étonner (s’)

Le verbe s’étonner peut très bien être suivi d’un si, pourvu que l’on nie l’étonnement ou que celui-ci soit à venir :

  • Faut-il s’étonner s’il n’a pu venir?
  • Il ne faut pas s’étonner s’il est parti.

Dans les phrases de ce genre, la construction si + indicatif se rencontre moins souvent, aujourd’hui, que le tour que + subjonctif :

  • Je ne m’étonne pas qu’il n’ait pu venir.
  • Ne vous étonnez pas que votre chemise ne vous fasse plus, vous avez pris dix kilos!

Rechercher par thèmes connexes

Vous voulez en apprendre davantage sur un thème abordé dans cette page? Cliquez sur un lien ci-dessous pour voir toutes les pages du Portail linguistique du Canada portant sur le thème choisi. Les résultats de recherche s’afficheront dans le Navigateur linguistique.

Date de modification :