meilleur.

Un vœu est déjà un souhait! C’est donc un pléonasme de « souhaiter des vœux ».

Pas de « e » final

Santé, prospérité et gaieté pour 2020!

Évidemment, ces noms féminins s’écrivent sans « e » final, à la différence d’« année ».

Les majuscules…

  • Nous avons fêté le Nouvel An à Calgary.
  • Le Premier de l’an a été grandiose!
  • Le jour de l’An était extraordinaire à Edmonton.

Plusieurs graphies sont acceptées, mais celles-ci sont les plus correctes.

Les vôtres

Bonheur, santé et paix pour vous et les vôtres!

Ne confondez pas les adjectifs possessifs (ma, notre) et les pronoms possessifs (les miennes, les nôtres).


Des fautes à éviter dans vos courriels

Je vous envoi/envois/envoit

Je vous envoie par courriel notre rapport annuel.

Le verbe envoyer est un verbe du 1er groupe et prend donc un « e » à la 1re personne du singulier.

Ci-joint/ci-joints/ci-jointes

  • Veuillez consulter la lettre ci-jointe.
  • Veuillez trouver ci-joint notre lettre.

Quand « ci-joint » est placé devant le nom, il n’y a pas d’accord. Après, l’accord se fait.

Une date butoire/butoirs

Ma date butoir pour le projet approche.

Pas de « e » final, ni de « s ».

Recommendations

Voici les recommandations du conseil d’administration.

Avec un « e », ce serait de l’anglais!

Comme convenue/convenus

Comme convenu, je vous envoie mon rapport.

C’est une formule invariable. Elle ne prend donc jamais de « e » ni de « s ».


Y a-t-il des fautes, parmi celles-ci, que vous commettiez sans le savoir? Y en a-t-il d’autres auxquelles vous avez pensé en lisant ce billet? Dites-le-nous dans les commentaires!

Si vous avez aimé ce billet, vous aimerez sans doute aussi le premier, qui portait sur des pièges de la conjugaison, et le deuxième, qui traitait des homophones.

Avertissement

Les opinions exprimées dans les billets et les commentaires publiés sur le blogue Nos langues sont celles de leur auteur. Elles ne reflètent pas nécessairement celle du Portail linguistique du Canada.

À propos de l'auteur

Journal Le Franco

Le journal Le Franco, c’est l'Alberta en version française. Fondé en 1928, il est le seul journal francophone de la province. Disponible en version papier et Web, il offre un contenu varié chaque semaine.

categories-bullets

Écrire un commentaire

Veuillez lire la section « Commentaires et échanges » dans la page Avis du gouvernement du Canada avant d’ajouter un commentaire. Le Portail linguistique du Canada examinera tous les commentaires avant de les publier. Nous nous réservons le droit de modifier, de refuser ou de supprimer toute question ou tout commentaire qui contreviendrait à ces lignes directrices sur les commentaires.

Lorsque vous soumettez un commentaire, vous renoncez définitivement à vos droits moraux, ce qui signifie que vous donnez au gouvernement du Canada la permission d’utiliser, de reproduire, de modifier et de diffuser votre commentaire gratuitement, en totalité ou en partie, de toute façon qu’il juge utile. Vous confirmez également que votre commentaire n’enfreint les droits d’aucune tierce partie (par exemple, que vous ne reproduisez pas sans autorisation du texte appartenant à un tiers).

Commentaires

Les commentaires sont affichés dans leur langue d’origine.

Lire les commentaires

Ce sont là des petites fautes que l’on peut faire sans trop s’en rendre compte.

Vos articles sont toujours justes et intéressants, bravo!

Je me demande cependant s’il ne serait pas plus efficace d’utiliser les caractères gras pour mettre en évidence les bonnes « réponses » et non les mauvaises. Mon oeil est naturellement attiré par ce qui est plus évident, c’est ce que je risque de retenir le plus facilement... pour mon plus grand malheur!

Bonjour!

Nous avons utilisé les caractères gras dans cet article pour montrer les bonnes réponses dans le texte.

Malheureusement, les titres et sous-titres, qui contiennent des formes erronées, sont eux aussi en gras, ce qui complique en effet les choses. Hélas, nous sommes contraints de les présenter ainsi par un ensemble de normes assez strictes.

Si nous pouvons vous éclairer sur quoi que ce soit, n'hésitez pas à nous le demander. Merci de nous avoir écrit!

Il est bon de voir la confirmation pour ces erreurs ou bizarreries qui se trouvent constamment dans les écrits ou des passages radiophoniques ou télévisés, car on remet en question : la langue a-t-elle évolué au point d'accepter certains termes? Voici d'autres anglicismes que j'entends souvent :

1. « actuellement »
En français, ce terme signifie « présentement, maintenant », par ex. « Actuellement, il pleut ».
Ce terme est un faux ami de l'anglais « actually » qui se traduit en français par « en fait » ou « réellement ».

2. « cédule », « céduler »
C'est un faux ami de l'anglais « schedule ». Loin de ce sens, une cédule signifie la reconnaissance d'une dette ou d'un engagement. En français, il
faut dire « un horaire ». Par conséquent, on dira « faire un horaire ».

Merci de ce rappel.

Maintenant, j'aimerais que vous parliez des traits d'union, des virgules, etc.

Par exemple : « profite-bien de ta journée », est-ce sans faute?

Très intéressant. À répéter.

Date de modification :