Gouvernement du Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Discussions TouchstonesMD – Penser pour parler, parler pour penser

2013-06-25

Les textes Touchstones sont intéressants. Je n'avais jamais vu ces textes. Ils présentent des choses auxquelles je n'ai jamais pensé, c'est vraiment du nouveau. Il y en avait qui étaient vraiment difficiles, il fallait se creuser les méninges pour arriver à comprendre, et ce dans une langue seconde. À ces moments-là, nos discussions étaient au sujet de la complexité de ces textes.

Témoignage d'un élève de 11e année

Les discussions Touchstones m'ont beaucoup aidé. Je ne peux pas l'expliquer. Avant Touchstones, mon français oral était terrible. Maintenant, je suis beaucoup plus à l'aise en français, je parle plus en classe et, à la maison, je parle français avec mon frère.

Témoignage d'un élève de 11e année

Une des habiletés les plus importantes que l'élève puisse développer est la capacité de reconnaître son propre point de vue. À la suite de cette prise de conscience, l'élève doit être capable de mettre de côté, au moins temporairement, ses opinions et attitudes, et d'examiner une idée ou une situation nouvelle avec un esprit ouvert pour mieux saisir un point de vue auparavant inconnu. Ces aptitudes s'acquièrent en écoutant les autres; cela exige d'entendre ce qui diffère et va à l'encontre parfois de sa vision du monde et de la perception de soi-même.

Le projet de discussion TouchstonesMD, une ressource pédagogique, favorise le développement de ces aptitudes. Selon les concepteurs, les désaccords avec les idées d'un auteur lors d'une lecture critique, ou avec les idées d'autres participants lors de discussions bien encadrées, peuvent faire transparaître les opinions et les croyances des participants, parfois pour la première fois. En plus, lors de discussions basées sur les textes Touchstones, soigneusement sélectionnés et adaptés, le participant est invité à considérer dans quelle mesure les opinions auxquelles il adhère sont vraiment les siennes. Chemin faisant, il découvre ses convictions les plus profondes, car il est incité à se baser sur des faits, non pas des préjugés, pour en discuter. Ces activités favorisent le développement des niveaux supérieurs d'habiletés intellectuelles et aident les élèves à exprimer leur compréhension des choses.

La Division du Bureau de l'éducation française a examiné dans quelle mesure les écoles où l'enseignement se fait en français pourraient profiter de ces discussions de façon à :

  • développer chez les élèves une pensée critique de plus en plus élaborée, et améliorer ainsi leur capacité de s'exprimer;
  • stimuler leur confiance de parler français en public.

Le matériel pédagogique Touchstones compte notamment un guide pour l'enseignant dans lequel figurent 30 séances de discussions de 45 minutes pour chacun des niveaux scolaires, de la 4e à la 10e, (voire 11e et 12e années). Les résultats de la mise à l'essai sont très révélateurs. Bien que les enseignants et les élèves aient eu à surmonter certaines difficultés, la plus importante étant le manque d'expressions et de vocabulaire français, ces discussions ont permis aux élèves de réfléchir et de s'exprimer en français avec plus de facilité et plus de confiance. Des témoignages d'élèves de 11e année et d'enseignants figurent dans l'encadré.

Projet de discussion TouchstonesMD

C'est vraiment très utile, parce qu'on ne nous enseigne pas comment développer notre pensée critique à l'école, c'est juste quelque chose qui arrive, c'est chacun pour soi. En mettant quelqu'un dans un environnement comme Touchstones, ça donne une chance de développer des façons de penser, de changer.

Tout le monde a ses propres opinions. Avant, je pensais que tout le monde était plutôt passif à l'école, que personne ne réfléchissait sur ce genre de choses. J'ai compris que tout le monde est aussi réfléchi que moi. J'avais l'habitude d'interrompre les gens et d'imposer mes idées. Maintenant, je suis plus respectueux.

On est capable de réfléchir de façon plus créative sur nos propres opinions et sur les opinions des autres. Je ne savais pas que l'on pouvait réfléchir de cette façon. Maintenant je me demande pourquoi je pense ce que je pense? Est-ce que c'est MON opinion? Puis, on commence à réfléchir plus en profondeur et à se demander d'où viennent nos opinions.

Je connaissais à peu près tout le monde dans la classe. C'est le groupe avec lequel j'ai le plus de cours. Les discussions m'ont fait mieux connaître les élèves. Maintenant, nous sommes vraiment proches. Je me sens plus à l'aise dans cette classe que dans toutes mes autres classes.

Des élèves du début de la 4e année ont très vite réalisé qu'eux tous, et les adultes, vivent les mêmes expériences et que leurs croyances sont semblables. Ils ne se sentent plus seuls, et maintenant ils parlent avec leurs parents et amis. Ils se demandent comment les auteurs de Touchstones pouvaient savoir quoi leur faire lire pour les amener à réfléchir ainsi et à en parler.

Les discussions amènent les élèves à se connaître et à apprendre des autres. Ce n'est pas un partage du genre « mon opinion, ton opinion ». Il y a lieu d'exploiter où les autres se situent et de s'ouvrir à de nouvelles idées afin de sortir de son MOI. Trop de jeunes, et trop d'adultes, souffrent de la pauvreté de leur propre expérience.

Habileté à parler français

Je n'étais pas très bon en français. J'ai de bonnes idées. Ça m'a forcé à trouver une façon d'utiliser tous les moyens pour me faire comprendre.

On est supposé de parler français en classe. Mes amis ne le faisaient pas tous et c'était vraiment difficile de parler français. Avec ces discussions, on améliore beaucoup notre français. On prend de la confiance avec le temps, parce qu'on apprend qu'on peut parler en grand groupe et qu'on peut réussir à bien le faire.

La plupart du temps les discussions se continuaient après la classe. Toute la discussion en classe avait eu lieu en français, alors il était plus facile de continuer en français.

Les élèves employaient beaucoup d'anglais au début, surtout dans les domaines moins connus, mais maintenant on entend un mot anglais à l'occasion.

Je pensais qu'il suffisait d'accorder du temps en classe pour que les élèves développent leur communication orale.