Sens des mots en « –onyme » : l’origine des mots à la rescousse

Sur cette page

Date de publication : 
18 septembre 2017
Rédigé par : Natalie Ballard , Portail linguistique du Canada

Je suis une amoureuse des mots. Une vraie passionnée! Comme tous les amoureux de la langue, je me plais à croire que j’en sais beaucoup sur le sujet. Mais j’avoue qu’un certain groupe de mots me donne encore du fil à retordre : les mots qui se terminent par « –onyme », comme « homonyme ».

Apprendre l’origine de certains mots en « –onyme » m’a aidé à me souvenir de leur signification. Et je me suis dit que si une passionnée de la langue comme moi a encore du mal à décoder ces mots, ça pourrait aussi être le cas pour certains d’entre vous.

Voici donc quelques explications pour aider à démêler tous ces mots.

Commençons par le commencement.

 

Synonymes et antonymes

Un synonyme est un mot qui a le même sens qu’un autre (ou un sens très proche). Par exemple, « camarade », « copain » et « pote » sont tous des synonymes d’« ami ».

Un antonyme est un mot dont le sens s’oppose à celui d’un autre. Par exemple, « ennemi » et « rival » sont des antonymes d’« ami ».

Facile, vous dites? Il suffit de se rappeler que « syn– » signifie « ensemble, avec » en grec, tandis qu’« anti– » veut dire « opposé, contre ».

Jetons maintenant un coup d'œil à certains mots plus complexes.

Homonymes

(C’est là que j’ai du mal à m’y retrouver.)

Les homonymes sont des mots qui ont des sens différents, bien qu’ils aient une orthographe ou une prononciation semblable. Il en existe deux types :

  • Les homophones (homonymes qui se prononcent de la même façon, mais dont l’orthographe est différente, comme « sans », « sang » et « cent » ou encore « ton », « taon » et « thon »)
  • Les homographes (homonymes qui s’écrivent de la même façon)

Ici, les choses se compliquent encore un peu, car les homographes se divisent en deux groupes selon la façon dont ils se prononcent. Certains d’entre eux se prononcent de la même façon, comme « vers » (« ver » au pluriel), « vers » (en direction de) et « vers » (unité rythmique en poésie).

Par contre, certains autres se prononcent de manière différente, comme « fils » (donner naissance à un fils) et « fils » (tirer les fils d’un tissu).

Vous voyez pourquoi je trouve ça un peu compliqué?

Pour démêler tout ça, je garde en tête que le mot « homophone » vient du grec « homos » et « phônê », qui signifient « semblable, le même » et « voix, son ». Alors, « homo » suivi de « phone » veut dire « même son ».

La racine « –graphe », quant à elle, signifie « écrire », alors « homo » suivi de « graphe » veut dire « même écriture ».

J’espère avoir réussi à éclairer vos lanternes!

Pour plus de renseignements sur le sujet, jetez un coup d’œil à l’article homonyme/homographe/homophone du Portail linguistique du Canada.

Quels autres mots se terminant par « –onyme » vous embêtent? Dites-le-nous dans la section des commentaires. Et si vous avez des conseils ou des trucs pour vous souvenir de leur sens, faites-nous-en part!

Traduit par : Safia Lasfar, Portail linguistique du Canada

Avertissement

Les opinions exprimées dans les billets et les commentaires publiés sur le blogue Nos langues sont celles des auteurs et ne reflètent pas nécessairement celles du Portail linguistique du Canada.

Catégories

À propos de l'auteur

Natalie Ballard

Natalie était traductrice depuis cinq ans au Bureau de la traduction quand elle s’est vue offrir une affectation à titre de langagière-analyste au Portail linguistique du Canada en 2015. Elle se décrit elle-même comme une passionnée des langues qui aime partager son amour et sa connaissance des mots.

Ajouter un commentaire

Participez à la discussion et faites-nous part de vos commentaires!

Veuillez lire les Normes relatives à la formulation de commentaires du gouvernement du Canada avant d’ajouter un commentaire. Le Portail linguistique du Canada examinera tous les commentaires avant de les publier. Nous nous réservons le droit de modifier, de refuser ou de supprimer toute question ou tout commentaire qui contreviendrait aux Normes relatives à la formulation de commentaires du gouvernement du Canada.

Lorsque vous soumettez un commentaire, vous renoncez définitivement à vos droits moraux, ce qui signifie que vous donnez au gouvernement du Canada la permission d’utiliser, de reproduire, de modifier et de diffuser votre commentaire gratuitement, en totalité ou en partie, de toute façon qu’il juge utile. Vous confirmez également que votre commentaire n’enfreint les droits d’aucune tierce partie (par exemple, que vous ne reproduisez pas sans autorisation du texte appartenant à un tiers).

Javascript doit être activé pour que vous puissiez remplir ce formulaire.

Commentaires

Il n’y a aucun commentaire pour l’instant.

Date de modification :