bien-jugé / mal-jugé

Warning

This content is available in French only.

Dans bien-jugé et mal-jugé employés substantivement, bien et mal étant adverbes préfixes sont suivis d’un trait d’union.

Au pluriel : des bien-jugés, des mal-jugés.

Le bien-jugé se dit du caractère d’une décision rendue en conformité avec le droit : « La présence des jurés explique que les arrêts rendus par la Cour d’assises ne peuvent être l’objet d’un appel, car on présume le bien-jugé chez cet aréopage de citoyens. »

Le bien-jugé est aussi cette décision elle-même ("legally valid decision").

L’antonyme de ce mot est mal-jugé. En France, le mal-jugé est la mauvaise appréciation faite par les juges du fond des actes ou des circonstances de la cause; si cette carence n’aboutit pas à une erreur de droit, le mal-jugé ne peut donner ouverture à cassation. Au Canada, le mot s’entend de tout jugement défectueux. « Le principe de collégialité limite au maximum le risque de mal-jugé. »

Search by related themes

Want to learn more about a theme discussed on this page? Click on a link below to see all the pages on the Language Portal of Canada that relate to the theme you selected. The search results will be displayed in Language Navigator.

Date modified: