Reply to comment about "Être « entraîneur » au féminin"

Note

Please consult the “Comments and interaction” section on the Canada.ca Terms and conditions page before adding your comment. The Language Portal of Canada reviews comments before they’re posted. We reserve the right to edit, refuse or remove any question or comment that violates these commenting guidelines.

By submitting a comment, you permanently waive your moral rights, which means that you give the Government of Canada permission to use, reproduce, edit and share your comment royalty-free, in whole or in part, in any manner it chooses. You also confirm that nothing in your comment infringes third party rights (for example, the use of a text from a third party without his or her permission).

Oui, la langue évolue. La féminisation des titres de fonctions en -eure est toutefois une tendance canadienne et non française (académiciens de l'Académie française). La féminisation des titres de fonctions se fait traditionnellement en -euse (comme entraîneuse) et en -trice (autrice). Le Petit Robert donne, par exemple, auteur, autrice avec la remarque suivante : « La forme féminine est autrice (latin auctrix), on la rencontre aux sens 2°, 3° et 4°; on trouve aussi une auteure sur le modèle du français du Canada ». Merci de m'avoir écrit!