avancer

Warning

This content is available in French only.

La consonne c prend la cédille devant les voyelles a et o.

  1. Ce verbe s’emploie au figuré au sens de mettre en avant (et non [mettre de l’avant]), présenter (comme vrai), proposer, affirmer : avancer un argument, une idée, une opinion, une hypothèse. « L’avocat du demandeur avança d’abord que (…) »

    Une idée d’incertitude, de doute connote l’emploi de ce mot (« Voulez-vous des preuves de ce que j’avance? » « Faut-il accepter la version des faits avancés par la poursuite? »). À la forme pronominale, s’avancer signifie notamment aller trop loin dans ses propos (« Il s’est avancé inconsidérément lorsqu’il a tenu ce propos. »), se risquer (« Il s’avance trop en affirmant pareille chose. »); de plus, avancer a aussi le sens péjoratif de prétendre indûment («  (…)et non pas, comme l’ont avancé certains auteurs (…) »). On fera bien d’éviter l’emploi de ce verbe dans des contextes où aucun doute n’est permis, où règne la certitude (« À la fin de sa plaidoirie, elle a affirmé (et non pas [avancé]) que son client était innocent. »)

  2. En matière successorale, on peut avancer de l’argent ou des biens à un héritier, mais, à la différence de l’anglais, on ne peut l’[avancer] au sens de le faire bénéficier d’une avance 1, d’un avancement de part. En contexte de traduction, "the person advanced" se rend par la personne qui a bénéficié (le bénéficiaire) d’une avance, d’un avancement ou par la personne avantagée. Le membre de phrase "Any child advanced by the intestate in his life by portion" peut se rendre par : « L’enfant auquel l’intestat a fait un avancement de part de son vivant ».

Search by related themes

Want to learn more about a theme discussed on this page? Click on a link below to see all the pages on the Language Portal of Canada that relate to the theme you selected. The search results will be displayed in Language Navigator.

Date modified: