Gouvernement du Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Parlons du français au Nunavut

Mylène Bellerose
Services et langues officielles
Gouvernement du Nunavut

2012-07-16

Le Nunavut existe depuis 1999, ce qui en fait le plus récent territoire canadien. La majorité de ses habitants est inuit et parle la langue inuit (l'inuktitut ou l'inuinnaqtun). Le Nunavut, qui faisait anciennement partie des Territoires du Nord-Ouest, a une composition linguistique unique au Canada avec ses trois langues officielles : la langue inuit, l'anglais et le français. En raison de sa proximité avec la langue et la culture inuit, le français au Nunavut présente des caractéristiques particulières. En voici un survol.

Tout d'abord, le mot Nunavut contient le radical nuna qui signifie « terre », ainsi que vut qui signifie « notre ». Nunavut veut donc dire « notre terre ». Lorsqu'on désigne les habitants du Nunavut en français, on utilise Nunavummiut au pluriel, Nunavummiuq au singulier et Nunavummiuk, qui signifie « deux habitants du Nunavut ». Chez les Inuit, on utilise uiviit ou « oui oui » pour nommer les francophones du territoire, à cause de leur habitude de répondre : « oui, oui! ». En français, on les appellera plutôt des Franco-Nunavois. Le nom du journal communautaire francophone Le Nunavoix fait d'ailleurs référence à cette appellation.

L'accord du mot inuit est un sujet controversé. Le Bureau de la traduction du gouvernement du Canada et l'Office québécois de la langue française recommandent l'accord du mot inuit en genre et en nombre (p. ex. : l'homme inuit, les enfants inuits, la femme inuite). Ils sont d'avis qu'un mot issu d'une langue étrangère utilisé en français doit être soumis aux règles grammaticales de la langue française. Le gouvernement du Nunavut a toutefois pris une position opposée à celle de ces deux organisations : le mot inuit n'est pas accordé dans les communications en français. Le gouvernement respecte ainsi les règles de la langue inuit. En effet, en langue inuit, ce mot est déjà au pluriel (il signifie « le peuple » ou « les hommes »), alors qu'inuk est au singulier et qu'inuuk signifie « deux personnes ». Par respect pour la langue inuit et le peuple inuit qui forme la majorité de la population, le terme inuk est utilisé au singulier et le terme inuit ne s'accorde jamais (p. ex. : une Inuk, des Inuit, une sculpture inuit).

La langue française compte déjà plusieurs termes en langue inuit qui sont acceptés dans la langue courante. Par exemple, iglou (illu) veut dire « maison » en langue inuit. Dans l'imaginaire collectif, ce mot évoque l'habitation traditionnelle d'hiver construite avec des blocs de neige. Le mot anorak, une veste, vient d'annuraaq qui veut dire « un vêtement ». Également, le mot kayak vient de l'inuktitut qajaq. Le français au Nunavut continue à être influencé par la culture inuit. Il n'est pas rare d'entendre d'autres mots en langue inuit dans des phrases en français, par exemple : le ulu (un couteau en forme de demi-lune utilisé par les femmes), l'amauti (un porte-bébé) et les kamiik (des bottes en fourrure). Bref, le français s'adapte et revêt une couleur particulière au Nunavut!