Gouvernement du Canada
Symbole du gouvernement du Canada

L'interprétation judiciaire au Manitoba

Anne Dubouloz Gislason
Service de traduction
Ministère de la Culture, du Patrimoine et du Tourisme du Manitoba

2012-03-19

De nombreux pays souscrivent à une forme ou une autre de convention sur les droits de la personne et les libertés fondamentales, garantissant entre autres à quiconque le droit à un procès équitable. Les dispositions de ces conventions sont naturellement reprises par l'appareil législatif de ces pays, qui jugent indispensable le recours gratuit à un interprète pour assurer le respect de certains principes fondamentaux, soit la non-discrimination à l'égard de la langue, l'égalité devant la loi et le respect des droits de la défense.

Au Canada, la Charte canadienne des droits et libertés accorde à tous les citoyens le droit aux services d'un interprète dans le cadre d'instances judiciaires. L'interprétation constitue par conséquent un élément important dans l'administration de la justice au Canada, et doit, de ce fait, être fidèle, que le prévenu bénéficie ou non des services d'un avocat. Elle doit être assurée par un professionnel capable d'offrir une interprétation complète en recourant, selon les besoins, aux techniques d'interprétation simultanée ou consécutive, ou à la traduction à vue. Il revient au tribunal de s'assurer de la compétence et de l'impartialité de chaque interprète avant même son assermentation.

Au Manitoba, pour toutes les langues autres que les langues officielles du Canada, les tribunaux s'adressent au Centre d'immigration, qui possède une banque linguistique. L'interprétation dans les langues officielles du Canada est assurée par les interprètes du Service de traduction du gouvernement du Manitoba.

Le Service de traduction compte trois interprètes qui assurent les services dans l'ensemble de la province. Ces professionnels offrent des services d'interprétation simultanée (dans les conférences et les audiences publiques, par exemple), d'interprétation consécutive (dans les tribunaux, dont les tribunaux administratifs) et d'interprétation d'escorte (notamment pour les délégations étrangères en visite).

Le travail d'interprétation requis au tribunal est intensif et parfois de longue haleine. Tout ce qui se dit lors d'une audience doit être interprété dans les deux langues employées au tribunal, de la façon la plus exacte possible. Les interprètes doivent bien connaître non seulement le processus judiciaire, mais aussi les divers aspects de l'affaire en cause. Leur préparation peut comprendre l'établissement de glossaires. Les interprètes travaillent en équipe de deux, chacun alternant les périodes d'interprétation (de 20 à 30 minutes) et les périodes d'assistance à l'interprète en service.

On constate une évolution dans le rôle des interprètes judiciaires au Manitoba. Dans les années 1980, le recours aux interprètes permettait à un accusé, souvent bilingue, de se prévaloir de son droit constitutionnel d'être entendu dans la langue de son choix. Or, au cours des dix dernières années, la population francophone du Manitoba s'est transformée. Le Manitoba accueille chaque année des centaines d'immigrants de pays francophones, qui ont parfois une connaissance rudimentaire de l'anglais. Lorsque ces nouveaux Canadiens doivent se présenter devant un tribunal, que ce soit à titre de témoin, de victime ou d'accusé, ils ont recours à un interprète pour se faire comprendre. Cette nouvelle réalité rend la présence des interprètes indispensable et a une influence certaine sur le travail de ces derniers.