Contenu de la page principale

sigles et acronymes (règles de formation)

Sur cette page

On distingue trois grandes catégories d’abréviations :

  • Les abréviations proprement dites;
  • Les sigles et les acronymes;
  • Les symboles.

Cet article porte sur les sigles et les acronymes. Les deux autres catégories sont traitées séparément.

Règles générales

L’usage des points abréviatifs, des majuscules et des accents dans les sigles ne fait pas l’unanimité dans les ouvrages. Par souci de simplification, nous recommandons d’appliquer les règles suivantes :

  • Les sigles s’écrivent sans points abréviatifs :
    • OTAN (Organisation du Traité de l’Atlantique Nord) plutôt que O majuscule point T majuscule point A majuscule point N majuscule pointO.T.A.N.
  • Ils ne sont formés que de majuscules :
    • U N E S C O en lettres majusculesUNESCO plutôt que U majuscule et N E S C O en minusculesUnesco
  • Ils ne prennent pas d’accent :
    • REER (Régime enregistré d’épargne-retraite) plutôt que RÉER
    • UQAM (Université du Québec à Montréal) plutôt que UQÀM, qui est le logo de l’entreprise

    Il faut toutefois faire la distinction entre les majuscules dans les sigles et les majuscules faisant partie d’abréviations qui, elles, conservent les accents et autres signes orthographiques :

    • É.-U. (États-Unis)
    • Î.-P.-É. (Île-du-Prince-Édouard)
  • Ils se prononcent selon les règles de la phonétique française :
    • A L E N A en majusculesALENA : se prononce « aléna »
    • R E E R en majusculesREER : se prononce « réèr »
    • R E A en majusculesREA : se prononce « réa »

Remarque : Cette recommandation ne vise pas les sigles qui sont devenus des noms communs, tels que cégep, laser, ovni, radar, sida, etc. Ceux-ci se plient aux règles de l’accentuation française et peuvent servir à former des mots nouveaux : p. ex. cégépien, sidéen.

Les sigles peuvent désigner tant un nom commun qu’un nom propre. C’est pour cette raison que certains sigles officiels, comme adav (avion à décollage et atterrissage verticaux), commencent par une minuscule.

Il faut respecter la graphie officielle des sigles, même si elle n’est pas conforme aux règles énoncées ci-dessus. Par exemple, un sigle qui aurait été officialisé avec un accent sur une lettre majuscule conserve l’accent.

Quant aux points abréviatifs (comme dans H majuscule point L majuscule point M majuscule pointH.L.M.), ils tendent à disparaître dans l’usage moderne. 

Pluriel

Les sigles, qu’ils soient d’origine française ou étrangère, restent invariables tant qu’ils ne sont pas clairement lexicalisés, c’est-à-dire entrés dans la langue courante en tant que nom commun (voir ci-dessous). Voici des exemples de sigles non lexicalisés :

  • On ne parle plus guère des I C B M en majusculesICBM (intercontinental ballistic missiles).
  • Les A S B L en majusculesASBL sont des associations sans but lucratif.

Noms communs (sigles lexicalisés)

Les sigles peuvent devenir des noms communs ordinaires (cégep, radar, ovni, sida, bédé), lesquels peuvent servir à former des mots nouveaux (cégépien, sidéen, bédéiste). On parle alors de lexicalisation ou de sigles ou acronymes lexicalisés. Ils s’écrivent avec des minuscules et suivent les règles d’accentuation et d’accord en genre et en nombre qui s’appliquent à tous les autres noms communs :

  • les cégeps
  • les lasers
  • les radars

Article

Avec l’article

En français, contrairement à l’usage anglais, les sigles sont généralement précédés de l’article. On doit utiliser le même article que pour l’appellation au long.

Sans l’article

On ne met généralement pas d’article devant les sigles dont l’appellation au long :

  • n’a pas de nom central unique qui décrit le type d’appellation :
    • Les ouvrages de BANQ ont été commandés. (et non : de la Bibliothèque et Archives nationales du Québec)
  • est composée d’une suite de mots non liés par des articles ou des prépositions :
    • RBC (RBC Banque Royale) lance un nouveau programme d’épargne.
    • Les équipes de MSF (Médecins Sans Frontières) sont débordées.
  • Lorsque l’appellation au long se termine par Canada, Québec ou un autre nom de lieu, l’acronyme n’est pas précédé de la préposition du :
    • ACC (ACC = Anciens Combattants Canada) s’est servi de nouveaux outils médiatiques pour diffuser de l’information.

      Remarque : On aurait mis un article si le mot Canada avait été précédé de la préposition du : les Anciens Combattants du Canada.

    • Un employé d’Hydro-Québec s’est blessé ce matin.
    • Un étudiant de H E C en majusculesHEC Montréal se démarque de ses collègues.

      Remarque : Cependant, il faut écrire : Un étudiant des HEC s’est démarqué lors du rassemblement interuniversitaire (HEC = Hautes Études commerciales).

Il existe des flottements dans l’usage, et il peut être préférable de se conformer à l’usage trouvé sur le site Web de l’organisation. Il faut toujours assurer l’uniformité à l’intérieur d’un même texte.

Préposition

Quand le sigle est précédé d’un article, on utilise les prépositions au, aux, de la, du ou des :

  • les politiques du FBI, de l’ISO, de la CIBC, des PME

Quand le sigle n’est pas précédé d’un article, il faut utiliser les prépositions à et de :

  • les politiques de CIC (et non : de la CIC/du CIC)

Genre et accord

Sigle précédé de l’article

Le sigle prend le genre du nom central de l’appellation complète. Ce nom central décrit souvent le type d’organisation (banque, direction, bureau, société, etc.).

Le verbe ou l’adjectif qui suit le sigle s’accorde en genre et en nombre avec le nom central :

  • Le CLSC (centre local de services communautaires) offre d’excellents services.
  • Les PME (petites et moyennes entreprises) québécoises jouissent d’une excellente réputation.
  • Cet HLM/cette HLM (habitation à loyer modique) est disponible.

    Remarque : Les deux genres sont corrects pour ce sigle. Il est le plus souvent employé au masculin au Canada, par élision du mot logement dans l’expression logement HLM.

Il arrive parfois que le sigle prenne le genre d’un nom sous-entendu ou implicite :

  • la GM du Canada pour « General Motors du Canada » (nom sous‑entendu : société, féminin, singulier)
  • la TD pour « Toronto Dominion », ou « Groupe financier Banque TD » (nom sous-entendu : banque, féminin, singulier)

Les sigles français prennent normalement le genre du premier nom énoncé :

  • la SOFIRAD = la Société financière de radiodiffusion
  • le PNB = le produit national brut

Sigle non précédé de l’article

Quand le sigle n’est pas précédé de l’article, le verbe ou l’adjectif qui suit se met au masculin singulier, un genre neutre :

  • BMO (BMO Banque de Montréal ou BMO Groupe financier) s’est démarqué des autres cette année.

Trait d’union

Le trait d’union subsiste dans les abréviations, mais dans le cas des sigles désignant des organismes, l’usage est de ne pas en mettre :

  • OTAN (Organisation du Traité de l’Atlantique Nord)
  • AFP (Agence France-Presse)

Sigles étrangers

Traduction

Certains organismes, étrangers ou internationaux, n’ont pas de sigle français officiel. Dans ce cas, il est préférable de ne pas en créer. Ainsi, on conserve :

  • ISO pour désigner International Organization for Standardization (Organisation internationale de normalisation)
  • UNESCO pour désigner United Nations Educational, Scientific and Cultural Organization (Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture)

Cependant, on utilise :

  • OIPC (Organisation internationale de protection civile) pour traduire International Civil Defence Organization)
  • OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques) pour traduire OECD (Organization for Economic Cooperation and Development)
  • OACI (Organisation de l’aviation civile internationale) pour traduire ICAO (International Civil Aviation Organization)

Au Canada, cette mesure de prudence (se garder de traduire les sigles n’ayant pas d’équivalent français officiel) devrait s’étendre aux sigles des institutions et des organismes privés ou relevant d’un gouvernement provincial dont la langue officielle est l’anglais. Le même raisonnement devrait aussi s’appliquer en sens inverse aux institutions ou organismes francophones, notamment québécois, dont le sigle officiel ne devrait pas faire l’objet d’une traduction improvisée en anglais. On peut cependant donner entre parenthèses une traduction non officielle de l’appellation complète.

Genre et accord

Pour déterminer le genre d’un sigle étranger, on traduit vers le français le nom central de l’appellation étrangère :
Il en va autrement des sigles empruntés tels quels à une autre langue et, plus particulièrement, à l’anglais. Dans ce cas, on attribue au sigle le genre qu’aurait l’équivalent français du nom de l’entité :

  • la BBC pour « British Broadcasting Corporation » (Corporation = société, féminin, singulier)
  • le FBI pour « Federal Bureau of Investigation » (Bureau = bureau, masculin, singulier)

Le verbe ou l’adjectif qui suit le sigle s’accorde en genre et en nombre avec le nom central :

  • l’IRI (Istituto per la Ricostruzione Industriale) s’est classé au cinquième rang du palmarès. (Istituto = institut, masculin, singulier)

Prononciation

C’est souvent l’usage qui décide de la prononciation à adopter. Ainsi, on prononce F B I majusculesFBI à l’anglaise « Ef-bi-aïe » plutôt qu’à la française (« Ef-bé-i »).

Présentation du sigle dans un texte

Dans un texte, il est préférable d’employer une appellation au long plutôt que son sigle, surtout dans les communications officielles. Si l’on veut abréger l’appellation, il est souvent préférable d’employer une forme courte (le Bureau, l’Agence, etc.) plutôt que le sigle. Cependant, l’emploi du sigle est accepté et de plus en plus répandu.

La première fois qu’on mentionne un sigle dans un texte, il faut d’abord écrire l’appellation tout au long et la faire suivre du sigle entre parenthèses. Par la suite, on doit assurer l’uniformité et employer le sigle tout au long du texte au lieu d’alterner entre l’appellation complète et le sigle, ou même la forme abrégée. Si l’on utilise de multiples sigles, il est conseillé de dresser la liste des sigles et de leur signification au début du texte.

  • La Commission de la santé et de la sécurité au travail (CSST) favorise un retour prompt et durable en emploi des travailleurs accidentés ou victimes de lésions professionnelles. Pour continuer de mener à bien sa mission, la CSST a établi cinq priorités.

Expressions redondantes

On trouve dans l’usage un grand nombre d’expressions redondantes composées d’un nom suivi d’un sigle. Puisque le nom fait déjà partie de l’appellation complète du sigle, cette répétition est à éviter. On doit écrire :

  • le VIH (virus de l’immunodéficience humaine) plutôt que le virus VIH qui fait au long « virus du virus de l’immunodéficience humaine »
  • le SRAS (syndrome respiratoire aigu sévère) plutôt que le syndrome du SRAS ou le syndrome SRAS

Cependant, il y a certaines expressions redondantes attestées et d’autres très fréquentes dans l’usage qu’on ne saurait condamner, par exemple :

  • le format PDF (format de document portable)
  • le protocole IP (protocole Internet)
  • un écran ACL (affichage à cristaux liquides)

Titres de lois

Le sigle d’un titre de loi s’écrit en caractères romains :

  • La Loi sur la gestion des finances publiques (LGFP) prévoit que le gouverneur en conseil peut autoriser le ministre à conclure des contrats.

Renseignements complémentaires

Pour plus de renseignements au sujet des abréviations, voir abréviation/sigle/acronyme (définitions), abréviations (règles de formation) et accent (sur la majuscule).

Rechercher par thèmes connexes

Vous voulez en apprendre davantage sur un thème abordé dans cette page? Cliquez sur un lien ci-dessous pour voir toutes les pages du Portail linguistique du Canada portant sur le thème choisi. Les résultats de recherche s’afficheront dans le Navigateur linguistique.

Date de modification :