comme pour

Il est correct de faire suivre comme de la préposition pour.

À l’idée de comparaison peut s’ajouter l’idée de but, de temps ou de condition, d’où les constructions comme pour, comme lorsque, comme si :

  • Elle faisait des signes comme pour nous appeler.
  • Jean a des papillons dans l’estomac, comme lorsqu’il va chez le dentiste.
  • Il ajouta, comme s’il voulait se justifier…

Rechercher par thèmes connexes

Vous voulez en apprendre davantage sur un thème abordé dans cette page? Cliquez sur un lien ci-dessous pour voir toutes les pages du Portail linguistique du Canada portant sur le thème choisi. Les résultats de recherche s’afficheront dans le Navigateur linguistique.

Date de modification :