Gouvernement du Canada
Symbole du gouvernement du Canada

La construction identitaire au Québec : s'adapter aux réalités de la clientèle étudiante

Association canadienne d'éducation de langue française (ACELF)

2012-03-12

Depuis l'été 2010, l'ACELF et la Fédération canadienne des directions d'école francophone (FCDEF) accompagnent la Commission scolaire des
Hauts-Bois-de-l'Outaouais dans la mise en place d'un projet pilote en construction identitaire dans la région du Pontiac, au Québec. Le projet vise à outiller les directions et les membres du personnel de six écoles primaires et d'une école secondaire dont la clientèle étudiante possède toutes les caractéristiques d'une clientèle en contexte francophone minoritaire. Une série de quatre articles vous permet d'en connaître davantage sur la nature de ce projet rassembleur et sur ses retombées pour les élèves de la région.

Agir autrement et l'expertise de l'ACELF : parfaitement complémentaires!

Depuis 2002, la stratégie d'intervention Agir autrement du ministère de l'Éducation du Québec est déployée en milieu défavorisé afin d'augmenter le taux de réussite des élèves du secondaire. S'adressant à une clientèle aux profils multiples, mais précis, le programme incite à la mise en place de méthodes d'enseignement adaptées aux réalités de cette clientèle.

L'intervention de l'ACELF en construction identitaire a le même fondement. Afin de favoriser le développement d'une identité francophone chez les jeunes, différents programmes, activités et outils sont créés à l'intention des intervenants en éducation de langue française. L'objectif est ici d'encourager une façon d'enseigner qui tienne compte des exigences qu'impose un environnement où le français n'est pas la langue de la majorité.

Une clientèle mixte

Dans la région du Pontiac, la clientèle étudiante présente tout autant les caractéristiques d'un milieu défavorisé que celles d'un contexte francophone minoritaire, ce qui nécessite des interventions extrêmement ciblées. « Notre école s'est vue attribuer le rang 10 par le ministère de l'Éducation, soit la cote la plus élevée pour qualifier un milieu défavorisé », dévoile Denis Rossignol, directeur de l'école secondaire Sieur-de-Coulonge, à Fort-Coulonge. Regroupant 330 élèves, l'école secondaire de Fort-Coulonge est aussi « la seule école francophone à l'ouest de Gatineau ».
M. Rossignol n'est par ailleurs pas le seul à reconnaître que « le milieu est largement influencé par l'anglais ».

Cap sur la réussite grâce aux stratégies combinées

Pour répondre aux besoins particuliers de la clientèle étudiante dans la région du Pontiac, et afin d'augmenter le taux de réussite des élèves, les actions combinées de l'ACELF et du programme Agir autrement se présentent comme une stratégie gagnante au sein des écoles de la Commission scolaire des Hauts-Bois-de-l'Outaouais.

Entre autres stratégies, le programme Agir autrement propose des pratiques favorables au développement de la lecture chez les élèves du secondaire, encourage la participation du personnel des écoles dans la planification des projets et mise sur le rapprochement entre les familles, la communauté et l'école. Favorisant la collaboration du milieu et ayant pour objectif la réussite des élèves dans un contexte où le français n'est pas la langue de la majorité, l'expertise de l'ACELF en construction identitaire constitue donc un complément parfait à ce programme.

Développer la fierté culturelle des élèves pour favoriser leur réussite scolaire

 « La connaissance de la culture francophone chez nos élèves est déficiente, explique Denis Rossignol. Et puisque leur vocabulaire en français est pauvre, ils ont souvent tendance à s'exprimer en anglais ». Comme conséquence directe, les élèves ont plus de difficulté à réussir en français, ainsi que dans toutes les matières scolaires qui sont, bien sûr, enseignées dans cette langue.

Denis Rossignol et Lorraine Meilleur, directrice de l'établissement primaire Pontiac, reconnaissent ainsi toute l'importance de travailler très fort afin de faire en sorte que les élèves développent une identité francophone. C'est ici que l'expertise de l'ACELF en construction identitaire devient un incontournable pour les écoles de la région. Selon Claire Thibideau, directrice générale de la FCDEF, il y a un lien entre la réussite scolaire des élèves et leur fierté culturelle. « Fiers de leur culture francophone, les jeunes ont le désir de parler en français et veulent bien le parler. Cela les pousse à développer de meilleures compétences langagières, ce qui a un impact direct sur la réussite », explique-t-elle.

Et afin de d'accroître la fierté des élèves à l'égard de la culture francophone, il est nécessaire de concevoir des stratégies d'intervention visant à créer chez les jeunes un rapport positif à la langue française. « Il semble déjà y avoir une certaine amélioration, commente Denis Rossignol. Il y a 20 ans, les jeunes du secondaire ne connaissaient pas grand-chose des artistes francophones alors qu'ils en connaissent un peu plus aujourd'hui ».

La démarche entreprise par la Commission scolaire des Hauts-Bois-de-l'Outaouais avec l'ACELF et la FCDEF est encore toute jeune et il reste beaucoup à faire. Le prochain et dernier article de cette série traitera du plan d'action réalisé en septembre 2011 et des retombées attendues.