accaparement / accaparer

Warning

This content is available in French only.

S’écrit avec deux c et un seul p.

Accaparer une chose veut dire soit s’en emparer pour se la réserver à soi seul en vue d’un profit, la monopoliser (« L’entreprise a réussi à accaparer tout le marché. »), soit la prendre, la retenir en entier (« Cet avocat accapare toutes les causes intéressantes. »). Employé à la forme pronominale, accaparer est un régionalisme. Il vaudra donc mieux éviter de dire [s’accaparer qqch.] ou [s’accaparer de qqch.] : on accapare un bien, on s’empare d’un bien, on se l’approprie indûment.

En matière de pratiques restrictives du commerce, l’accaparement est une forme primaire de monopole ou de cartel tendant à diriger l’écoulement d’un produit et à provoquer sa pénurie à des fins spéculatives. « L’accaparement a pour effet d’altérer les prix offerts pour le produit accaparé, au bénéfice des accapareurs. » Accaparement de denrées à des fins spéculatives.

Search by related themes

Want to learn more about a theme discussed on this page? Click on a link below to see all the pages on the Language Portal of Canada that relate to the theme you selected. The search results will be displayed in Language Navigator.

Date modified: