Gouvernement du Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Principes directeurs pour l'élaboration de cadres communs de résultats d'apprentissage pour les provinces de l'Ouest et du Nord canadiens

Denis Milot
Gouvernement de la Saskatchewan

2011-09-12

La réalité du monde contemporain a des répercussions importantes sur notre mode de vie et notre façon de travailler, et le monde de l'éducation n'en fait pas exception. Nos façons d'apprendre, de dire, de faire et d'être sont grandement influencées entre autres par trois phénomènes majeurs :

  • la mondialisation, qui a mené à une économie où le savoir tient une place de plus en plus importante;
  • de nouvelles constatations issues des sciences de l'apprentissage, qui influencent le curriculum, l'enseignement et l'évaluation;
  • l'omniprésence des technologies numériques en réseau qui favorise de nouvelles façons de penser, de travailler et de vivre.

Afin de prendre en considération cette nouvelle réalité, les directeurs du Protocole de l'Ouest et du Nord canadiens (PONC) ont travaillé à l'élaboration de principes directeurs. La Saskatchewan était chef de file du projet. Les responsables tiennent à remercier les collaborateurs des autres autorités compétentes, notamment le Manitoba, l'Alberta, les Territoires du Nord-Ouest, le Yukon et le Nunavut. Cinq principes directeurs ont été retenus afin d'orienter l'élaboration de cadres communs permettant la refonte des programmes d'études dans chaque province et territoire.

1er principe :
La profondeur et la cohérence sont indispensables à une connaissance approfondie

Pour l'éducation en français langue première, cela implique certaines particularités :

  • de préconiser un agir communicationnel où l'élève co-construit et négocie ses habiletés langagières afin de développer des façons de penser, de comprendre, de s'exprimer et de vivre en français;
  • de développer l'ensemble des habiletés langagières de l'élève de manière à ce qu'il atteigne un haut niveau de compétence dans sa langue. Ceci lui permet de vivre et de communiquer en français, car il possède des fonctions élargies de la langue (c'est-à-dire le développement des compétences linguistiques, discursives, stratégiques et sociolinguistiques).
  • de développer un rapport positif à la langue dans sa complexité en exerçant une réflexion critique et une utilisation créative de la langue en contexte d'apprentissage et de vie.

2e principe :
La diversité est un trait fondamental d'un système vivant et en santé

Pour l'éducation en français langue première, cela implique certaines particularités :

  • de reconnaître que la francophonie est en évolution et en transformation. Le tissu social est plus diversifié et plus riche, en raison de certains facteurs sociaux tels que l'exogamie, la mobilité croissante des populations et les contacts plus fréquents grâce aux technologies de l'information et des communications (TIC);
  • de démontrer le rôle que peut assumer la communauté pour valoriser la vitalité, la richesse et la pluralité de la langue dans les sphères de la culture et du travail;
  • de reconnaître que la vitalité et la pérennité de la langue et de la culture de la communauté francophone dépendent non seulement des habitudes de vie au quotidien, mais également d'une prise de conscience, d'une prise de position et d'une prise en charge par l'élève (Paiement, 2007).

3e principe :
Chaque discipline constitue un patrimoine culturel

Pour l'éducation en français langue première, cela implique certaines particularités :

  • de démontrer le fait que la discipline possède un historique linguistique, social et culturel qui la définit;
  • de valoriser l'héritage langagier et culturel de l'élève, son rôle dans l'évolution dynamique de la discipline, ainsi que son lien avec la construction et la négociation langagières, identitaires et culturelles;
  • de valoriser la contribution des francophones de l'Ouest et du Nord canadiens;
  • de potentialiser les nombreuses possibilités de diffusion et de partage entre les communautés francophones d'ici et d'ailleurs grâce aux TIC.

4e principe :
Les compétences sont les traits d'union de l'apprentissage

Pour l'éducation en français langue première, cela implique certaines particularités :

  • d'expérimenter, dans des contextes d'apprentissage et de vie en français, des savoir-dire, des savoir-être, des savoir-faire et des savoir vivre-ensemble qui correspondent à des savoirs qui sont détenus, transmis, utilisés et créés dans la réalité;
  • de permettre à l'élève de s'interroger sur la façon dont les savoirs de la discipline s'intègrent dans sa vie et s'harmonisent avec les savoirs des autres disciplines;
  • de développer un savoir-agir en français au quotidien pour accroître un sentiment de compétence chez l'élève;
  • que l'on « doit proposer des situations d'apprentissage qui mettent en œuvre toutes les fonctions [élargies] de la langue » (CMÉC, 2008, p. 11);
  • qu'« on n'utilise pas la langue du simple au complexe, mais du complexe au plus complexe… La planification doit s'inspirer d'un modèle holistique, global et complexe, plutôt que linéaire, déductif et atomisé » (Cazabon, 2005, p. 25).

5e principe :
Bien apprendre et bien vivre ensemble dans un monde interconnecté engendrent un développement durable

Pour l'éducation en français langue première, cela implique certaines particularités :

  • de laisser place aux élèves afin de participer à la vitalité communautaire : « les élèves doivent être amenés à considérer la façon dont leurs actes contribuent au façonnement des représentations possibles de l'avenir de leur société et de la place des communautés et des individus de langue française dans celle-ci. Cet apprentissage exige une lecture critique du passé, du présent et des visions de l'avenir » (Dalley et d'Entremont, 2004, p. 13);
  • d'encourager et de valoriser la contribution de l'élève comme citoyen francophone possédant des compétences qui lui permettront d'innover et de mettre en place des initiatives au service d'un bien-être social. « Afin de développer une perception positive de la valeur de la langue française et des communautés francophones, les élèves doivent avoir des occasions de construire une vision du monde mettant en relief la possibilité d'agir dans et sur leur société à titre de francophones » (Dalley et d'Entremont, 2004, p. 69);
  • d'établir les liens possibles entre la construction et la négociation langagières, identitaires et culturelles de l'élève et ses responsabilités de citoyen.

Pour l'éducation en français langue première, ces principes directeurs se manifestent ou s'actualisent par la valorisation de la langue comme vecteur du cheminement langagier, identitaire et culturel de l'élève et le développement de son sens d'appartenance à une communauté. Ceci fait ressortir l'importance de travailler la discipline comme faisant partie d'un patrimoine culturel à connaitre, à célébrer, à perpétuer et surtout, à enrichir. On y reconnaît aussi la nature hétérogène de ces savoirs et l'importance de créer des liens peu importe les différences ethniques, culturelles, linguistiques ou géographiques.

Tiré du Cadre commun des résultats d'apprentissage en français langue première (M-12), Protocole de collaboration de l'Ouest et du Nord canadiens (PONC), à paraître.

Sources bibliographiques :

CAZABON, B. 2005. Pour un enseignement réussi du français langue maternelle : fondements et pratiques en didactique du français. Sudbury (Ontario), Éditions Prise de parole.

CONSEIL DES MINISTRES DE L'ÉDUCATION (CANADA). 2008. « État des lieux en communication orale », Projet pancanadien de français langue première, Montréal, Les Éditions de la Chenelière.

DALLEY, P. et Y. d'Entremont. 2004. Identité et appartenance en milieu scolaire : Guide à l'intention des concepteurs de programmes, Conseil atlantique des ministres de l'Éducation et de la Formation.

PAIEMENT, L. 2007. Pédagogie culturelle, stage de formation en leadership culturel, une pédagogie culturelle au service de la construction identitaire. Manuel du ou de la stagiaire, Ottawa.

PROTOCOLE DE L'OUEST ET DU NORD CANADIENS. 2011. Principes directeurs des cadres communs découlant du PONC.