Encourager un bilinguisme réel et vivant

Sur cette page

Publié le : 
9 septembre 2019
Rédigé par : Jean-Pierre Blais
, sous-ministre adjoint, Direction générale du receveur général et des pensions
« Dans les grandes choses, avant l’effort qui réussit, il y a presque toujours des efforts qui passent inaperçus. » (Laure Conan, auteure canadienne)

Le bilinguisme est un atout majeur, voire essentiel, pour progresser dans sa carrière au sein de la fonction publique. Certains d’entre vous ont pu suivre une formation. Vous y mettez beaucoup d’efforts, puis vous retournez à votre routine professionnelle. Quelques mois s’écoulent, les occasions d’utiliser votre langue seconde au quotidien sont moins nombreuses et, tranquillement, les notions apprises sont oubliées. J’ai souvent vu ce scénario se répéter... Comment rentabiliser les efforts déployés à apprendre une langue seconde pour la maintenir active et florissante? C’est une question que je me suis posée tout au long de ma carrière, et à laquelle je vous propose quelques pistes de solution.

Jeunes apprenants

Je connais bien les réalités linguistiques majoritaire et minoritaire des francophones du Canada, puisque j’y ai fait de nombreux allers-retours au fil des déménagements et des promotions obtenues. Je suis né à Shawinigan, Québec, et j’ai passé ma petite enfance en français à Montréal, puis ma famille a déménagé à Toronto. Je ne parlais pas encore anglais et être un francophone hors Québec en 1970, c’était très difficile, surtout dans la cour d’école. En classe, j’excellais en mathématiques, ce qui a masqué pendant plusieurs semaines mon unilinguisme. Ce n’était évidemment pas une solution à long terme! Heureusement, j’ai trouvé le meilleur lieu pour permettre à un jeune homme comme moi d’apprendre : le terrain de sport. Ce n’est pas étonnant que tant de professionnels de l’apprentissage des langues recommandent aux apprenants de trouver une activité ou un loisir pour apprendre dans un milieu amusant.

Apprenants adultes

En revanche, apprendre une langue seconde à l’âge adulte est un défi tout autre, qu’on soit fonctionnaire ou non. J’ai travaillé de nombreuses années dans des communautés de langue officielle en situation minoritaire dans le domaine du droit et de la gestion, qui sont des milieux où l’anglais s’impose souvent dans les communications. Plus tard, lorsque j’ai occupé le rôle de champion des langues officielles, j’ai pu constater le même déséquilibre pour ce qui est des occasions de pratiquer une langue seconde. L’entourage des apprenants a un rôle à jouer dans le maintien des apprentissages de leurs collègues. J’ai constaté que les francophones parviennent plus facilement que les anglophones à pratiquer leur langue seconde dans la fonction publique, car souvent, les équipes choisissent de communiquer en anglais dès qu’un participant parle l’anglais. Mais travailler dans ce contexte ne permet pas aux anglophones de pratiquer l’écoute active et la prononciation en français si leur entourage ne leur en offre pas l’occasion. C’est notre devoir, en tant que francophones, de créer des environnements accueillants et positifs pour les apprenants du français comme deuxième langue.

Qui plus est, nous sommes tous encouragés à tenir des réunions réellement bilingues, comme décrites dans le guide Pratiques efficaces régissant la présidence des réunions bilingues et l’outil Réunions bilingues : passons à l’action! du Commissariat aux langues officielles. Je vous entends déjà me dire que les réunions en sont rallongées et qu’il peut être redondant pour les personnes bilingues d’entendre répéter les instructions… Mais c’est justement ça, le défi à surmonter pour offrir aux employés une chance équitable de perfectionner leur langue seconde. Combien de fois ai-je vu les francophones s’exprimer en anglais aux réunions du comité de gestion! Et pourtant, on devrait voir – et entendre – les membres du plus haut niveau de notre organisation donner l’exemple.

Pour incorporer un aspect ludique à l’apprentissage, plusieurs organismes tiennent des activités de jeux et discussions dans la langue seconde, certains organisent des « mardis en anglais / jeudis en français » et d’autres mettent en place des systèmes de jumelage linguistique. Il y a bien des façons de valoriser l’apprentissage et le maintien du bilinguisme dans nos milieux de travail. Les apprenants ont aussi l’obligation de maintenir leur deuxième langue; pour ce faire, ils peuvent recourir aux moyens pratiques qu’offrent les médias traditionnels et numériques, comme écouter la radio, la télévision ou des baladodiffusions, regarder des films et des pièces de théâtre, lire des sites Web.

Nous devrions tous augmenter nos efforts pour aider nos collègues à conserver leur apprentissage. Les personnes habiles dans les deux langues ont le devoir de soutenir au quotidien les gens qui n’ont pas eu la chance d’apprendre les deux langues officielles dans leur enfance. Après tout, c’est en encourageant le bilinguisme réel et vivant au quotidien que nous pourrons solidifier les apprentissages et ainsi hausser le niveau de bilinguisme de nos équipes. L’effort passera peut-être inaperçu, mais il sera la fondation de grandes réussites.

Avertissement

Les opinions exprimées dans les billets et les commentaires publiés sur le blogue Nos langues sont celles de leur auteur. Elles ne reflètent pas nécessairement celle du Portail linguistique du Canada.

À propos de l'auteur

Jean-Pierre Blais

Jean-Pierre Blais est titulaire d'une maîtrise en droit de l'Université de Melbourne (Australie), ainsi que d'un baccalauréat en droit civil et d'un baccalauréat en common law de l'Université McGill.

Au cours de son brillant parcours au gouvernement du Canada, il a occupé plusieurs postes de haut niveau. Il a notamment été président et premier dirigeant du Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes, et sous-ministre adjoint des Affaires culturelles à Patrimoine canadien.

Il est aujourd’hui sous-ministre adjoint de la Direction générale du receveur général et des pensions.

categories-bullets

Écrire un commentaire

Veuillez lire la section « Commentaires et échanges » dans la page Avis du gouvernement du Canada avant d’ajouter un commentaire. Le Portail linguistique du Canada examinera tous les commentaires avant de les publier. Nous nous réservons le droit de modifier, de refuser ou de supprimer toute question ou tout commentaire qui contreviendrait à ces lignes directrices sur les commentaires.

Lorsque vous soumettez un commentaire, vous renoncez définitivement à vos droits moraux, ce qui signifie que vous donnez au gouvernement du Canada la permission d’utiliser, de reproduire, de modifier et de diffuser votre commentaire gratuitement, en totalité ou en partie, de toute façon qu’il juge utile. Vous confirmez également que votre commentaire n’enfreint les droits d’aucune tierce partie (par exemple, que vous ne reproduisez pas sans autorisation du texte appartenant à un tiers).

Commentaires

Les commentaires sont affichés dans leur langue d’origine.

Lire les commentaires

Je suis entièrement d'accord avec vous, Monsieur le Sous-Ministre adjoint. Vos solutions pour la promotion du bilinguisme dans le paysage administratif sont très nécessaires, l'anglais étant plus ou moins facile à apprendre pour les francophones. Quant à la langue française, elle n'est pas facile pour les anglophones...

En définitive chacun doit faire des efforts pour pour mieux s'imprégner de ces deux langues officielles.

Vous avez raison, le bilinguisme n'est pas facile et, souvent, les francophones ont beaucoup plus de chances de pratiquer l'anglais que l'inverse.

Quand j'habitais la grande région de Montréal et que j'y travaillais, nous avions souvent des conversations « bilingues » ou « franglaises ». Les gens pouvaient également répondre dans la langue de leur choix (anglais ou français) à leur interlocuteur, même si ce dernier parlait la seconde langue. Un jour, peut-être, pourrons-nous arriver à ce bilinguisme d'un océan à l'autre au Canada.

Je cherche encore activement mes mots lorsqu'il vient le temps de m'exprimer en anglais parce que mon vocabulaire français est tellement plus riche de mots, de sens, que je ne trouve pas les mots spécifiques ou le sens exact que j'ai en tête. J'aimerais vraiment avoir plus l'opportunité, également, de partager mes connaissances de ma langue maternelle avec mes collègues et mon environnement (j'habite et je travaille dans un milieu unilingue anglophone); les autres désirent vraiment apprendre. Il faut savoir persévérer.

Mes enfants ont déjà la chance de parler les deux langues couramment. Peut-être que nos jeunes auront vraiment la chance d'être bilingue à temps complet dans un futur plus proche qu'on ne le pense!

Date de modification :