point d’exclamation

Warning

This content is available in French only.

Sur cette page

Fonctions

Le point d’exclamation (« ! ») sert à exprimer un sentiment, comme la joie, l’étonnement, la crainte, l’admiration, l’indignation, l’ironie, le chagrin, la douleur, etc. Il accompagne habituellement un cri, une injure, une interjection, une apostrophe, un ordre, une imploration, etc. Il est assez rarement employé dans la langue administrative.

Espacement

On ne met pas d’espace avant le point d’exclamation, et on met une seule espace après. Certains ouvrages de typographie recommandent de faire précéder le point d’exclamation d’une espace fine, ce que permettent les logiciels d’éditique et de mise en pages, mais pas les logiciels de traitement de texte.

Majuscule/minuscule après le signe

Quand le point d’exclamation termine la phrase, la phrase suivante commence par une majuscule :

  • Quelle belle histoire! Je suis émue.
  • Ah non! Je ne retournerai pas chez elle de sitôt.

Il arrive toutefois qu’il soit placé à l’intérieur de la phrase, notamment après une interjection ou si la phrase n’est pas terminée. Dans ce cas, le mot qui suit prend la minuscule :

  • Quelle belle histoire! me dit-elle.
  • Ah! qu’il est bon de vivre!
  • Ha, ha, ha! que tu es drôle!
  • Ouf! j’ai enfin terminé!
  • Eh! c’est incroyable!
  • Non! je ne veux pas que tu y ailles.

Dans le cas d’une interjection placée en début de phrase :

  • on met une majuscule au mot qui suit le point d’exclamation si l’on veut insister sur l’interjection; le point d’exclamation équivaut alors à un point ordinaire :
    • Minute! Je n’ai pas encore terminé!
  • on met une minuscule au mot qui suit le point d’exclamation si l’on considère que l’interjection constitue l’amorce de la phrase; le point d’exclamation équivaut dans ce cas à une virgule :
    • Minute! mon ami, j’arrive!

Point d’exclamation double, triple ou combiné

Le point d’exclamation peut être doublé, triplé ou combiné avec un point d’interrogation pour amplifier l’expression d’un sentiment, comme l’incrédulité ou l’étonnement :

  • Ça suffit. Tu exagères!!!
  • C’est un boucher et il a peur du sang?!

Ce procédé stylistique n’est toutefois pas recommandé dans la langue administrative.

Entre parenthèses

Pour marquer son étonnement ou son incrédulité, on peut faire suivre un élément de la phrase d’un signe d’exclamation placé entre parenthèses. La ponctuation ordinaire de la phrase est alors maintenue :

  • Cette année (!), il n’y aura pas de compressions budgétaires.
  • Malgré son asthme, il ne peut se résoudre à se départir de ses cinq chats et de ses trois chiens (!).

À noter que l’ensemble formé par le point d’exclamation et les parenthèses s’espace comme un mot ordinaire et qu’il n’y a pas d’espace de part et d’autre du point d’exclamation.

Ponctuation avec le signe

Comme c’est le cas pour le point d’interrogation, le point d’exclamation se confond avec le point final, qui disparaît :

  • Elle est partie faire du camping à la baie des Ha! Ha!

Avec la virgule

Quand un point d’exclamation figure en milieu de phrase, on a le choix de le faire suivre ou non d’une virgule (que des guillemets soient présents ou non) :

  • J’ai encore, hélas! mal à la tête. / J’ai encore, hélas!, mal à la tête.
  • « Comme si je n’avais pas assez d’ennuis! » s’est-il écrié. / « Comme si je n’avais pas assez d’ennuis! », s’est-il écrié.

Il convient de considérer les deux procédés comme acceptables; l’important est d’assurer l’uniformité à l’intérieur du texte.

Avec les guillemets

Si le point d’exclamation fait partie d’une citation guillemetée, on le place à l’intérieur des guillemets. S’il fait partie de la phrase principale, on le place à l’extérieur des guillemets :

  • Ma sœur m’a dit, tout heureuse : « J’ai gagné! »
  • Ne me dites pas qu’elle est encore « épuisée »!

Exclamation directe ou indirecte

Le point d’exclamation s’emploie seulement avec une exclamation directe. Ainsi, on écrira :

  • Bonne chance! (mais : Elle m’a souhaité bonne chance.)

Après une interjection

On met un point d’exclamation après une interjection ou une locution interjective employée seule, de même qu’après toute phrase exclamative, introduite ou non par un adjectif exclamatif :

  • Hélas!
  • Par exemple!
  • Encore une réunion!

Quand une phrase commence par une interjection, on met un point d’exclamation après cette interjection ainsi qu’à la fin de la proposition suivante, si cette dernière est exclamative :

  • Hourra! Un nouveau photocopieur!
  • Ah non! Il pleut et j’ai oublié mon parapluie.

On répète le point d’exclamation après chaque élément quand des phrases exclamatives successives sont suffisamment indépendantes les unes des autres :

  • Quel dommage! Quel scandale pour la famille!

Par contre, s’il y a une gradation d’idées, il suffit de mettre un point d’exclamation à la fin de la phrase :

  • C’est si ennuyeux, si regrettable!

Pour en savoir davantage sur le point d’exclamation employé avec les interjections, voir onomatopées et interjections.

À la fin d’un titre

Pour tout savoir sur la ponctuation utilisée dans les titres, dont le point d’exclamation, voir titres et sous-titres (ponctuation).

Search by related themes

Want to learn more about a theme discussed on this page? Click on a link below to see all the pages on the Language Portal of Canada that relate to the theme you selected. The search results will be displayed in Language Navigator.

Date modified: